Lutte anti-gaspi : quand du pain se transforme en bière

Publié le 12 décembre 2017 à 17:39 Demain | 924 vues

Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, une association britannique a eu l’idée de créer une bière avec du pain destiné à la poubelle. 

Les chiffres sont affolants. Au Royaume-Uni, près de la moitié (44%) du pain produit finit à la poubelle, soit près de 900 000 tonnes chaque année. Un vrai gâchis, d’autant que l’on peut faire beaucoup de choses avec quelques tranches : du pain perdu, des croûtons pour une salade, une soupe ou encore de la bière. Eh oui, il est tout à fait possible de faire une bonne petite mousse avec du pain. La preuve outre-Manche avec la « Toast ale », imaginée par Tristram Stuart, le fondateur de Feedback, une association qui lutte contre le gaspillage alimentaire.

Cette bière est fabriquée par Wold Top, une brasserie située près de Driffield, dans le Yorkshire (nord de l’Angleterre). L’ingrédient phare de la boisson, à savoir le pain, vient d’une usine de sandwichs qui n’utilise que les tranches moelleuses et qui met de côté les extrémités du pain. « Nous remplaçons une partie du malt par du pain » explique à l’AFP Alex Balchin, à la tête de la brasserie. Bien entendu, l’eau, le houblon et les levures viennent s’ajouter dans le processus de fabrication. À la fin du brassage, les grains restant sont quant à eux recyclés et servent à l’alimentation du bétail. « J’ai voulu créer une entreprise qui associe des fournisseurs et des brasseurs locaux, ainsi que des associations caritatives locales », raconte Tristram Stuart.

Une bière « super chouette »

Pour sa « Toast ale », ce dernier s’est inspiré des brasseurs bruxellois du « Brussels Beer Project » qui ont lancé la Babylone, elle aussi produite à partir de pain. « Ils m’ont expliqué que les anciens Babyloniens ont inventé la bière afin d’utiliser du pain et des grains qui, sinon, auraient été perdus. C’était l’objectif initial de la bière, il y a plusieurs milliers d’années », explique le fondateur de Feedback à l’AFP. Selon le célèbre chef britannique Jamie Oliver, la petite mousse anti-gaspi est « bloomin’ lovely », « super chouette » en français.

Aujourd’hui, quatre types de bières sont proposés : deux Lagers, une Pale ale et une India Pale Ale. Ces boissons houblonnées sont vendues entre 2,5 et 3 livres la bouteille (entre 2,80 et 3,40 euros). Des partenariats ont également été noués avec d’autres brasseries qui fabriquent leurs propres versions, comme Wiper and True à Bristol et sa Bread Pudding, une bière ambrée dont le goût rappelle le fameux pudding. De son côté, les brasseurs de Wold Top essayent d’autres sortes de pain, en plus de celui en tranches, blanc ou complet. Depuis 2016, 9,75 tonnes de pain ont déjà été utilisées pour produire plus de 300 000 bières. La « Toast ale » connaît un franc succès et se brasse désormais à New York, Rio et au Cap en Afrique du Sud.

Tristram Stuart aimerait désormais créer une licence pour que n’importe quel brasseur puisse produire la Toast ale en association avec des fournisseurs locaux d’invendus de pain. En attendant, une recette a été mise en ligne sur toastale.com (en anglais). Ainsi, chacun peut contribuer à la réduction des déchets, et surtout du pain qui, une fois rassis, peut s’avérer être une boisson délicieuse.

Lire aussi : Une bière à l’eau de pluie

Marine VAUTRIN

Surprise

Gaspillage alimentaire : une pétition pour changer les dates de péremption

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème