Matin, midi et soir, 38% des Français grignotent entre les repas

Publié le 12 mars 2018 à 11:25 Aujourd'hui | 579 vues

Sans compter les trois repas traditionnels, 38% des Français avouent grignoter entre les repas. C’est d’ailleurs devenu une habitude alimentaire quotidienne. C’est ce que révèle une étude du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc) pour le géant de l’agroalimentaire Mondelez International. 

Chips, chocolat, pomme, noix, gâteau… Nous avons tous nos petits péchés mignons pour tenir le coup entre le petit déjeuner et le déjeuner ou jusqu’au dîner. Au total, 38% des Français mangent au moins une fois entre deux repas de manière quotidienne ou presque, contre 20% à 30% en 2010. 35% reconnaissent que cela arrive au moins deux à trois fois par semaine, selon une étude menée par le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc) pour le géant de l’agroalimentaire Mondelez International et dévoilée par Le Parisien le 11 mars dernier. La principale raison : le plaisir pour 38% des répondants. Viennent ensuite l’envie de caler une faim (28%) et de décompresser (17%).

Le goûter et l’apéritif, des moments sacrés

Le “hors repas” préféré des Français reste le goûter. Ils sont 43,5% à faire une pause pour manger un en-cas. Pour un tiers des répondants, le snack de 16 h se compose d’une boisson chaude, que ce soit un thé ou un café, et de céréales ou d’un biscuit sucré (31%). Seulement un Français sur cinq choisit de manger un fruit ou du chocolat. Quelques heures après le goûter vient l’apéritif. Un moment adoré et adopté par 42,2% des Français, principalement pratiqué le week-end et par des jeunes urbains. Bien souvent, ce “repas” se substitue au dîner traditionnel et est composé de produits presque exclusivement gras et salés, dont des biscuits apéritifs et des chips, appréciés par 42% des personnes interrogées. On retrouve aussi de la charcuterie et de plus en plus de graines (25%). Pour accompagner le tout, près d’un Français sur deux assouvit sa soif avec de l’alcool.

Dans une moindre mesure, 34,4% des Français ont déclaré qu’ils cédaient pour “un faux-semblant de petit-déjeuner”entre 10 et 11 heures, aussi bien chez eux qu’au travail. En grande majorité (46%), ils craquent pour une boisson chaude, souvent accompagnée par un fruit (20% des répondants). 19% ont répondu qu’ils mangeaient des céréales ou des biscuits sucrés. Fait étonnant, 22% des interrogés se tournent vers des produits salés comme des chips. Ce n’est pas tout. Avant d’aller se coucher, 22,5% des Français craquent encore pour une petite douceur, principalement pour un carré de chocolat, un soda, une boisson chaude ou un fruit.

Privilégier les en-cas sains

À noter que les Français qui grignotent ne délaissent en aucun cas les trois repas traditionnels. Le grignotage n’est donc qu’une façon ponctuelle de s’alimenter. En revanche, outre-Manche, « le “snacking” tout au long de la journée est devenu le principal mode d’alimentation », explique au Parisien Thibault de Saint Pol, sociologue à l’École normale supérieure Paris-Saclay et coauteur de ce premier Observatoire du snacking. Il est important de rappeler qu’il n’est pas bon de grignoter entre les repas. Cette pratique peut favoriser l’obésité, le diabète, le cholestérol ou des maladies cardiovasculaires. Si la sensation de faim est trop grande, il est recommandé de privilégier des en-cas sains comme un fruit, un laitage ou une petite poignée de fruits secs, comme des noix ou des amandes.

Marie Bascoulergue

Surprise

Gaspillage alimentaire : une pétition pour changer les dates de péremption

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème