Une bactérie E.coli pour rendre les “blue jeans” plus écolos

Publié le 10 janvier 2018 à 10:05 Demain | 714 vues

Grâce à une bactérie, des chercheurs auraient trouvé le moyen de produire de l’indigo de façon plus écologique. C’est ce que révèle une étude publiée dans une revue scientifique lundi 8 janvier 2018.

Slim, droit ou encore troué, le jean se décline sous toutes les formes et toutes les couleurs. Cependant, le célèbre “blue jean” reste un indémodable notamment grâce à sa couleur si particulière, l’indigo. Initialement, ce colorant est extrait d’une plante, mais de nos jours, il est synthétisé. Selon une étude publiée lundi 8 janvier dans la revue scientifique Nature Chemical Biology, plus de 45 000 tonnes de colorants indigo sont produites chaque année afin de répondre à la demande mondiale en denim bleu.

Néanmoins, l’utilisation de l’indigo serait néfaste. “La demande pour le colorant est plus élevée que jamais, provoquant ainsi des conséquences écologiques insoutenables”, ont averti les auteurs de cette étude. D’après eux, “le processus de teinture nécessite des étapes chimiques préjudiciables pour l’environnement”. Pire encore, beaucoup de déchets issus de ce procédé sont déversés dans la nature et les cours d’eau. Malheureusement, il s’agit du seul colorant capable de donner cette couleur emblématique aux jeans.

La bactérie E.coli comme substitut

Pour remédier à cela, les auteurs de l’étude ont annoncé avoir trouvé une méthode alternative et plus écologique permettant de produire le fameux pigment. Ils se sont basés sur le fonctionnement d’une plante indigo japonaise appelée “Persicaria tinctoria”. Les chercheurs ont ensuite conçu une bactérie E.coli qui, comme la plante, va produire un composé appelé “indoxyl”. Ce dernier est insoluble et ne peut être utilisé comme colorant. Ce n’est qu’en ajoutant une molécule de sucre que l’indoxyl se transforme en indican (une substance mère de l’indigo naturel dans les plantes à indigo). Pour le transformer en ce bleu foncé si particulier, les scientifiques n’ont plus qu’à y incorporer une enzyme. D’après le coauteur de l’étude John Dueber, pour produire cinq grammes d’indigo nécessaire pour teindre un jean, il faut “plusieurs litres de bactéries”. Pour l’heure, le laboratoire qui travaille sur ce procédé tente de trouver un moyen pour le rendre “commercialement réalisable”, a-t-il indiqué à l’AFP.

Plus de 6 000 ans d’existence

Très prisé pour sa tenue à la surface du tissu et sa résistance aux nombreux lavages, l’indigo est l’un des colorants les plus anciens au monde et est utilisé sous sa forme naturelle depuis plus de 6 000 ans. Ce n’est qu’à partir du début des années 1900 que l’indigo synthétique a été utilisé dans le textile. Cependant, de nombreux produits chimiques sont nécessaires pour synthétiser ce colorant, notamment le formol et le cyanure d’hydrogène. Afin que le jean ne perde pas sa couleur dans l’eau, l’industrie textile utilise également du dithionite de sodium, qui, par la suite, se décompose en sulfate et sulfite, deux produits hautement corrosifs.

Marie Bascoulergue

  1. […] Une bactérie E.coli pour rendre les “blue jeans” plus écolos […]

Surprise

Gaspillage alimentaire : une pétition pour changer les dates de péremption

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème