Que faire au potager en mars ?

Publié le 1 mars 2018 à 9:23 Aujourd'hui | 631 vues

L’hiver s’achève bientôt et vous vous demandez ce que vous pouvez faire dans votre potager ? Suivez le guide !

Mars est un mois charnière. À cheval entre l’hiver et le printemps, il permet de retrouver le plaisir de travailler dehors mais tout en respectant certaines conditions.

Mars : entre pleine terre et abri

Si certaines plantations ne peuvent se faire qu’après les Saintes Glaces, en mai, certains semis en profitent pour investir le potager. C’est le cas des betteraves, des poireaux, des carottes, des épinards, des navets, des pois, certaines variétés de radis et de carottes, des brocolis ou encore de la roquette.

Mais c’est aussi et surtout le mois rêvé pour planter sous abris les choux : chou blanc, chou rouge, chou-fleur ou chou de Bruxelles. Ce légume est robuste mais aura tout de même du mal à résister au gel qui peut survenir. Préférez une culture sous abri pour le moment en attendant de les repiquer au retour des beaux jours. Le mois de mars est aussi propice pour planter les oignons, l’échalote et l’ail. Il est aussi possible de planter les plants de rhubarbe.

Le mois des arbustes fruitiers

Le mois de mars est également idéal pour prendre soin de son verger. Vous pouvez commencer à planter quelques arbustes à petits fruits comme les framboisiers, les groseilliers et les cassissiers. La plantation peut se faire dans un sol frais et facile à travailler. Une fois le trou creusé, déposez une couche de compost dans le fond que vous recouvrirez avec un peu de terre avant de disposer votre plan. N’oubliez pas de bien arroser votre arbuste. En revanche, faites attention à bien les espacer. En grandissant, ces derniers peuvent mesurer jusqu’à 1m d’envergure. Prudence donc.

Mars est le dernier mois pour profiter des panais

Dégusté par nos ancêtres, ce légume racine a progressivement disparu de nos assiettes. Il faut dire qu’il avait de la concurrence. Ressemblant à la carotte, le panais était souvent confondu avec cette dernière. Très cultivé dans les monastères, il s’est ensuite fait voler la vedette par la pomme de terre. Et cela est bien dommage. Car en plus d’être délicieux, le panais possède de nombreux atouts. Sur le plan nutritionnel, le panais est excellent. Celui-ci est riche en vitamines B1, B5, B9 et en vitamine C. Parfait pour affronter les frimas de l’hiver. Il est aussi source de magnésium et de potassium. Une portion de 100 grammes de panais couvrirait à elle seule les besoins journaliers minimum en potassium (375 à 785 mg). Le panais est également riche en fibres. Parfait pour celles et ceux qui ont des petits problèmes de constipation. C’est aussi un allié minceur puisqu’il est peu calorique (environ 55 calories pour 100 grammes). En revanche, attention. Il contient plus de glucides que la carotte. Les personnes diabétiques doivent être vigilantes. Sur le plan gustatif, le panais ravira petits et grands. Le légume est apprécié pour sa saveur sucrée qui rappelle celle de la carotte. Sa chair fibreuse fait aussi penser à la patate douce. Le panais, qui possède aussi un petit goût noisette, peut se déguster cru râpé avec d’autres crudités ou cuit en gratin ou potage. Cuisiné à la vapeur, il est aussi délicieux. Plus d’infos sur le panais ici.

Aveclogo_mip

Justine Dupuy

Surprise

TOP des BD écolos à découvrir !

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème