La bave d’escargot, le nouveau soin belle peau ?

Publié le 23 mai 2017 à 10:30 Aujourd'hui | 2060 vues

Réputée pour ses propriétés hydratantes, cicatrisantes et régénérantes, la bave d’escargot entre dans la composition de nombreux cosmétiques. Zoom sur la Maison Royer qui propose des crèmes et autres produits de beauté à la bave d’escargot fraîche, 100% bio et made in France.

Fondée en 1989, la Maison Royer est située au cœur du bocage vendéen à Saint-Paul-en-Pareds. Elle produit chaque année 12 tonnes d’escargots et fournit plus de 150 restaurants. Mais en 2013, elle a ajouté une nouvelle corde à son arc en se lançant dans les produits cosmétiques. « On s’est rendu compte qu’en manipulant les escargots, nous avions les mains plus douces. Dès que nous avions une coupure, celle-ci cicatrisait plus vite », confie Sébastien Royer, le cogérant de la société.

Utilisée depuis l’Antiquité, la bave d’escargot contient en effet de l’allantoïne qui régénère et répare les tissus épidermiques, comme ceux affectés par l’acné, les brûlures, les zones de points noirs et les taches cutanées causées par le vieillissement ou à l’exposition au soleil. C’est notamment cet agent actif qui permet à l’escargot de régénérer sa coquille quand elle se fend. Elle est aussi riche en acide glycolique, réputé pour améliorer la texture et l’apparence de la peau, et réduire les rides et ridules, ainsi que les imperfections cutanées comme les boutons. Agissant comme un exfoliant, il affine le grain de peau et illumine le teint. Le cocktail fabriqué par le gastéropode contient également du collagène, de l’élastine et des vitamines A et C qui favorisent l’hydratation de la peau, aident à la cicatrisation et donnent un coup d’éclat à notre joli minois.

De la bave d’escargot fraîche

Bref, la bave d’escargot a tout pour elle et Sébastien Royer l’a bien compris. Avec son frère Olivier, il a décidé de créer une crème pour le visage à base de 30% de bave… fraîche ! Un critère essentiel pour l’héliciculteur qui voit d’un mauvais œil certains fabricants qui proposent, eux, des produits à base d’extrait de bave d’escargot. « Aujourd’hui, nous sommes copiés par des gens qui disent mettre 80% de bave mais en réalité c’est de l’extrait de bave. Il y a 96% de flotte et le reste c’est de la poudre. Ce sont des produits qui ne valent rien. Il n’y a même pas 2% de bave dans ces produits-là », argue Sébastien Royer, affirmant qu’il est le seul sur le marché à proposer un produit à base de bave d’escargot fraîche. « Cela ne nous dérange pas mais cela donne une mauvaise image aux produits car les utilisateurs disent que la bave d’escargot ne marche pas alors que c’est tout le contraire. Très bien dosé, il offre de super résultats », affirme-t-il.

Et il faut dire que sa crème a très vite rencontré un succès. Commercialisé en octobre 2013, l’élixir de leur marque RoyeR cosmétique s’est vendu à plus de 20 000 exemplaires la première année. C’est donc naturellement qu’ils décident fin 2014 de lancer d’autres produits : une crème pour les mains, une autre pour les pieds et un lait corporel. Aujourd’hui, ce sont 9 références, toutes certifiées bio et 100% made in France, qui sont proposées par la Maison Royer. On retrouve notamment un shampooing (eh oui !), un gommage, un savon, un lait démaquillant sans rinçage et plus récemment, un sérum composé à 92% de bave d’escargot bio fraîche, que l’on peut utiliser quotidiennement en association avec la crème ou en cure.

Comment est extraite la bave d’escargot ?

Pour faire baver leurs mollusques, les frères Royer ont opté pour un procédé respectueux de l’animal, une condition essentielle pour obtenir les certifications bio. Ici, les gastéropodes ne sont pas électrocutés (ce qui est interdit en Europe) ni plongés dans de l’eau bouillante. Ils sont tout simplement « chatouillés » par une machine.

« Nous sommes partis du principe de l’extraction manuelle. On prend un escargot dans la main et on titille au niveau du pied avec son doigt afin qu’il bave, explique Sébastien Royer. Nous avons donc créé une machine qui effectue la même manipulation”. Les escargots sont mis sur un tapis, tête en l’air, et arrivent sur de petits pinceaux qui vont les chatouiller. La bave sécrétée coule ensuite dans de grandes cuves. Elle est filtrée puis envoyée dans un tank dans lequel des lampes UV vont tuer toutes les bactéries. “Celui-ci est pesé en permanence et envoie automatiquement deux conservateurs bio à l’intérieur pour conserver la bave fraîche », précise l’héliciculteur. La bave est enfin conditionnée dans de gros bidons et envoyée à un petit laboratoire du Loir-et-Cher afin qu’elle soit transformée en cosmétique. À noter qu’un escargot donne 5 grammes de bave en moyenne. Pour une crème, on retrouve la bave de 5/6 escargots !

Et ensuite ? Les gastéropodes sont replacés dans les 4 200 mètres carrés du parc d’engraissement de l’exploitation avant d’être de nouveau placés dans la machine. Mais au final, les escargots finiront dans nos assiettes. «  Notre activité première est de les élever pour les manger », rappelle le cogérant de la Maison Royer. Les frères envisagent de développer dans un an une gamme de produits dédiée aux instituts de beauté. Un massage à la bave d’escargot, ça vous tente ?

Nous avons testé pour vous la crème pour le visage

S’étaler de la bave d’escargot, cela peut en rebuter plus d’un. Piquées par la curiosité, nous avons voulu tester la crème pour le visage à base de 30% de bave d’escargot fraîche, vendue 39,50 euros. Le prix pique un peu mais les résultats promis motivent à dépenser cette somme. Elle est en effet censée hydrater, nourrir et réparer la peau. La crème doit aussi apporter douceur, souplesse, fraîcheur et donner un coup d’éclat à l’épiderme. Autres arguments avancés : elle lutte contre les rides, les ridules, les taches brunes, les cicatrices, l’acné et les brûlures, ainsi que le psoriasis, l’eczéma, les rosacées et les couperoses. Conseil d’utilisation : l’appliquer matin et soir sur une peau parfaitement nettoyée et la faire pénétrer en massant délicatement. Au sein de la rédaction de Réponse Conso, nous avons été deux à suivre ce rituel pendant deux mois.

Notre première impression est agréable puisque la crème sent très bon, ne colle pas et n’est pas trop grasse. Elle pénètre rapidement. Nul besoin d’attendre de longues minutes pour appliquer sa poudre ou son fond de teint fluide. Les premiers jours, les effets sur notre peau ont été immédiatement constatés. Elle est apparue plus « fraîche », moins fatiguée. Autre atout : nos petits boutons ont cicatrisé plus vite. Paroles d’anciennes acnéiques. Au bout d’un mois, la peau est devenue plus souple, plus douce et lumineuse. Pour les rides et ridules, aucun changement de ce côté-là (quelques mois de plus ?) À la fin de notre test, le bilan est très positif. Nous regrettons une seule chose : la peau est un peu grasse en fin de journée. Il faut donc prévoir des papiers matifiants si l’on envisage un dîner après le travail. Ce qui est d’ailleurs le cas pour bon nombre de crèmes hydratantes. Bien entendu, il ne s’agit que de nos impressions personnelles.

Si vous êtes curieux(ses), les produits de RoyeR cosmétique sont disponibles ici, dans certaines pharmacies et magasins bio. Et si vous n’avez pas envie de vous tartiner de bave, vous pouvez toujours déguster leurs escargots vendéens bio ! Ce sont vos papilles qui vont se régaler.

Sébastien et Olivier Royer.

Chaque année, la Maison Royer produit 12 tonnes d’escargots.

Marine VAUTRIN

Surprise

Gaspillage alimentaire : une pétition pour changer les dates de péremption

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème