Balasana : des vêtements de yoga écolos et 100% made in France

Publié le 30 janvier 2018 à 10:10 Demain | 1772 vues

Lancée en novembre 2017 par Clara Daviet, Balasana est la toute première marque de vêtements de yoga pour femmes 100% made in France et respectueuse de l’environnement et de l’Homme.

Né en Inde il y a plus de 4000 ans, le yoga fait aujourd’hui de plus en plus d’adeptes dans le monde. Ses atouts sont en effet nombreux. Cette pratique permet de se remettre en forme, d’acquérir souplesse et équilibre via des enchaînements de postures. C’est aussi une discipline de l’esprit qui repose sur des pratiques respiratoires, de méditation et de relaxation profonde. Pour un esprit sain, dans un corps sain, le yoga est idéal. Mais encore faut-il avoir une tenue adéquate. Le yoga exige en effet des vêtements et matières spécifiques. Sur le marché, il existe de nombreuses marques. Or, lorsque l’on regarde de plus près les étiquettes, on s’aperçoit que certains modèles proposés sont fabriqués à l’autre bout du monde, issus d’une production peu responsable, et parfois conçus dans des ateliers aux conditions de travail plus que douteuses. Bien loin des valeurs du yoga qui prône le respect de l’autre et de l’environnement.

Pour être en accord avec celles-ci et ses propres convictions, Clara Daviet, une passionnée de Yoga de 27 ans, a donc eu l’idée de créer sa marque de vêtements, baptisée « Balasana ». Lancée en novembre 2017, celle-ci propose des leggings, des brassières et autres accessoires exclusivement faits en France et conçus avec des tissus respectueux de l’environnement et de l’Homme. « Les pantalons et brassières sont en polyester et lycra. Ce sont malheureusement des fibres synthétiques mais elles sont certifiées sans substances nuisibles pour l’environnement et la santé. J’ai cherché des fibres naturelles mais celles proposées sur le marché ne sont pas faites en France », nous explique-t-elle. Les tee-shirts et sweats sont eux en coton bio certifié GOTS. Quant aux teintures utilisées, elles sont aussi garanties sans substances toxiques. Et bonne nouvelle pour les véganes, les vêtements Balasana ne contiennent pas de laine, de soie ou de cuir.

La créatrice de Balasana travaille avec plusieurs ateliers installés aux quatre coins de l’Hexagone. Les tissus dits « techniques » (leggings, brassières) sont fabriqués à Lyon (Rhône) et ceux en coton près de Troyes (Aube). Les broderies sont effectuées dans les Alpes-Maritimes et le tissage des étiquettes dans les Bouches-du-Rhône. Le tout est ensuite envoyé dans un atelier vendéen. Les fabricants de tissus et l’atelier de production respectent tous une charte éthique et écoresponsable, c’est-à-dire qu’ils trient leurs déchets, limitent l’utilisation de l’eau, traitent leurs eaux usées et respectent leurs salariés.

Objectif zéro déchet

Pour être cohérente dans sa démarche, la jeune femme basée à Cannes a également fait le choix d’exclure tout plastique de la chaîne de production. Elle reçoit tout dans des cartons et expédie les vêtements dans des pochons en toile de lin fabriqué en France. Petit plus : pour les concevoir, Clara sollicite d’ailleurs les talents de couturière de sa grand-mère ! Ceux-ci sont ensuite mis dans des cartons recyclables. « Je suis dans une optique zéro déchet », souligne-t-elle. Pour atteindre cet objectif, elle a aussi pensé aux étiquettes qui sont en papier ensemencé. « Il suffit de le planter et vous obtiendrez un plant de basilic, de menthe ou de persil ». Bientôt, les clientes pourront aussi renvoyer leurs vêtements qu’elles ne portent plus afin que les tissus soient réutilisés. « C’est en effet un système que j’aimerais mettre en place. Je recherche d’ailleurs actuellement un partenaire pour faire cela. »

Les atouts de Balasana ne s’arrêtent pas là. La marque s’est aussi associée à Reforest’Action. Pour deux produits achetés, un arbre sera planté en France. « Après votre achat, vous recevrez un mail et vous serez invité à aller planter virtuellement un arbre. À vous de choisir son emplacement. Ensuite, Reforest’Action s’en chargera », explique Clara.

Une campagne de financement participatif lancée

Après avoir sorti une première collection, elle souhaite désormais en créer une seconde qui comprendra entre autres une combinaison, une veste et une polaire. Les nouveaux modèles pourraient cette fois-ci être conçus avec des teintures végétales et pourquoi pas avec uniquement des fibres naturelles fabriquées en France pour les leggings et les brassières. « J’espère que cela sera possible », souligne-t-elle. Quant à la production, celle-ci pourrait être relocalisée dans le sud de la France. « Je recherche un autre atelier afin de minimiser les transports, et par conséquent, les émissions de gaz à effet de serre. » Clara a des idées plein la tête, mais pour les réaliser, elle a besoin de fonds. Pour lancer sa nouvelle ligne, elle a décidé de solliciter l’aide des internautes. Elle a récemment lancé une campagne de financement participatif sur la plateforme Ulule. Sur l’objectif des 4800 euros, elle a déjà collecté un peu plus de 1100 euros.

« En créant Balasana, j’avais envie de montrer que nous pouvons mieux consommer, consommer “consciemment” tout en gardant un produit esthétique, élégant et confortable ». Pari relevé haut la main !

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de Balasana. Et pour soutenir son projet, ça se passe ici.

Marine VAUTRIN

Surprise

Hexa : un crabe-jardinier 2.0

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème