À cause du Kosovo, l’horloge de vos électroménagers est en retard

Publié le 7 mars 2018 à 12:07 Aujourd'hui | 464 vues

Depuis la mi-janvier, l’horloge des appareils électroménagers accuse quelques minutes de retard. Selon le réseau européen des gestionnaires de réseau de transport d’électricité (ENTSO-E), le Kosovo et la Serbie seraient à blâmer. Ces derniers injectent moins d’électricité dans le réseau européen. 

Fours, micro-ondes, radios-réveils… Tous ces électroménagers possèdent une horloge intégrée. Une fois que l’heure est réglée, nous sommes nombreux à nous y fier pour savoir quand se lever, aller travailler ou partir à un rendez-vous. Malheureusement, si depuis la mi-janvier votre micro-onde et votre montre ont plusieurs minutes d’écart, ce n’est pas un hasard. Depuis plusieurs semaines, un dysfonctionnement dû à un problème électrique impacte le système d’alimentation d’Europe continentale, explique le Réseau européen des gestionnaires de réseau de transport d’électricité (ENTSO-E) dans un communiqué (en anglais). Il s’agit d’une zone regroupant 25 pays qui s’étale de l’Espagne à la Turquie et de la Pologne aux Pays-Bas.

La plupart des appareils électroménagers règlent leur horloge en fonction de la fréquence de l’électricité du système d’alimentation. En Europe continentale, celle-ci est normalement fixée à 50 Hertz (Hz). Or, lorsqu’elle diminue ou se trouve en sur-fréquence, certaines horloges accusent un retard. Ici, ce dernier atteint les six minutes. Pourquoi ? “La fréquence moyenne depuis la mi-janvier 2018 jusqu’à aujourd’hui était d’environ 49,996 Hz”, explique l’ENTSO-E dans ce même communiqué. Aujourd’hui, l’énergie manquante est d’environ 113 gigawattheures (GWh).

Un conflit entre la Serbie et le Kosovo

Pour l’ENTSO-E, il s’agirait d’un problème politique dans “la zone appelée Serbie, Macédoine, Monténégro et plus précisément du Kosovo et de la Serbie”. Selon les informations du Parisien, cette situation est due à une guerre diplomatique que se livrent les deux pays. Tous deux veulent rejoindre le « club des pays formant “ce réseau européen des gestionnaires de réseaux de transport d’électricité” très influent à Bruxelles sur les directives et décisions européennes ». C’est pourquoi, le Kosovo a décidé de produire moins d’électricité. Afin de pallier ce manque, la Serbie, responsable de l’équilibre dans les Balkans, doit normalement produire davantage. Pour des raisons politiques et historiques (depuis 2008, la Serbie ne reconnaît pas l’indépendance du Kosovo, NDLR), le pays refuse de venir en aide à son voisin. D’autres pays européens pourraient produire plus, mais comme ils ne souhaitent pas subir des coûts supplémentaires, ils refusent eux aussi de régler la situation.

Face à ce conflit, l’ENTSO-E rappelle qu’il s’agit d’une situation inédite et qu’elle “doit cesser”. L’organisation “exhorte les gouvernements et les décideurs politiques européens et nationaux à agir rapidement” et précise qu’elle “explore toutes les options techniques pour résoudre le problème”. Cependant, même si un accord est trouvé, “ramener le système à la normale pourrait prendre quelques semaines”.

Marie Bascoulergue

Surprise

“Blue Heart” : le documentaire contre les barrages hydroélectriques dans les Balkans

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème