Belgique : Suez va ouvrir une usine pour recycler les métaux non-ferreux

Publié le 23 janvier 2018 à 15:26 Aujourd'hui | 819 vues

Le groupe français de gestion de l’eau et des déchets Suez va construire une usine à Gand en Belgique afin de récupérer les métaux non-ferreux obtenus suite à la valorisation énergétique des déchets. Une première en Europe. 

L’environnement est menacé. De nombreuses entreprises ont donc décidé de s’engager pour limiter leur impact, à l’instar de Suez. Afin d’aller encore plus loin dans le recyclage des métaux non-ferreux, à savoir l’aluminium, le cuivre ou encore le plomb, le groupe français de gestion de l’eau et des déchets a annoncé lundi 22 janvier 2018 qu’il s’apprêtait à construire une usine unique en Europe qui utilisera un procédé développé en interne. Baptisé “Valomet”, il permet de “récupérer les métaux non-ferreux contenus dans les mâchefers, résultant de la valorisation énergétique des déchets”, explique Suez dans un communiqué. Avec ce procédé, Suez compte récolter “les particules fines de métaux non-ferreux de 0 à 20 mm” dans ces mâchefers. L’ensemble de ces résidus proviendra de plusieurs pays européens dont la Belgique, la France, le Royaume-Uni et la Pologne. Cette unité industrielle doit voir le jour dans la zone portuaire de Gand, à plus d’une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Bruxelles en Belgique, et sera opérationnelle à la fin de l’année. L’objectif est de “multiplier la capacité de production du site pilote par dix et de traiter jusqu’à 12 000 tonnes par an d’ici 2019”.

Un projet soutenu par le gouvernement flamand puisque celui-ci a investi un million d’euros dans la mise en oeuvre de la nouvelle usine “objectif zéro déchet” à Gand, rappelle Philippe Muyters, ministre flamand de l’Emploi, de l’Économie, de l’Innovation et du Sport. “Cette innovation marque une nouvelle étape de l’économie circulaire, dans laquelle les déchets ultimes retrouvent une seconde vie et préservent les ressources naturelles”, indique Jean-Marc Boursier, DGA Groupe en charge de l’activité Recyclage et Valorisation en Europe.

Un engagement de longue date

En novembre 2015, un projet pilote a vu le jour à Gand. Le but était de traiter et de séparer “des concentrés de flux métalliques provenant des mâchefers”. En l’espace d’un an, 1 300 tonnes de particules fines métalliques ont été extraites et réintroduites dans la chaîne de production “via des fonderies et des raffineries métallurgiques” précise Suez.

Ce n’est pas la première fois que le groupe décide de s’engager de près ou de loin en faveur de l’environnement. En collaboration avec la start-up Fermentlag, Suez a développé la colonne Morris, installée dans le XIVe arrondissement de Paris. S’inspirant de la photosynthèse, cette dernière est capable de dépolluer l’air grâce à des microalgues qui absorbent le gaz carbonique. Plus récemment, c’est sa filiale Réco qui a choisi d’apporter sa pierre à l’édifice. Cette dernière a conçu des collecteurs installés dans plusieurs parkings afin d’inciter les consommateurs à recycler leurs bouteilles en plastique. Pour chaque contenant déposé, la machine distribue des bons d’achat de 1 à 2 centimes d’euros, valable dans l’enseigne partenaire.

 

crédit photo : Suez

Marie Bascoulergue

  1. En collaboration avec la JEUNE POUSSE Fermentlag, Suez a développé la colonne Morris (…).

Surprise

Gaspillage alimentaire : une pétition pour changer les dates de péremption

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème