Maltraitance animale : une nouvelle vidéo choc dans un élevage porcin

Publié le 16 mars 2017 à 11:17 Aujourd'hui | 282 vues

L214 a publié ce jeudi 16 mars une nouvelle vidéo dénonçant les conditions d’élevage de cochons dans une exploitation située dans le Finistère, près de Quimper. L’association indique avoir porté plainte.

Après l’abattoir de Houdan dans les Yvelines, c’est au tour d’un autre élevage porcin d’être pointé du doigt par l’association L214 pour cas de maltraitance animale. Dans une vidéo, tournée fin janvier et diffusée ce jeudi 16 mars, l’association dénonce « l’état sanitaire déplorable » d’un élevage intensif de cochons situé dans la commune de Pouldreuzic, à une vingtaine de kilomètres de Quimper.

Seringues usagées, cadavres…

Dans ce dernier, les animaux sont forcés de vivre au milieu des cadavres de leurs congénères en putréfaction ou leurs ossements. Dans les salles de maternité, des truies voient leurs petits mourir sous leurs yeux dans leurs cages. D’autres sont maigres ou présentent des signes de stéréotypies. Pour l’association, les cochons de cet élevage ne vivent pas mais « survivent dans un environnement répugnant ». Dans la vidéo, on peut aussi y voir des toiles d’araignées sur les murs et qui barrent l’accès à certaines salles de l’élevage. « Visiblement, l’éleveur ne se rend que rarement dans cette partie de l’élevage où les animaux sont livrés à eux-mêmes, nourris automatiquement », déplore L214 dans son communiqué. Des seringues usagées et des emballages d’antibiotiques, dont certains périmés depuis plusieurs années, ont été retrouvés sur les lieux.

« Ces conditions sanitaires extrêmes constituent un environnement favorable à l’émergence de maladies pour les animaux », souligne-t-elle. « Le risque de transmission de dangers ayant un impact sur la santé animale, mais aussi sur la santé humaine, est maximal », alerte Hélène Gateau, docteur vétérinaire et chroniqueuse animalière sur France Télévisions, à laquelle l’association a soumis les images. « Comment de telles conditions peuvent même se produire ? Vu l’état des bâtiments et des animaux, la situation n’est pas récente. Comment peut-on laisser des animaux, des êtres vivants, à la charge d’un éleveur visiblement dépassé ? », s’interroge-t-elle. D’après le journal Le Monde, les services vétérinaires de la direction de la protection des populations du Finistère avaient inspecté l’exploitation le 25 mai 2016. Contacté par le quotidien, l’éleveur n’a pas souhaité s’exprimer.

L’association porte plainte

Cet élevage industriel de taille moyenne « comme il en existe plusieurs milliers en Bretagne » fait naître et engraisse chaque année plusieurs milliers de cochons pour les envoyer à l’abattoir à l’âge de six mois. Il appartient au groupe Triskalia, « un des plus gros groupements de producteurs de cochons de Bretagne, avec ses 700 éleveurs et ses 1 700 000 porcs commercialisés par an », précise L214. Le groupe travaille notamment pour des filières de qualité comme Label Rouge Opale, Bleu Blanc Cœur ou Filière Herta.

Pour l’association L124, « l’élevage est de toute évidence hors de contrôle des services vétérinaires du Finistère ». Elle demande aux autorités « la fermeture immédiate de cet élevage insalubre ». Elle indique également avoir porté plainte auprès du procureur de la République du tribunal de grande instance de Quimper.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Marine VAUTRIN

Surprise

Mexique : découvrez la première ville touristique 100% écolo

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème