Flexitarisme, végétalisme, véganisme : c’est quoi la différence ?

Publié le 12 octobre 2018 à 9:47 Aujourd'hui | 523 vues

Que ce soit pour des raisons éthiques, environnementales ou par souci de mieux manger, de plus en plus de Français se tournent vers le végétarisme, le flexitarisme, le végétalisme, voire le véganisme. Mais quelles sont les différences entre ces régimes ? On fait le point.

Le flexitarisme

Les flexitariens ne bannissent pas la viande ou tout autre produit d’origine animale de leur alimentation. Ils limitent leur consommation. Cette pratique, qui consiste à réduire la part des protéines animales au profit des protéines végétales, séduit de plus en plus de Français. Elle concernerait 1/3 des ménages, selon une étude Kantar WordPanel pour MeatLab Charal, publié en décembre 2017.

Le végétarisme

Le végétarisme est un régime alimentaire qui exclut la chair animale. Une personne végétarienne ne mange pas de viande (rouge, blanche), ni de poissons ni de fruits de mer. Elle s’autorise parfois à consommer des produits laitiers, des œufs et du miel. On parle de régime ovo-lacto-végétarien. Dans le végétarisme, on retrouve également les lacto-végétariens, qui consomment des produits laitiers mais pas d’œufs, et les ovo-végétariens qui mangent des oeufs mais pas de produits laitiers.

Le pescetarisme

Les personnes adeptes du pescetarisme ne consomment pas de viande mais n’excluent pas les poissons et les fruits de mer de son alimentation.

Le végétalisme

Les végétaliens sont un peu plus stricts. Comme les végétariens, ils ne mangent pas de viande, de poissons ni fruits de mer mais ils bannissent aussi les produits laitiers, les œufs et tout autre produit d’origine animale comme le miel, la gélatine non végétale, etc.

Le véganisme

Le véganisme est un mode de vie basé sur le refus de toute forme d’exploitation animale. Les vegans ont le même régime alimentaire que les végétaliens mais excluent en plus de leur quotidien tous les produits liés à l’exploitation animale. Ils ne portent pas de vêtements et d’accessoires faits de matières premières provenant des animaux (laine, soie, cuir, etc.). Ils n’utilisent pas non plus de produits pharmaceutiques ou cosmétiques testés sur les animaux, et ne vont pas au zoo ou au cirque voir des spectacles avec des animaux. « Quand on choisit de devenir vegan, on exclut, autant que possible, toute activité faisant souffrir les animaux », précise L214. Être vegan est donc plus qu’un régime alimentaire, c’est un mode de vie à part entière.

À lire : Le régime végétalien est-il bon pour la santé ?

Justine Dupuy

Surprise

Gaspillage alimentaire : une pétition pour changer les dates de péremption

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème