Manger mieux et sain sans dépenser plus, c’est possible !

Publié le 9 novembre 2017 à 12:40 Aujourd'hui | 881 vues

Une récente étude coréalisée par WWF France et ECO2 Initiative révèle que manger mieux tout en réduisant son impact sur la planète est possible, le tout sans dépenser un centime de plus. 

Vouloir manger plus sainement est un critère essentiel pour de nombreux consommateurs. Pour cela, certains décident de se tourner vers le bio ou se fournissent chez des producteurs locaux, gages de meilleure qualité. Cependant, manger exclusivement ce genre de produits a un coût. Peu de ménages peuvent se le permettre. D’ailleurs, c’est ce que reproche un grand nombre de Français.

Dans une étude publiée ce jeudi 8 novembre, l’ONG WWF et le cabinet d’expertise, de conseil et d’accompagnement engagés dans le développement durable, Eco2 Initiative, viennent de contrecarrer cette idée reçue. Les deux organismes prouvent que sans dépenser un euro de plus, il est possible de manger mieux et de réduire son impact sur l’environnement. Pour cela, il suffirait d’adopter le régime alimentaire flexitarien. Autrement dit, de réduire la part des protéines animales au profit des végétales.

Moins de produits raffinés et plus de certifiés

Selon WWF, manger flexitarien correspond à “une diminution de la viande 31%”, “une diminution des poissons sauvages de 40%”, “une diminution des produits transformés industriels de 69%”, “une diminution des produits de base raffinés de 46%” et “une augmentation de la part des légumes, céréales et légumineuses de 95%”. Ce régime alimentaire permettrait de couvrir les recommandations nutritionnelles pour la population (RNP) en fer, zinc et vitamines A, B12 et D. Concrètement, si une famille de quatre personnes adopte ce régime, elle pourrait réduire son empreinte carbone de 38% (de 109 kg de CO2) ainsi que le montant de son panier de courses hebdomadaires (187€ à 147€). Mieux encore, en plus de faire des économies, la famille pourrait acheter jusqu’à 50% de produits certifiés, comme du bio ou des aliments Label Rouge. Selon Pascal Canfin, directeur général du WWF France, “consommer des produits de meilleure qualité, avec un impact moindre sur l’environnement, est à la portée de tous”.

Trois études analysées

WWF et ECO2 Initiative se sont basés sur trois précédentes études (INCA 3, Livewell, et Afterres 2050) concernant l’assiette (composition moyenne de l’alimentation d’une personne par jour) des Français. La première (INCA3) a recueilli les habitudes alimentaires de 5800 personnes, ce qui a permis d’établir le profil type d’un consommateur en fonction de sa tranche d’âge (0 à 10 ans, 11 à 17 ans, adulte). La seconde étude (Livewell) va plus loin et définit “la composition de l’assiette” d’une personne, ce qu’elle mange et en quelle quantité. Enfin, Afterres 2050 “est un scénario d’évolution des systèmes agricoles et alimentaires français à l’horizon 2050”. Le but est de montrer à quoi va ressembler la filière agricole d’ici à 2050.

Par la suite, WWF et ECO2 Initiative ont décortiqué ces données afin de recréer une assiette qui répondrait à plusieurs critères essentiels pour le consommateur français. Parmi lesquels “un coût équivalant au panier alimentaire moyen des Français” et “un impact carbone moindre”, “une qualité nutritionnelle adéquate, calculée selon l’approche du Nutri-Score”.

Crédit photo : WWF France – ECO2 Initiative

Marie Bascoulergue

Surprise

Gaspillage alimentaire : une pétition pour changer les dates de péremption

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème