Haribo accusé d’esclavagisme et de maltraitance animale

Publié le 27 octobre 2017 à 16:02 Aujourd'hui | 1159 vues

Les conditions de travail des ouvriers brésiliens fabriquant l’un des ingrédients nécessaires pour les bonbons Haribo seraient des plus misérables. C’est ce que révèle un documentaire allemand diffusé lundi 16 octobre 2017. 

Depuis des années, la célèbre enseigne de confiserie Haribo berce notre enfance avec, notamment, ses célèbres oursons en gélatine ou ses fraises Tagada. D’ailleurs, comme le dit le slogan de la marque “Haribo c’est beau la vie, pour les grands et les petits !”. Au vu des récentes révélations, pas si sûr que tous les “grands” trouvent la vie si belle. Selon un documentaire diffusé le 16 octobre dernier sur la chaîne de télévision allemande Das Erste et relayé par le site français Reporterre, “Haribo s’approvisionne auprès d’entreprises peu scrupuleuses en matière de droits de l’homme et de bien-être animal”. Une information scandaleuse surtout lorsque l’on sait que la marque allemande emploie plus de 7 000 collaborateurs dans le monde.

Aucune protection pour les ouvriers

Selon les journalistes auteurs du documentaire, les ouvriers brésiliens en charge de fabriquer la cire de carnauba (élément provenant d’un palmier qui donne un aspect lisse et brillant aux bonbons), travailleraient dans des conditions “épouvantables”. Ces derniers n’auraient pas de vêtements de protection lorsqu’ils doivent couper, avec des lames, des feuilles de palmiers. Ils seraient également privés de sanitaires et d’eau potable. Leurs employeurs les forceraient à dormir sur place, à même le sol, dans des camions. Pour ce travail fourni, ils seraient payés en moyenne 10 euros par jour (salaire non fixe), et bien souvent au black. Pire encore, les journalistes allemands sont tombés nez à nez avec des mineurs d’à peine 15 ans.

Ces pratiques sont bien loin d’être secrètes. Le ministère du Travail brésilien serait au courant et aurait employé le terme “d’esclavage” pour qualifier ces conditions de travail. Selon les Allemands, il serait même en train de prendre des mesures pour tenter d’éradiquer ce fléau.

Des porcs maltraités

Les êtres humains ne seraient pas les seuls à souffrir de l’industrie du bonbon. En plus de la cire de carnauba, l’ingrédient “phare” des confiseries Haribo est la gélatine de porc. Et qui dit gélatine de porc, dit porcs. Là encore les conditions sont “effrayantes”. Les auteurs du documentaire ont réussi à retrouver les élevages de bêtes, dans le nord-ouest de l’Allemagne. Ils ont également obtenu des images de l’intérieur grâce à l’association de protection animale Tierretter, qui a pu s’introduire dedans. “Les animaux vivent en permanence dans leurs propres excréments”, raconte un militant de l’association. Toujours selon Reporterre, le taux d’ammoniac provoquerait des inflammations aux yeux des porcs. Tous ces animaux partageraient le même box qu’ils soient malades, sains ou mourants.

De son côté, Haribo se défend et aurait assuré aux journalistes allemands de tomber des nues en découvrant ces informations. “Nous n’avons pas connaissance d’entorses à nos règles, a répondu son service de communication. Nous vous remercions de ces informations et allons engager un suivi proactif de ce thème auprès de nos fournisseurs.”, a rapporté Reporterre. Le confiseur allemand aurait également déclaré : “nous sommes une entreprise qui souhaite amener de la joie aux enfants et aux adultes”.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Marie Bascoulergue

Surprise

Du mobilier et des jouets pour enfants faits avec du plastique recyclé

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème