Carrefour ne vendra plus d’œufs de poules élevées en cage

Publié le 22 décembre 2016 à 10:46 Demain | 562 vues

Carrefour vient de s’engager à cesser la commercialisation d’œufs issus de poules élevées en cage d’ici 2020 pour ses marques. Cet engagement sera étendu à tous les œufs du rayon d’ici 2025.

Les œufs de poules élevées en cage : Carrefour dit stop ! L’enseigne a en effet annoncé, mardi 20 décembre sur son site, que “l’ensemble des œufs à marque Carrefour seront issus de systèmes d’élevages alternatifs à la cage en France d’ici 2020”. Elle a également indiqué qu’elle travaillera en étroite collaboration avec ses fournisseurs pour étendre cette démarche à tous les œufs du rayon d’ici 2025. « Pour accompagner cette adaptation de la production, Carrefour mettra en place une contractualisation spécifique sur 3 ans minimum avec ses fournisseurs de produits à sa marque pour la création de nouveaux élevages Bio ou plein air ou pour la reconversion d’élevage cage », explique l’enseigne.

Aujourd’hui, 70% des œufs à marque Carrefour sont déjà issus d’élevages de poules élevées en plein air et 100% des mayonnaises à marque Carrefour sont réalisées avec des œufs de poules élevées en plein air.

Un engagement salué par les associations

Dans un communiqué, l’association L214 et The Human League ont salué « l’avancée réalisée par le premier distributeur de France ». « Cette décision conforte l’importance croissante de la question animale dans notre société, et pose une limite aux souffrances infligées aux animaux utilisés dans l’industrie alimentaire », a déclaré Brigitte Gothière, porte-parole de L214. Pour David Coman-Hidy, Directeur de The Humane League, “l’engagement de Carrefour à ne vendre que des œufs issus d’élevages sans cage est unique en son genre en France, de par son ampleur et son impact, réduisant les souffrances d’un nombre considérable de poules en élevage ».

L’association Welfarm, qui œuvre pour la protection des animaux de ferme, a elle aussi salué l’engagement de Carrefour, indiquant que ce sont ainsi 1,9 million de poules qui ne seront plus élevées en cage chaque année. Carrefour a même confirmé à l’association le développement d’offres alternatives dès 2017. Dans le cadre de ses filières Qualité, l’enseigne proposera une viande de lapin issue d’animaux élevés dans un nouvel habitat, hors cages, avec un milieu de vie enrichi, un lait de vaches issu d’élevages pratiquant le pâturage saisonnier ou encore une viande de dinde issue d’animaux élevés en plein air. Enfin, Carrefour a également confirmé à Welfarm qu’elle proposera de la viande issue de porcs élevés en plein air sous sa marque Reflets de France, l’année prochaine.

Carrefour n’est pas la seule enseigne à ne plus vouloir vendre d’œufs de poules élevées en cage. Monoprix, Aldi ou encore Lidl ont également pris cet engagement.  En juillet, le leader mondial de la restauration hors domicile Sodexo avait aussi annoncé qu’il ne s’approvisionnera plus, d’ici 2025, en œufs pondus par des poules élevées en cage.

Toutefois, on est encore loin du bio ou des poules élevées en plein air. Car si les gallinacés ne vivent plus en cage, ils peuvent toujours être confinés dans des bâtiments aux espaces réduits et vivre sous une lumière électrique.

Comment déchiffrer le code d’une coquille ?

Chaque œuf est marqué d’un code désignant le numéro distinctif du producteur et permettant d’identifier le mode d’élevage. Le code du producteur, inscrit sur la coquille de l’œuf, se compose de chiffres et de lettres. Par exemple : 1 FR XAZ O1.

Le premier chiffre indique le mode d’élevage. « 1 » signifie que l’œuf est issu d’une poule élevée en plein air, « 2 » pour un œuf issu d’une poule élevée au sol, « 3 » d’une poule élevée en cage et « 0 » pour un œuf bio d’une poule élevée en plein air.

Le code ISO de l’état membre d’enregistrement : « FR » pour France. Puis est inscrit le code de traçabilité de l’élevage : en France, 3 lettres pour le site d’élevage suivies de 2 chiffres pour le numéro du bâtiment.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Marine VAUTRIN

  1. il faut savoir que ces méthodes d’élevage indignes exposent aussi les aviculteurs à risques supérieurs à la moyenne, induisant de nombreux accidents du travail parfois mortels ou invalidants et ces dangers sont souvent sous-estimés.
    Il est donc indispensable de prévenir ces situations dangereuses en mettent en œuvre d’autres façons de faire de l’aviculture : http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=559

Surprise

Quand les déchets se transforment en meubles design

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème