Cosmétiques : une appli pour chasser les ingrédients indésirables

Publié le 12 mars 2018 à 14:52 Aujourd'hui | 695 vues

L’association de consommateurs UFC-Que Choisir lance ce lundi 12 mars 2018 une application mobile afin de “faire la chasse aux ingrédients indésirables”. À ce jour, plus de 6 000 cosmétiques sont référencés dans la base de données.

Lait pour le corps, shampoing, déodorant, crème de jour… Au quotidien, nous mettons plusieurs produits sur notre corps. Malheureusement, ces cosmétiques sont remplis de produits chimiques potentiellement nocifs pour la santé. Selon l’UFC-Que Choisir, près d’un cosmétique sur deux possède un ou plusieurs ingrédients indésirables dont des perturbateurs endocriniens. Ces derniers sont d’ailleurs présents dans 55% des maquillages. Quant aux allergènes, on les retrouve dans 42% des produits de soins pour cheveux et 72% des dentifrices contiennent des substances irritantes. Pire encore, les produits pour bébés et enfants sont également concernés. Au total, 28% contiennent une ou plusieurs substances toxiques. Pour l’association, “seuls les produits bio se révèlent quasiment indemnes”. Et pour cause, les produits de grandes marques ont également des ingrédients indésirables. “66% des produits de soins pour cheveux déjà recensés chez L’Oréal et 56% des soins pour le corps ou le visage de Nivéa contiennent au moins un des ingrédients à éviter”, indique l’UFC-Que Choisir.

C’est dans ce contexte que l’association de consommateurs lance ce lundi 12 mars une application mobile pour “faire la chasse aux ingrédients indésirables”. Baptisée “QuelCosmetic”, elle est disponible gratuitement sur Android et iOS. Pour l’heure, l’application recense déjà plus de 6 000 cosmétiques dans sa base de données. L’ensemble est classé en huit catégories : soins des cheveux, produits pour bébés et enfants, produits d’hygiène dentaire, soins du visage, maquillage, soins du corps, produits solaires, déodorants et parfums.

Scanner le code-barres

Concrètement, pour analyser un cosmétique, deux possibilités s’offrent aux consommateurs : soit ils scannent le code-barres d’un produit, soit ils entrent directement son nom. “L’application informe immédiatement sur la présence ou l’absence de composés indésirables et leur niveau de dangerosité selon le profil : femme enceinte/bébé, enfant/adolescent ou adulte”, explique l’UFC-Que Choisir. Il est également possible d’avoir accès à la composition de chaque produit. On apprend ainsi que le stick correcteur couleur beige rose de la marque Gemey Maybelline contient des BHT et du butylphenyl methylpropional, deux ingrédients indésirables. Sous l’évaluation du produit se trouve un onglet qui renvoie à une liste de cosmétiques similaires “sans risque”. Si le cosmétique n’est pas référencé, le consommateur sera invité à le signaler. S’il le souhaite, il pourra également être prévenu par mail sur le résultat de l’analyse du produit par l’association de consommateurs.

“QuelCosmetic” n’est pas la seule application à décrypter la composition des cosmétiques. En novembre dernier, nous vous avions dressé une liste non exhaustive de cinq applications permettant ainsi de choisir des alternatives plus saines.

Marie Bascoulergue

Surprise

Hexa : un crabe-jardinier 2.0

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème