Le Costa Rica dit adieu au plastique à usage unique

Publié le 22 août 2017 à 9:25 Demain | 430 vues

Pailles, vaisselle jetable, sacs plastiques, bouteilles… Ces objets en plastique à usage unique disparaîtront du paysage costaricain d’ici à 2021.

Le Costa Rica sera-t-il le pays le plus green du monde ? Ce pays d’Amérique centrale est bien parti pour. En 2016, ce dernier a d’ailleurs totalisé plus de 250 jours d’électricité en ne comptant que sur les énergies propres et durables. Les énergies renouvelables ont représenté 98,1 % de la production électrique du pays. Un peu moins de 2% d’énergies fossiles ont été utilisées. En 2015, il avait même fait mieux : 98,9%. Afficher une empreinte carbone neutre d’ici à 2021, telle est l’ambition du Costa Rica. Désormais, ce petit pays de cinq millions d’habitants s’est fixé un autre objectif : éradiquer le plastique à usage unique d’ici quatre ans.

Le gouvernement a annoncé le 5 juin dernier, à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, qu’il entendait devenir le premier pays au monde à bannir tout objet en plastique à usage unique. Adieu sacs en plastique, vaisselle jetable, pailles et autres objets à jeter. Il faut dire qu’au Costa Rica la pollution du plastique est particulièrement problématique. Sur les 4 000 tonnes de déchets solides produits quotidiennement, 20% ne sont pas collectés, ni même mis en décharge. 11% sont des déchets en plastique. Ces derniers finissent dans la nature, jonchent les plages et polluent les rivières. À la place du plastique à usage unique ? Des matériaux renouvelables ou biodégradables en une période de six mois maximum !

« Être un pays sans plastique à usage unique est notre mantra »

Le projet est mené par les ministères costaricains de la Santé, de l’Environnement et de l’Énergie, avec le soutien du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), des communautés locales et de divers groupes du secteur privé. L’objectif de bannir le plastique à usage unique est ambitieux mais réalisable. Pour le gouvernement costaricain, une mobilisation doit se faire aussi bien du côté des entreprises que des citoyens. « Être un pays sans plastique à usage unique est notre mantra et notre mission. Cela ne sera pas simple et le gouvernement ne peut y arriver seul. Pour promouvoir ces changements, nous avons besoin que tous les secteurs – publics et privés – s’engagent à mener des actions pour remplacer le plastique à usage unique (…) Nous avons aussi besoin des initiatives et de la participation de tous : femmes, hommes, garçons et filles », expliquent Edgar Gutiérrez, ministre de l’Environnement et de l’Énergie, María Esther Anchía, ministre de la Santé et Alice Shackelford, représentante du Costa Rica aux Nations unies, dans un communiqué publié le 18 juillet dernier.

Le Costa Rica souhaite devenir « une source d’inspiration pour le monde entier ». En France, des mesures ont déjà été adoptées pour limiter la pollution du plastique. Après l’interdiction des sacs aux caisses, ce sera bientôt au tour de la vaisselle jetable (gobelets, verres et assiettes à usage unique). En 2020, celle-ci sera en effet prohibée, sauf si elle est compostable en compostage domestique et constituée de matières biosourcées.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Marine VAUTRIN

Surprise

WhyNote, le bloc-notes qui s’utilise à l’infini

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème