Comment choisir un bon melon ?

Publié le 29 juillet 2017 à 10:00 Aujourd'hui | 590 vues

Fruit estival par excellence, le melon est très apprécié pour sa chair sucrée et rafraîchissante. Mais encore faut-il tomber sur LE bon. Voici quelques astuces pour choisir à coup sûr le melon parfait.

Contrairement aux idées reçues, le melon n’est pas un fruit. C’est un légume ! Il fait partie de la famille des cucurbitacées (courge, potirons, potimarrons, etc.)  En France, il est essentiellement cultivé en Poitou-Charentes, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. L’Hexagone est le troisième producteur européen de melons derrière l’Italie et l’Espagne. Vedette de l’été, le melon est très apprécié pour sa chair savoureuse et parfumée. En dessert ou en entrée, il se consomme sans modération. Ses atouts santé sont nombreux. Peu calorique et très désaltérant, le melon est riche en vitamines C et B9. Il est aussi source de potassium.

Bref, le melon a tout pour lui, il serait donc dommage de s’en priver. Mais choisir un melon, c’est tout un art. Chacun a sa technique. Certains le soupèsent, sentent son petit derrière et d’autres regardent si une craquelure étoilée se dessine autour du pédoncule, aussi appelé “pécou”. Quelle est la meilleure méthode ? Eh bien sachez qu’elles sont toutes bonnes. Tout dépend de quel melon vous souhaitez : « c’est pour aujourd’hui ou demain ? », comme disent les commerçants sur les marchés.

Toucher, regarder, humer

Pour choisir un melon prêt à être consommé, il faut mobiliser tous ses sens. Dans un premier temps, le toucher. Le melon doit être lourd, avoir une chair souple mais pas molle. Utilisez ensuite votre odorat. Un melon mûr exhale un parfum typique. Plus il est mûr, plus il est odorant. Toutefois, ne le choisissez pas trop parfumé. Cela signifie que le melon a mûri avec excès. Au niveau du goût, vous déchanterez. Enfin, place à la vue. Il faut être attentif au pédoncule. Celui-ci se décolle lorsque le melon est arrivé à maturité. Titillez-le ! La craquelure étoilée est aussi un très bon signe, tout comme les sillons. Si ceux-ci sont très marqués, cela signifie que le melon est à bonne maturité. Dans tous les cas, si vous avez un doute, demandez à votre primeur. Il sera vous conseiller et vous donner le bon melon.

Vous souhaitez un melon pour plus tard ? Il faudra le choisir peu odorant avec un pécou bien attaché. Vous le laisserez mûrir chez vous. Toutefois, faites attention. Ne le laissez pas en contact avec d’autres fruits et légumes. Pourquoi ? À cause de l’éthylène qu’il produit. Vous risquerez de voir vos poires, vos pêches ou vos concombres pourrir en très peu de temps. Emballez-le aussi dans une boîte ou un sachet hermétique pour que son odeur ne se propage pas aux autres aliments. Vous pouvez conserver votre melon jusqu’à six jours dans le bac à légumes de votre réfrigérateur.

Dans tous les cas, choisissez des melons français. Ceux-ci sont bien plus savoureux et souvent moins chers. L’idéal sera de les acheter directement sur leur lieu de production. À noter que certains melons bénéficient du Label Rouge. Les melons du Haut-Poitou, du Quercy et de la Guadeloupe bénéficient, eux, d’une Indication Géographique Protégée (IGP). La saison du melon dure jusqu’au mois de septembre. Profitez-en ! Si vous souhaitez déguster du melon toute l’année, c’est tout simple. Il suffit de congeler quelques billes. Celles-ci se conserveront dans un sachet hermétique au congélateur.

Sachez qu’il est tout à fait possible de cultiver des melons chez soi. Retrouvez nos conseils ici. Plutôt pastèque ? Faites-en aussi pousser dans votre jardin ! Toutes nos astuces sont ici.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Marine VAUTRIN

Surprise

Découvrez le premier cargo 100% électrique et écologique

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème