Mars renonce au logo nutritionnel alternatif tant décrié

Publié le 8 mars 2018 à 9:42 Aujourd'hui | 779 vues

Le groupe agroalimentaire et agro-industriel américain Mars a annoncé le 1er mars 2018 qu’il n’utilisera pas le logo nutritionnel par portion. Il se retire ainsi du groupe “big six” composé jusque-là de Nestlé, Mars, Coco-Cola, Unilever, Mondelèz et PepsiCo. 

“Ne mangez pas trop gras, trop sucré, trop salé !”, tel est le slogan que l’on peut entendre à la télévision à la fin d’une publicité sur des produits alimentaires. À première vue, cela pourrait être simple. Malheureusement, déchiffrer les étiquettes peut vite s’apparenter à un parcours du combattant. Pour remédier à cela, le gouvernement avait souhaité la mise en place d’un nouvel étiquetage pour les consommateurs afin qu’ils connaissent la qualité nutritionnelle des produits qu’ils achètent. C’est ainsi que le Nutri-Score est né. Entré en vigueur en octobre dernier, celui-ci fonctionne avec un code couleur allant du vert au rouge et de A (“meilleure qualité nutritionnelle”) à E (“moins bonne qualité nutritionnelle”). Pour se voir attribuer une note, le Nutri-Score prend en compte les nutriments bons pour la santé (protéines, fibres) et ceux qui ne le sont pas (sel, sucre, gras) dans 100 g de produit. 33 entreprises de l’alimentation se sont d’ailleurs engagées à l’apposer. Parmi eux, Danone, Bonduelle, McCain, Fleury Michon, Intermarché ou encore Casino.

Cependant, PepsiCo, Coca-Cola, Mars, Mondelèz, Unilever et Nestlé, aussi connus sous le nom de “big six”, expriment depuis des années leur désaccord avec cette obligation d’apposer un logo qui  informe les consommateurs sur la réelle qualité des produits qu’ils achètent. Ces derniers ont d’ailleurs mis au point un logo nutritionnel alternatif baptisé le “Nutri-couleur” où les calories, le sucre, ou encore les matières grasses sont calculés par portion. Désormais, le “big six” n’est plus. Selon le site Politico Pro, Mars a annoncé le 1er mars dernier qu’il se retirait et renonçait au projet du logo nutritionnel par portion. “Une annonce qui va dans le bon sens”, selon l’ONG Foodwatch. “Elle prouve qu’un acteur majeur de l’industrie agro-alimentaire reconnaît aujourd’hui les critiques émises par foodwatch et beaucoup d’autres sur une approche fantaisiste par portion peu crédible portée par certains gros industriels”, poursuit l’ONG dans un communiqué.

Un logo alternatif controversé

Pour rappel, en décembre dernier, Foodwatch tentait de dénoncer les “combines” de ces industriels. Quelques jours auparavant, le “big six” présentait à la Commission européenne leur “initiative d’étiquetage nutritionnel évolué”. Un moyen de “contrecarrer le logo Nutri-Score (5C)”, pour Foodwatch. “Ces géants de l’industrie agro-alimentaire utilisent une vieille technique habituelle qui consiste à brouiller le débat ; cette fois en proposant leur propre logo dénué de tout fondement scientifique. C’est de la désinformation. Ils n’ont pas vraiment l’intention de favoriser une alimentation saine en produisant des aliments plus équilibrés. Ils cherchent simplement à échapper à toute amélioration de leurs produits”, dénonçait alors Karine Jacquemart, directrice de foodwatch, dans un communiqué. Au même moment, un collectif lançait une pétition pour dire “oui au Nutri-Score” et “non aux tentatives de brouillage de certains industriels”. Parmi lesquels, la Ligue Nationale Contre le Cancer, Foodwatch France, l’UFC-Que Choisir, l’Association Française de Pédiatrie Ambulatoire ou encore la Société Française de Santé Publique. À ce jour, la pétition regroupe plus de 19 600 signataires.

Marie Bascoulergue

Surprise

Gaspillage alimentaire : une pétition pour changer les dates de péremption

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème