Climat : 2017 parmi les trois années les plus chaudes jamais enregistrées

Publié le 19 janvier 2018 à 11:52 Aujourd'hui | 1341 vues

La Terre suffoque. Selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM)2015, 2016 et 2017 ont été les années les plus chaudes jamais observées.

N’en déplaise aux plus sceptiques, le réchauffement climatique est une réalité. « Il est désormais confirmé que les années 2015, 2016 et 2017 sont les trois années les plus chaudes jamais enregistrées », a annoncé jeudi 18 janvier l’Organisation météorologique mondiale (OMM). Selon l’agence spécialisée de l’ONU, 2016 arrive en tête : la température moyenne à la surface du globe a dépassé de 1,2°C celle de l’époque préindustrielle (l’OMM utilise la période 1880-1900 comme référence). Cette année-là, El Niño, un phénomène naturel qui revient en général tous les trois à sept ans et qui est marqué par un réchauffement des eaux du Pacifique, a été particulièrement « puissant ». Celui-ci accentue le réchauffement en venant s’ajouter à l’influence exercée sur le long terme par le changement climatique provoqué par les émissions de gaz à effet de serre.

« En 2015 et 2017, l’écart de température moyenne par rapport aux valeurs préindustrielles était de 1,1 degré Celsius », note également l’OMM, précisant qu’il est « quasiment impossible de départager ces deux années car la différence de température est inférieure au centième de degré, soit moins que la marge d’erreur statistique ». En revanche, 2017 décroche le record de l’année la plus chaude jamais observée sans El Niño.

Le rythme du réchauffement constaté est « exceptionnel »

D’après Petteri Taalas, secrétaire général de l’OMM, « dix-sept des 18 années les plus chaudes appartiennent au XXIe siècle, et le rythme du réchauffement constaté ces trois dernières années est exceptionnel. Ce dernier a été particulièrement marqué dans l’Arctique, ce qui aura des répercussions durables et de grande ampleur sur le niveau de la mer et les régimes météorologiques dans d’autres régions du monde ».

La hausse des températures ne représente qu’une partie du changement climatique. « La chaleur de 2017 s’est accompagnée de conditions météorologiques extrêmes un peu partout dans le monde. C’est l’année la plus coûteuse qu’aient connue les États-Unis d’Amérique en termes de catastrophes météorologiques et climatiques, tandis que dans d’autres pays, les cyclones tropicaux, les sécheresses et les inondations ont entraîné un ralentissement voire une régression économique », a fait observer M. Taalas.

Marine VAUTRIN

Surprise

Gaspillage alimentaire : une pétition pour changer les dates de péremption

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème