Maltraitance animale : Gap, Zara et H&M vont bannir la laine mohair

Publié le 4 mai 2018 à 11:52 Aujourd'hui | 431 vues

L’association de défense des droits des animaux PETA a diffusé mercredi 2 mai 2018 une vidéo montrant les conditions de traitement insoutenables des chèvres angora en Afrique du Sud. En réaction, des grandes marques comme Gap, H&M et Zara ont décidé de bannir la laine mohair de leurs collections d’ici à 2020.

La laine mohair est une fibre prisée dans la fabrication de nos vêtements. Créée à partir de la toison de la chèvre angora, elle a pour caractéristique de “joindre à son pouvoir isolant thermique (du froid comme du chaud) une très grande légèreté”. On s’en sert pour fabriquer des pulls, des bas, des châles, des foulards, des bonnets et des gants. Elle peut également servir à faire des couvertures et surtout à confectionner des oursons en peluche, notamment aux Etats-Unis. Depuis 2009, l’Afrique du Sud est le premier producteur de mohair. Le pays atteint 60% de la production mondiale, principalement à l’Est, dans la Vallée du grand rift, suivi des Etats-Unis, de l’Iran et de la Turquie. Mais à quel prix ? Dans une vidéo diffusée mercredi 2 mai 2018 (et visible ci-dessous), l’association de défense animale PETA dénonce les conditions de traitement inhumaines des chèvres angora dans les élevages d’Afrique du Sud. Choquante, la vidéo a été prise par un enquêteur de PETA Asie qui a documenté 12 exploitations de chèvres angora en janvier et février dernier, ne montrant “qu’une partie des sévices” qui prennent place en Afrique du Sud. Cette première enquête “révèle que des travailleurs ont traîné, manipulé violemment, projeté, mutilé et même égorgé des chèvres pleinement conscientes, dont certaines hurlaient, en Afrique du Sud, le premier producteur mondial de mohair”, souligne l’association. En réaction, de nombreuses entreprises de mode internationales dont H&M, GAP, Inditex (Zara, Pull&Bear, Massimo Dutti, Bershka, Stradivarius, Oysho, Zara home, Uterqüe), Arcadia Group (Topshop) ont décidé d’interdire le mohair de leur vente. Des portes-paroles de H&M, Inditex, Arcadia et Gap ont confirmé à l’AFP s’engager à bannir cette fibre d’ici à 2020.

25% des chèvres meurent avant leur première tonte

“Aucun standard crédible ne permet à ce jour une information transparente et contrôlable de la production de mohair”, a affirmé un porte-parole de H&M à l’AFP, ajoutant que le groupe “continue ses recherches de fibres alternatives”. Selon PETA, “le groupe H&M – y compris ses huit marques – a décidé qu’il ne se fournira plus en mohair, une décision prenant effet immédiatement”. Une disposition prise à la vue des images horrifiantes issues des élevages d’Afrique du Sud. Comme l’explique l’ONG, “la tonte est une opération extrêmement stressante pour les chèvres qui sont des animaux qui fuient naturellement les prédateurs et qui, par conséquent, sont terrifiés lorsqu’ils sont plaqués au sol, vulnérables. Les petites chèvres qui étaient tondues pour la première fois hurlaient de peur. Certains tondeurs soulevaient les chèvres et les faisaient décoller du sol en les tenant par la queue, ce qui les brisaient vraisemblablement au niveau de la colonne vertébrale. Lorsqu’une des chèvres s’est débattue, le tondeur s’est assis sur elle. Après la tonte, les travailleurs jetaient les animaux sur le plancher et les traînaient par les pattes”. Davantage, “le pelage de certaines chèvres étaient imprégnés d’excréments. Afin de nettoyer le mohair avant la tonte, l’un des éleveurs forçait les béliers à rentrer dans des bassines de solution nettoyante et leur maintenait la tête sous l’eau, ce qui, de son propre aveu, les auraient empoisonnés s’ils en avaient avalé”. “Les tondeurs sont payés au volume, et non à l’heure, ce qui les incite à travailler rapidement et sans précaution, laissant ainsi les chèvres entaillées et saignant du visage et des oreilles. Ils coupaient des lambeaux de peau y compris – selon les éleveurs – des tétons”.

Les conditions d’élevage sont d’une violence telles qu'”au moins 25% des chèvres mourraient avant leur première tonte, qui a généralement lieu alors qu’elles ont 6 mois”. Les chèvres sont tellement affaiblies qu’elles ne résistent pas aux intempéries. Après un week-end de forte pluie, “40 000 chèvres étaient mortes” selon un éleveur. “D’autres chèvres mourraient de blessures ou de soif après avoir été prises au piège dans des buissons épineux alors qu’elles cherchaient de la nourriture dans les champs de l’éleveur. Des travailleurs ont même tondu les corps en putréfaction de chèvres mortes”. Pour les chèvres les plus résistantes, l’exploitation peut s’étendre jusqu’à six années, jusqu’à ce que leurs dents soient “complètement usées” et qu’elles ne puissent plus se nourrir. À ce moment-là, 90% des survivantes sont vendues pour “un abattage sommaire dans une arrière-cour”.

La vidéo de PETA peut être visionnée ci-dessous. Attention, les images sont choquantes.

Claire Lebrun

Surprise

“Blue Heart” : le documentaire contre les barrages hydroélectriques dans les Balkans

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème