Maltraitance animale : L214 épingle un élevage de poules en Vendée

Publié le 30 mai 2017 à 13:05 Aujourd'hui | 285 vues

L’association L214 a publié une vidéo dans laquelle elle dénonce les conditions sanitaires « exécrables » d’un élevage de poules en batterie situé en Vendée. Elle a annoncé avoir déposé plainte auprès du Tribunal de Grande Instance de La Roche-sur-Yon.

Des poules gravement blessées et déplumées jusqu’à l’extrême, des parasites grouillant sur les œufs et sur les cadavres de poules gisant dans les cages… Les images diffusées ce mardi 30 mai par L214 sont insupportables. Dans cette vidéo, tournée début mai, l’association dénonce « des animaux dans un état déplorable et des conditions sanitaires « exécrables » d’un élevage de 160 000 poules à Chauché (Vendée). Cet élevage appartient au groupe Les Œufs Geslin, qui fournit le groupe Panzani et sa marque Lustucru Sélection. « L214 a en sa possession les preuves de cette relation commerciale », indique-t-elle dans un communiqué.

L’élevage épinglé présente, selon l’association « des non-conformités avec la réglementation imposant certains aménagements dans les cages, comme la présence de litière ». Comme le rappelle Le Monde, la réglementation européenne exige que les gallinacées disposent d’un espace vital d’au moins 750 cm², assorti d’un nid, d’un perchoir et d’une aire de picotage et de grattage. Cette dernière serait absente au sein de l’élevage des Œufs Geslin.

Une pétition lancée et un rassemblement organisé

L214 a fait savoir qu’elle avait porté plainte auprès du Tribunal de Grande Instance de La Roche-sur-Yon. « Cette situation est une preuve supplémentaire, s’il en fallait une, que l’élevage en cage doit disparaître d’urgence », souligne-t-elle. L’association demande au groupe Panzani « de cesser de s’approvisionner auprès de tout élevage de poules en batterie », comme l’ont fait des concurrents du secteur. L’élevage incriminé fournit à Panzani des « ovoproduits », à savoir des produits à base d’œufs, utilisés notamment dans la fabrication des pâtes.

L’association a lancé une pétition et une campagne d’information publique interpellant le n°1 des pâtes alimentaires en France. Un grand rassemblement sera organisé ce mardi à Paris, de 18h à 20h, devant le centre commercial Italie 2, « pour interpeller le groupe Panzani et lui demander d’exclure les œufs de batterie de son approvisionnement ».

Interrogé par Le Monde, le directeur de la société Benoît Geslin, reconnaît que les images sont « choquantes ». Mais selon lui, « elles ne reflètent pas la situation de la totalité » de son élevage. « Nous avons des problèmes dans l’un de nos deux bâtiments : nos animaux sont malades, atteints par la bactérie Escherichia coli. C’est temporaire et cela arrive quand l’on travaille avec du vivant », explique-t-il, assurant « aimer ses animaux » et les « traiter correctement ». Benoît Geslin précise que sa société s’est engagée « à aller vers plus de bio et de plein air ». Il n’a pas donné de chiffre ni de date.

Lustucru a indiqué sur Twitter que la société “représente environ 1% des ventes de Geslin” et qu’elle suspendait “tout approvisionnement auprès des oeufs Geslin” dans l’attente des résultats d’un audit commandé dans la foulée sur “les conditions d’élevage de la société”.

Mise à jour 31/05/2017 : Le groupe Panzani a annoncé dans un communiqué qu’il renonçait à avoir recours à des oeufs issus de ce type d’élevage.” Nous soutenons l’élevage en plein air des poules avec l’objectif d’être à 100% d’oeufs hors cage au plus tard en 2025″, a-t-il assuré. De son côté, l’association L214 a salué cet engagement. « La décision du Groupe Panzani et de sa filiale Lustucru Frais contribuera à améliorer les conditions d’élevage d’un nombre conséquent de poules. La prise de conscience des enjeux éthiques liés à l’élevage des animaux a pris la forme d’un véritable mouvement de fond dans l’ensemble du secteur agroalimentaire. La disparition de l’élevage en cage, désormais programmée, reflète l’attention croissante portée par notre société à l’égard des animaux », a réagi Brigitte Gothière, porte-parole de L214.

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Justine Dupuy

Les commentaires sont fermés !

Surprise

Quand les déchets se transforment en meubles design

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème