En hiver, aidons les oiseaux !

Publié le 14 décembre 2017 à 12:13 Aujourd'hui | 300 vues

En hiver, les oiseaux sont plus vulnérables à cause du manque de nourriture et d’eau. N’hésitons donc pas à les aider à passer cette période difficile de l’année, à condition de respecter quelques règles. Explications.

Les températures baissent, les sols commencent à geler et les premiers flocons ont déjà fait leur apparition. L’hiver est une période particulièrement délicate qui met notre santé à rude épreuve. Pour les oiseaux, cette saison est la plus « meurtrière », rappelle la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux). Ces derniers résistent en effet moins bien froid en raison du manque de nourriture et d’eau. Les sols durs et gelés les empêchent d’attraper les vers de terre et les graines et baies se font plus rares. Ils doivent donc redoubler d’efforts pour trouver de la nourriture, et l’énergie qu’ils dépensent pour la chercher « n’est pas toujours compensée par leurs maigres repas ». Pourquoi ne pas alors les aider ?

Pour cela, il suffit de leur fournir une nourriture d’appoint, en installant des mangeoires et des abreuvoirs dans son jardin ou sur son balcon. Mais attention, pas n’importe comment. Pour leur sécurité, il faudra les placer hors d’atteinte des prédateurs tels que les félins. Vous pouvez acheter des mangeoires et abreuvoirs dans des magasins spécialisés, comme les jardineries et animaleries, ou bien dans certains supermarchés. L’idéal sera toutefois de les fabriquer soi-même, avec une bouteille d’eau par exemple. Cela ne prend que quelques minutes et c’est plus écologique. Le nourrissage des oiseaux peut débuter dès les premières gelées et se poursuivre jusqu’au mois de mars. « Une fois le nourrissage commencé, ne l’interrompez pas jusqu’à l’arrivée des beaux jours. Les oiseaux seraient perturbés par ce changement alors qu’ils se sont peu à peu habitués à un point d’alimentation fixe », conseille la LPO. Lorsque le temps se radoucira, réduisez au fur et à mesure leurs rations. Cette aide alimentaire ne doit en aucun cas se prolonger au-delà de l’hiver et des vagues de froid, « sous peine de rendre les oiseaux dépendants ».

Leur donner à manger et à boire

Justement, que leur donner ? Il faut privilégier des aliments riches en graisses qui leur permettront d’affronter l’hiver et reconstituer leurs réserves. Évitez de leur donner trop de graisse animale (lard, suif, saindoux) et optez plutôt pour des graisses d’origine végétale, à base d’huile de colza. Surtout, ne leur donner pas les restes de vos repas. Ces derniers sont souvent trop salés, trop sucrés ou trop cuits pour être digérés par leurs organismes. L’idéal sera de leur donner des mélanges de grains à base de tournesol noir, de cacahuète et de maïs concassé, ou des amandes, des noix, des noisettes (non grillées et non salées), des petites graines de millet ou d’avoine, mais aussi des fruits décomposés comme des pommes, des poires flétries, et du pain de graisse végétale simple ou mélangé avec des graines, fruits rouges ou insectes. Ne donnez jamais de lait aux oiseaux. « Ils ne peuvent pas le digérer et celui-ci peut être responsable de troubles digestifs mortels. Seuls les dérivés laitiers cuits, tels que le fromage, peuvent être donnés en très petite quantité », explique la Ligue pour la Protections des Oiseaux. Les mélanges de grains bon marché composés de pois, lentilles et riz sont aussi à proscrire, tout comme les biscuits pour animaux de compagnie.

À noter que la nourriture doit être placée à l’abri de l’humidité et des intempéries. Les mangeoires doivent être régulièrement approvisionnées et entretenues pour éviter la propagation de maladies. Quant à l’abreuvoir, l’eau, de préférence tiède, doit être fréquemment renouvelée, soit deux fois par jour. Le récipient ne doit pas être profond car les oiseaux pourraient se noyer.

Protéger les volatiles est essentiel, surtout lorsque l’on sait que les populations de Verdiers d’Europe, de Moineaux friquets et de Chardonnerets élégants ont chuté respectivement de 42% depuis 1989, de 60% sur les dix dernières années et de 33% depuis 1989, rappelle la LPO. En installant des mangeoires vous les aiderez ainsi à passer l’hiver en toute quiétude.

Et si vous souhaitez aider les scientifiques, vous pouvez aussi participer à une étude consacrée au comportement de nourrissage des oiseaux, baptisée BirdLab. Proposée par le programme Vigie-Nature du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), en partenariat avec la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) et AgroParisTech, celle-ci a pour objectif d’étudier les interactions entre les oiseaux qui fréquentent les mangeoires. Pour participer, rien de plus simple. Il suffit de télécharger l’application BirdLab et de reproduire sur son smartphone leurs déplacements entre les mangeoires. Plus d’informations ici.

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Marine VAUTRIN

Surprise

Tetra, le lave-vaisselle pour ceux qui vivent dans un petit studio

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème