Fruits et légumes : les Français en mangent de moins en moins

Publié le 12 juillet 2017 à 11:57 Aujourd'hui | 161 vues

Manger cinq fruits et légumes par jour, telle est la recommandation du Programme national de nutrition santé (PNNS). Mais selon une étude du Crédoc, parue le 11 juillet, les jeunes générations consomment quatre fois moins de fruits et de légumes que leurs grands-parents. 

On ne cesse de le répéter depuis 2001, il faut manger au moins cinq fruits et légumes par jour. Pourtant, de moins en moins de Français suivent la recommandation du Programme national de nutrition santé (PNNS). Comme l’indique une étude du Crédoc, les Français sont beaucoup moins enclins à en consommer malgré toutes les campagnes de sensibilisation. Mis en place depuis le 1er mars 2007, ces messages publicitaires se sont retrouvés sous forme de bannière sur toutes les publicités alimentaires.

Mais voilà, dix ans plus tard, l’étude montre qu’après une hausse de quatre points (27% à 31%) entre 2007 et 2010, la proportion d’adultes respectant cette recommandation a énormément chuté. Ainsi, en 2017, seulement un Français sur quatre consomme cinq fruits et légumes par jour. Chez les jeunes de 2 à 17 ans, le constat est le même. Seulement 6% consomment plus de cinq fruits et légumes. Quant à ceux qui en consomment très peu, les chiffres ont augmenté à 45% contre 32% en 2010.

“L’effet génération”

C’est le grand point de cette étude. Le Crédoc a analysé les habitudes alimentaires de toutes les tranches d’âge, et a démontré qu’il y a un “effet génération” dans la manière de consommer. Les jeunes, en général, consomment de moins en moins de fruits et légumes. “Alors que, dans la génération née entre 1987 et 1996, le niveau de consommation de légumes à 25 ans est de 50 g par jour et celui de fruits de 45 g, il était, au même âge, plus de deux fois supérieur dans la génération née entre 1967 et 1976 avec 145 g de légumes et de 100 g de fruits. Les modes de vie plus urbains des jeunes générations les conduisent vers un mode d’alimentation de plus en plus orienté vers la praticité. L’éloignement entre le domicile et le lieu de travail les incite à manger plus souvent hors de chez eux. De plus, l’augmentation des temps passés devant des écrans les pousse à l’achat de produits faciles à consommer tels que les pizzas, quiches, sandwiches, pâtes ou riz. Le temps des repas et celui de la préparation sont plus faibles”, indique l’étude.

Le nombre de faibles consommateurs augmente aussi après l’arrivée d’enfants. À partir de trois bambins, le temps consacré à la cuisine et l’alimentation est réduit considérablement. Par rapport à celles des enfants uniques, la proportion est de 17 points plus élevée chez les enfants vivant dans les familles avec trois enfants et plus. Le constat est le même dans les foyers sans enfants, les faibles consommateurs ne sont que 40% contre 69% dans les foyers de trois enfants ou plus. Quinze ans après la mise en place du Programme national nutrition santé, les inégalités territoriales augmentent, tandis que les inégalités sociales se nivellent par le bas. Le Nord de la France connaît une très forte augmentation des petits consommateurs entre 2010 et 2016, et ce, aussi bien chez les adultes (+30 points) que chez les enfants (+21 points). La hausse nationale est quant à elle de 9 points chez les adultes et 11 points chez les enfants.

Pourquoi est-il nécessaire de manger cinq fruits et légumes par jour ?

Vitamines, fibres, minéraux, etc., les fruits et légumes sont considérés comme les principaux éléments d’une alimentation saine. Peu importe leurs formes : crudités, jus de fruits, pressés, frais… On ne cessera de le répéter, les fruits et légumes sont bons pour la santé ! En effet, ils ont la capacité de prévenir de nombreuses maladies comme les cancers, le diabète et les maladies cardiovasculaires. Ainsi, une consommation de 800 grammes de fruits et de légumes par jour diminuerait d’environ 20% le risque d’être victime d’un infarctus ou d’une angine de poitrine, selon la Fédérartion Française de Cardiologie (FFC).

Le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) estime que la fraction évitable des cancers dus à une faible consommation de fruits et légumes se situe dans une fourchette allant de 5 à 12% et jusqu’à 20 à 30% pour les cancers du tractus gastro-intestinal supérieur à l’échelle mondiale. “Jusqu’à 1,7 million de vies pourraient être épargnées chaque année moyennant une consommation suffisante au niveau mondial”, affirme l’OMS. Toutefois, il faut varier le plus possible les fruits et les légumes pour bénéficier de l’ensemble de leurs bienfaits. Et si vous ne savez pas quels plats cuisiner, vous pouvez vous rendre sur le site manger bouger. Il vous proposera des menus variés et sains selon vos besoins.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Alice Glaz

Surprise

OGarden : un jardin bio dans votre maison

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème