Ces légumes oubliés qui méritent leur place au potager

Publié le 23 juillet 2017 à 10:30 Aujourd'hui | 1014 vues

Les légumes ne s’arrêtent pas aux carottes, aux brocolis ou aux radis. Souvent absents des potagers, certaines variétés potagères anciennes méritent leur petite place aux côtés des betteraves ou des pommes de terre.

Et si l’on variait un peu plus son potager ? Dégustés par nos ancêtres, certains légumes ont progressivement disparu de notre quotidien au profit d’autres variétés. C’est pourquoi, on les qualifie d’oubliés. Et cela est bien dommage. Car en plus d’être délicieux, ils peuvent aussi mettre un peu d’originalité dans nos plats. Carottes, endives, brocolis, on peut vite faire le tour. Nous avons donc sélectionné sept légumes oubliés qui n’attendent qu’à pousser chez vous.

La poirée

Derrière ce nom se cache un légume bien connu de tous, la bette à carde. La poirée est son ancêtre ! On la désignait ainsi en référence à la « porée », une soupe très populaire au Moyen Âge. La poirée est une cousine de la betterave, d’où son goût légèrement sucré. Riche en fibres, elle favorise le bon transit intestinal. Ses feuilles sont aussi une excellente source de vitamine C. Il existe de nombreuses variétés dont la verte à cadre blanche, orange, jaune ou rouge. De quoi mettre de la couleur dans son potager. Ce légume de la famille des chénopodiacées se cultive dans un sol frais, profond et riche en humus, et se plaît au soleil. Les semis se font en place dès le mois d’avril jusqu’à la fin du mois de mai pour une récolte qui pourra se faire en juillet. On cultive la poirée près des carottes, des radis ou des navets.  Attention, elle n’aime pas la proximité avec les poireaux. Vigilance également aux pucerons qui raffolent de ses feuilles.

Le chervis

Cette variété potagère ne vous dit peut-être pas grand-chose, pourtant ce légume reconnaissable à ses racines tubéreuses fut longtemps présent à la table des Rois. Très apprécié pour son goût sucré, rappelant celui du panais, le chervis se cultive très facilement. Pas besoin d’être un grand spécialiste. On le sème en place entre septembre et novembre, sur un sol frais. Il peut passer l’hiver sans problème mais demande toutefois des apports d’eau réguliers. Les racines se cuisineront à l’eau ou la vapeur.

Photo : Instagram @lemarchefg

L’arroche

S’il y a bien une plante que nous avons oubliée, c’est bien l’arroche. Cultivée au Moyen Âge, elle fut remplacée au fil du temps par l’épinard. On ne la retrouve d’ailleurs presque plus sur les étals de nos marchés. Et c’est bien dommage. L’arroche possède quasiment les mêmes qualités gustatives que l’épinard. On peut la consommer cuite ou en salade. Ses feuilles vertes, jaunes ou même violettes viendront mettre de la couleur dans vos assiettes. Sa culture est aussi très simple. Elle se sème en place à partir du mois de mars et jusqu’au mois de septembre. Quant à la nature du sol, l’arroche aime les terres fraîches et humifères.

Photo : Instagram @keiko.hekat

Le cerfeuil tubéreux

Ne vous fiez pas à son nom. Le cerfeuil tubéreux n’a rien à voir avec le cerfeuil commun. Longtemps oublié, ce légume revient petit à petit dans les assiettes des plus fins gourmets. Sa chair blanche est douce et sucrée. Son goût rappelle celui de la châtaigne. On le sème en novembre-décembre ou à la fin de l’hiver. Sa levée s’effectuera au printemps et sa récolte en juin-juillet.

La scorsonère

Voilà un autre légume que nous avons injustement oublié. Confondue avec le salsifis, la scorsonère est couverte d’une écorce noire et rugueuse et a un goût proche du salsifis. On la surnomme d’ailleurs le « salsifis noir ».  Ce légume racine se cultive aussi facilement.  Vous pouvez le semer en pleine terre en mars pour une récolte à l’automne. L’idéal sera de le semer dans des sillons de 2 cm de profondeur, en rangs espacés de 25 cm.

Photo : Intsagram @milo_extravanante

L’oignon rocambole

Ce légume perpétuel est une curiosité du potager. Contrairement aux autres oignons, ce dernier produit des bulbilles aériennes au goût d’échalote. Toutes ses parties sont comestibles. Ses longues tiges et ses feuilles s’utilisent comme la ciboulette. L’oignon rocambole se plante idéalement vers mars-avril et peut tout aussi bien être cultivé sur un balcon. Il résiste à la sécheresse et aux maladies. Toutefois, évitez de le mettre à proximité des plantes de la famille des Fabacées (légumineuses) et veillez à ne pas lui apporter trop d’eau au risque de le faire mourrir. Vous pouvez également déguster ses bulbes souterrains, mais ces derniers ont un goût très fort et ne se conservent pas bien.

Photo : Flickr Jardin des Rochettes

Le navet boule d’or

Le navet est l’un des légumes les plus anciens. Plusieurs variétés existent dont le navet boule d’or. Reconnaissable à sa couleur dorée, il se fait très rare sur les étals de nos maraîchers et dans la plupart des potagers. Ce petit légume offre portant de nombreux atouts, tant sur le plan gustatif que nutritionnel. En effet, sa saveur est assez particulière : sucrée et moins amère que les navets d’hiver à la chair violette. Il est également très riche en minéraux et en oligo-éléments (cuivre, potassium, magnésium, zinc, fer). Pour faire le plein de vitamines, le navet boule d’or sera aussi votre allié. Quant à sa culture, on le sème de mai à septembre. Pensez à bien l’arroser en période de fortes chaleurs.

Aveclogo_mip

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Marine VAUTRIN

Surprise

Des mégots de cigarettes transformés en cendriers et pots à crayons

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème