Brioche Pasquier s’engage à ne plus utiliser d’œufs de poules élevées en cage

Publié le 9 juin 2017 à 12:43 Aujourd'hui | 321 vues

Le groupe français de viennoiseries et pâtisseries industrielles Brioche Pasquier, a annoncé le retrait progressif d’ici à 2025 des œufs de poules élevées en cage de ses produits. Cette annonce intervient une semaine après celle du groupe Panzani, qui avait aussi renoncé aux œufs en batterie après la publication d’une vidéo de l’association L214. 

L’industriel Brioche Pasquier a décidé de ne plus utiliser les œufs de poules élevées en cage dans son processus de fabrication d’ici à 2025. C’est l’association de défense des animaux L214 qui, dans un communiqué publié mercredi 7 juin, a annoncé la bonne nouvelle. “Cette décision prouve, avec les engagements de nombreuses autres entreprises telles que le groupe Panzani, Barilla, Michel et Augustin et bien d’autres, que le rejet de l’élevage des poules en batterie ne concerne pas uniquement la grande distribution mais l’ensemble du secteur agroalimentaire, y compris les fabricants de produits transformés”, indique Brigitte Gothière, porte-parole de L214 . À noter que le groupe Brioche Pasquier occupe un tiers du marché des viennoiseries industrielles en France et consomme plus de 35 tonnes d’œufs chaque jour.

Veiller à la qualité d’élevage

L’association L214 avait dénoncé les conditions de vie de 160 000 poules pondeuses élevées en batterie dans un élevage vendéen. Vidéo à l’appui, elle révélait des conditions sanitaires exécrables. Suite aux révélations, le groupe Panzani avait plié en renonçant aux œufs de poules en cage. Les déclarations des deux grands groupes français de l’agroalimentaire arrivent après que des distributeurs français aient décidé de bannir les œufs produits en batterie. Ainsi, d’ici 2020 ou 2025, Carrefour, Intermarché ou encore Système U ne vendront plus d’œufs au détail provenant d’élevages en batterie.

“L’œuf est un produit simple, naturel. Pour le consommer ça doit donc être un produit sain, et cela n’est pas forcément compatible avec la production en cage. De plus, c’est un produit vendu à un petit prix, aussi le surcoût demeure raisonnable pour le client”, explique Hervé Gomichon, directeur de la qualité du groupe Carrefour. Les œufs produits en cage représentent 54% des achats au détail. Ils sont environ 17% moins chers que les autres œufs.

La filière française des poules, consciente des enjeux, a annoncé qu’elle souhaitait faire baisser l’élevage en cage en atteignant 50% d’élevage bio ou en plein air d’ici à 2022.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Alice Glaz

Surprise

Hypnos : un masque connecté pour mieux dormir et gérer son stress

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème