Les montres connectées pour enfants interdites en Allemagne

Publié le 20 novembre 2017 à 11:22 Aujourd'hui | 496 vues

L’Agence fédérale allemande des télécommunications a décidé d’interdire la vente des montres connectées destinées aux enfants. Ces gadgets présentent de nombreuses failles de sécurité et peuvent donc être facilement piratés.

Thermostats, réfrigérateurs, baskets… Les objets connectés envahissent notre quotidien. Censés nous simplifier la vie, ils peuvent toutefois se transformer à notre insu en vilains mouchards. Problème, ces appareils sont aussi utiliser par les enfants, ce qui est notamment le cas des montres que l’on retrouve de plus en plus au poignet des bambins. Pour les protéger, l’Agence fédérale allemande des télécommunications a donc pris une mesure radicale. Vendredi 17 novembre, elle a décidé d’interdire leur commercialisation en raison des failles de sécurité. « Avec une application, les parents peuvent utiliser ces montres pour écouter l’environnement de l’enfant et ils doivent être considérés comme un système de transmission non autorisé », a estimé Jochen Homann, président de l’Agence des télécommunications, dans un communiqué. L’Agence recommande même aux parents qui en possèdent de les détruire. Elle affirme par ailleurs avoir pris des mesures contre les firmes qui les commercialisent sur Internet.

« Des risques de sécurité majeurs »

Ces appareils, dotés d’un GPS, d’un micro et d’une caméra, sont particulièrement prisés par les parents qui peuvent à tout moment connaître la position de leur bambin. Mais ceux-ci peuvent être facilement piratés par des personnes malveillantes. Les pirates pourraient notamment prendre le contrôle de la montre afin de suivre l’enfant, l’écouter, communiquer avec lui ou encore voler les données stockées. L’organisation européenne des consommateurs (BEUC) avait déjà émis une alerte concernant ces appareils. Selon elle, « les montres connectées pour enfants, déjà en vente dans tant de pays européens, représentent des risques de sécurité majeurs ». « Une étude publiée aujourd’hui par Forbrukerrådet, l’organisation de consommateurs norvégienne membre du BEUC, a révélé que des inconnus peuvent prendre le contrôle des montres testées afin de les utiliser pour suivre à la trace et mettre sur écoute les enfants », avait-elle indiqué en octobre dernier. Pour Monique Goyens, Directrice générale du Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), « ces montres ne devraient pas se retrouver en boutique. Les parents les achètent pour protéger leurs enfants. Ils ne se doutent sûrement pas qu’au lieu de protéger leurs enfants, ces montres les rendent plus vulnérables », avait-elle déclaré.

L’Allemagne ne plaisante pas avec la sécurité des données et notamment celles des plus jeunes. En février dernier, l’Agence avait déjà banni la poupée connectée Cayla, qualifiée de « dispositif d’espionnage dissimulé ».

Marine VAUTRIN

Surprise

Gaspillage alimentaire : une pétition pour changer les dates de péremption

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème