La consommation régulière de produits bio réduit le risque de cancer

Publié le 23 octobre 2018 à 11:02 Aujourd'hui | 384 vues

Une étude menée par des chercheurs français révèle que la consommation régulière de produits issus de l’agriculture biologique réduit significativement le risque de cancer.

Consommer des produits bio, c’est bon pour l’environnement… et la santé ! Une étude épidémiologique française, publiée lundi 22 octobre 2018 dans la revue JAMA Internal Medicine, révèle que les personnes qui mangent régulièrement des aliments issus de l’agriculture biologique ont un risque de cancer réduit de 25%, par rapport à celles qui en consomment occasionnellement. Les chercheurs du centre de recherche en Epidémiologie et Statistiques Sorbonne Paris Cité (Inra/ Inserm/Université Paris 13/CNAM), qui ont mené cette étude inédite, ont par ailleurs constaté une diminution de 34 % pour les cancers du sein chez les femmes ménopausées et de 76 % pour les lymphomes. « Bien que le lien de cause à effet ne puisse être établi sur la base de cette seule étude, les résultats suggèrent qu’une alimentation riche en aliments bio pourrait limiter l’incidence des cancers », souligne l’Inra dans un communiqué, précisant que « la prise en compte de divers facteurs de risque pouvant impacter cette relation (facteurs sociodémographiques, alimentation, modes de vie, antécédents familiaux) n’a pas modifié les résultats ».

Les scientifiques avancent deux hypothèses : la présence de résidus de pesticides synthétiques plus fréquente et à des doses plus élevées dans les aliments issus d’une agriculture conventionnelle, et des teneurs potentiellement plus élevées en certains micronutriments (antioxydants caroténoïdes, polyphénols, vitamine C ou profils d’acides gras plus bénéfiques) dans les aliments bio.

Pour cette étude, les auteurs ont suivi près de 70 000 personnes de la cohorte française NutriNet, entre 2009 et 2016. Pour 16 groupes alimentaires, les participants devaient indiquer s’ils consommaient « de temps en temps », « jamais » ou « la plupart du temps » des produits bio. Pendant les sept années de suivi, 1 340 nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués. Les chercheurs ont ensuite observé la répartition des maladies en fonction de la consommation de bio.

Des travaux complémentaires nécessaires

Les conclusions de cette étude doivent encore être confirmées par d’autres investigations, précisent toutefois les chercheurs. Néanmoins, « ces résultats soutiennent les recommandations du Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) émises en 2017 pour les futurs repères alimentaires du Programme National Nutrition Santé (PNNS) visant à privilégier les aliments cultivés selon des modes de production diminuant l’exposition aux pesticides pour les fruits et légumes, les légumineuses et les produits céréaliers complets ».

« Générations Futures se félicite de la publication de cette nouvelle étude qui montre clairement les effets protecteurs des aliments biologiques vis-à-vis du cancer, car les facteurs confondants possibles ont été considérés, » a déclaré François Veillerette, directeur de l’association Générations Futures, dans un communiqué. Et d’ajouter : « Il faut maintenant que l’État développe une politique d’accès à l’alimentation biologique pour tou·te·s et un soutien encore accru à l’agriculture biologique nationale comme un levier important d’une vraie politique de prévention du cancer qui permettrait sans doute d’éviter des dizaines de milliers de cas de cette terrible maladie qui touche 400 000 nouveaux malades tous les ans. »

Marine VAUTRIN

Surprise

Gaspillage alimentaire : une pétition pour changer les dates de péremption

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème