La marque Marie n’utilisera plus d’œufs de poules élevées en cage

Publié le 8 janvier 2018 à 15:57 Aujourd'hui | 838 vues

La marque de plats cuisinés Marie s’est engagée à utiliser exclusivement des œufs issus d’élevages de poules en plein air pour la totalité de ses recettes d’ici 2020.

Spécialiste des plats préparés, la marque Marie a fait savoir qu’elle utilisera d’ici 2020 « des œufs pondus par des poules élevées en plein air dans 100% de ses recettes », indique-t-elle sur son site, précisant qu’elle utilisait « déjà des oeufs pondus par des poules élevées en plein air pour l’élaboration de 100% de ses quiches et tartes, au rayon frais comme au rayon surgelé ». Elle rejoint ainsi d’autres fabricants qui ont eux aussi décidé de ne plus s’approvisionner avec ce type d’œufs. Parmi eux, on retrouve Pasquier, Panzani, Tipiak ou encore Nestlé qui a annoncé en novembre dernier son intention de ne plus utiliser d’œufs de poules élevées en cage dans l’élaboration de tous ses produits d’ici 2025.

Un engagement salué par L214

Dans un communiqué publié ce lundi 8 janvier, l’association L214, qui dénonce via de nombreuses vidéos les conditions de vie déplorables des poules pondeuses, a salué cette décision : « ce nouvel engagement conforte la transition de l’élevage en cage vers les élevages alternatifs, non seulement pour les œufs coquilles mais aussi pour les produits transformés. » Pour Johanne Mielcarek, porte-parole de L214, « l’engagement de Marie est une nouvelle illustration, s’il en fallait, de la volonté de toute la société civile de voir disparaître l’élevage en cage des poules ». Et d’ajouter : «  le gouvernement doit aujourd’hui entendre les citoyens et les sociétés agroalimentaires en inscrivant l’interdiction de l’élevage des poules en cage dans la loi, comme c’est le cas depuis plusieurs années en Suisse et en Autriche. » En décembre dernier, après avoir rendu publiques des images provenant d’un élevage de poules en cage des Côtes-d’Armor, l’association de protection des animaux avait lancé une pétition dans laquelle elle demandait l’interdiction de l’élevage en cage des poules pondeuses. En seulement 10 jours, cette dernière avait récolté plus de 54 000 signatures.

Outre les fabricants, de nombreuses enseignes ont aussi dit stop aux oeufs de poules élevées en cage. Monoprix a par exemple exclu les œufs de batterie de ses rayons depuis avril 2016. Carrefour avait elle annoncé en décembre 2016 que l’ensemble des œufs de sa propre marque seront issus de systèmes d’élevages alternatifs à la cage en France d’ici 2020, et qu’elle travaillera en étroite collaboration avec ses fournisseurs pour étendre cette démarche à tous les œufs du rayon d’ici 2025. Encore mieux. En novembre dernier, l’enseigne avait annoncé qu’elle ne commercialisera plus d’œufs issus de poules élevées en cage à sa marque dans tous ses magasins en Europe d’ici 2025. Parmi les autres distributeurs, on retrouve également Leclerc, Intermarché, Lidl, Cora, Aldi, Picard, Métro, Grand Frais ou encore Auchan. Ce dernier supprimera ces œufs de sa propre marque d’ici 2022, et de l’ensemble du rayon œufs d’ici 2025. Les chaînes de restauration se sont aussi engagées dans cette démarche. Flunch a par exemple décidé de mettre fin à l’approvisionnement des ovoproduits (à savoir œufs frais, durs et liquides) provenant de poules élevées en cage à l’horizon 2025.

Retrouvez la liste complète des acteurs engagés sur le site de L214.

 

Marine VAUTRIN

Surprise

Gaspillage alimentaire : une pétition pour changer les dates de péremption

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème