Champ de safran, ferme souterraine : Paris poursuit sa végétalisation

Publié le 3 juillet 2018 à 15:32 Aujourd'hui | 892 vues

La Ville de Paris a lancé un appel à projets baptisé « Parisculteurs » pour végétaliser et cultiver les toits-terrasses, cours et murs de la capitale. Pour cette seconde édition, 33 projets ont été retenus et répartis sur 33 sites. Réponse Conso vous propose d’en découvrir trois.

D’ici 2020, la Ville de Paris s’est donné pour objectif de végétaliser 100 hectares de bâti, dont un tiers consacré à l’agriculture urbaine. Parmi les nombreuses mesures engagées pour atteindre ce but, la mairie avait donné en janvier 2016 le coup d’envoi des « Parisculteurs », des appels à projets à l’attention des agriculteurs, jardiniers, paysagistes, entrepreneurs ou encore startupeurs pour « verdir » plusieurs sites de la capitale. La première édition a permis de lancer 32 projets, dont 14 ont déjà été installés. Parmi eux, une ferme maraîchère sur le toit-terrasse du centre médical de la RATP, dans le XIIe arrondissement de Paris. Ce site, nommé « La Ferme Lachambeaudie », a été inauguré le 11 juillet 2017. Les 32 sites permettront in fine la production de 500 tonnes de produits, dont 425 tonnes de fruits et légumes, 24 tonnes de champignons, 95 kilos de miel, 30 000 fleurs ou encore 8 000 litres de bière.

Fort de ce succès, la Ville de Paris a décidé de lancer en septembre 2017 la seconde édition Parisculteurs « avec plus de 9 hectares supplémentaires à cultiver ». Pour cela, « la ville a mobilisé des partenaires représentant tous les types de propriétaires de bâti -, copropriétaires, collectivités de la Métropole du Grand Paris, bailleurs, acteurs de l’immobilier, acteurs publics et parapublics, etc. – qui montrent à leurs pairs que cultiver Paris la Métropole est possible et souhaitable », explique la mairie de Paris.  Cette année, parmi la centaine de candidatures reçues, 33 ont été retenues. Ce seront ainsi 33 nouveaux sites qui seront cultivés, 10 sites appartenant à la Ville, 23 à ses partenaires, dont 3 à des copropriétés et 3 à des communes de la Métropole. « “Parisculteurs Saison 2”, ce sont de nouvelles productions parisiennes – des fruits, des légumes, des champignons, mais aussi des fleurs et des plantes pour les Parisiens, des herbes aromatiques, du miel, du safran, du vin comme des essences destinées à la vannerie (osiers cornouillers, noisetiers). Ce sont également, à la fois des techniques innovantes (hydroponie, aquaponie, etc.) mais aussi plus conventionnelles avec des cultures en pleine terre ou inspirées de la permaculture », s’est réjouie Pénélope Komitès, adjointe à la mairie de Paris, chargée des Espaces vertes, de la Nature, de la Biodiversité, de l’Agriculture urbaine et des Affaires funéraires.

Les 33 projets sélectionnés, et dévoilés mi-juin, rejoindront ceux élus lors de la première édition des Parisculteurs. Au total, ce seront près de 15 hectares qui seront cultivés dans la capitale.  Ces derniers sont tous incroyables. Nous en avons sélectionné trois. Les voici.

L’« Hôpital des plantes »

Un « Hôpital des plantes » verra le jour sur le toit de la résidence des Célestins (IVe). Ce projet, porté par Les Jardiniers à vélo et Pépins Production, recueillera des végétaux « rescapés » et les soignera avant de les commercialiser sur commande, sur les autres sites de production (Chanzy, Belleville), dans des magasins partenaires ou lors d’événements locaux. Ces végétaux, ce sont les invendus des fleuristes, les plantes délaissées qui ne sont plus en fleurs ou encore abandonnées par les particuliers. Sur ce site, des ateliers autour du jardin, de l’alimentation et du recyclage seront organisés à destination des résidents. « Les Jardiniers à vélo et Pépins Production apporteront leur expertise en entretien des plantes et pourront confier aux résidents volontaires des « missions de sauvetage » des plantes recueillies », explique-t-on.

Une ferme souterraine

Parmi les 33 lauréats, on retient également le projet étonnant de la société familiale La Florentaise, spécialisée dans la production de terreaux, amendements organiques et paillages, baptisé HRVST. Celle-ci entend lancer la première ferme verticale souterraine de Paris, sous le parc Monceau dans l’ancienne boucle de retournement de la ligne 3 du métro, mise à disposition par la RATP. Ici pousseront un million de plantes en pots ! Cette ferme « fournira aux restaurateurs de la capitale un vaste choix d’aromates privilégiant les variétés insolites et méconnues. Les jeunes plants et micro-pousses, cultivés sous LED dans des pots et substrats 100 % renouvelables, seront commercialisés pour être consommés au dernier moment et ainsi conserver toute leur fraîcheur et leurs qualités gustatives ».

Une « Safranière Suspendue »

Dès 2019, un champ de safran poussera dans Paris, plus précisément sur le toit du Monoprix Bièvre, dans le XIIIe arrondissement. Ce projet lauréat nommé « La Safranière Suspendue » combinera « un pourtour de terrasse planté de vivaces aromatiques mellifères, trois ruches et 677 m² de culture de safran. Il prévoit la vente de miel, de safran, de bulbes de crocus et de produits transformés (bonbons au miel, savons, baumes). Pour les curieux, des ateliers autour de l’apiculture et de la fabrication de cosmétiques naturels seront organisés dans un centre d’animation voisin. Ce projet est porté par Les Quatre Pariscultrices, en partenariat avec le Miel de Paris, La Savonnerie Bourbonnaise et Bacsac.

 

Retrouvez les autres projets sur le site www.parisculteurs.paris.

 

Marine VAUTRIN

Surprise

Hexa : un crabe-jardinier 2.0

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème