Une immense ferme maraîchère va s’installer à Paris

Publié le 28 février 2018 à 17:00 Demain | 1112 vues

Une grande ferme urbaine va voir le jour porte de la Chapelle (XVIIIe). La start-up Cultivate a été sélectionnée pour faire pousser sur le toit-terrasse de l’hôtel logistique de Chapelle International des légumes et des aromates, qui seront ensuite distribués dans les magasins Franprix.

D’ici 2020, la Ville de Paris s’est donné pour objectif de végétaliser 100 hectares de bâti, dont un tiers consacré à l’agriculture urbaine. Et cela semble bien parti. Plusieurs fermes maraîchères commencent en effet à voir le jour dans la capitale, dans le cadre de « Parisculteurs ». Parmi elles, on compte notamment « La Ferme Lachambeaudie », inaugurée le 11 juillet 2017 et située sur le toit-terrasse du centre médical de la RATP, dans le XIIe arrondissement de Paris. Sur ce toit de 450 mètres carrés, Aéromate, spécialisée dans l’agriculture urbaine et porteuse du projet, y fait pousser des fruits, des légumes, des fleurs comestibles et des aromates dont certaines variétés étonnantes comme la menthe chocolat. Dans le XVIIIe, un ancien parking a lui été réhabilité en ferme à champignons. Et bientôt, les toits de l’Opéra Bastille accueilleront une ferme maraîchère, une houblonnière et une microbrasserie. Mais ces projets sont loin d’être aussi impressionnants, comparés à celui qui verra le jour porte de la Chapelle, sur le toit-terrasse de l’hôtel logistique de Chapelle International, un ancien site ferroviaire qui deviendra un nouveau quartier.

50 tonnes de productions agricoles

Après un appel à projets lancé en septembre 2017, la jeune pousse Cultivate a été désignée lundi 26 février par un jury d’élus et d’experts pour créer la plus grande ferme maraîchère parisienne, sur les 7000 mètres carrés de toiture. Le projet, baptisé « Mushroof », prévoit de cultiver des légumes, des fleurs comestibles et une « gamme de salades et d’aromates comprenant notamment quelques variétés anciennes et rares », explique la mairie de Paris dans un communiqué. « Les cultures se feront dans une serre de près de 1 200 m2 (en hydroponie, NDLR) et un espace de pleine terre en permaculture. Des espaces de restauration (cantine végétale, café, épicerie, etc.) et d’animation complèteront l’aménagement de l’exploitation », ajoute-t-elle. Cultivate entend cultiver près de 50 tonnes de produits locaux par an. Les récoltes, dont les premières sont attendues pour 2019, seront livrées par véhicules électriques et mises en vente dans les magasins de proximité Franprix, partenaire du projet. Selon la municipalité, cette initiative prévoit de créer « une dizaine d’emplois dès l’année prochaine ».

« En devenant lauréat, nous allons pouvoir développer un projet pionnier, s’inscrivant dans la dynamique mondiale en faveur de l’agriculture urbaine. Notre production s’intégrera au reste de l’écosystème : distribution en magasins de proximité, approvisionnement local de restaurants, restauration sur site, événementiel à thématique, re-valorisation d’invendus, livraison décarbonée en ville… De la serre au caddie, de la terre à l’assiette, le projet sera un laboratoire grandeur nature pour l’émergence d’écosystèmes urbains d’un nouveau genre », ont déclaré Sarah Msika et Sidney Delourme, les fondateurs de Cultivate.

 

 

Marine VAUTRIN

Surprise

Gaspillage alimentaire : une pétition pour changer les dates de péremption

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème