“Oas” : la douche du futur qui recycle l’eau

Publié le 15 mai 2018 à 9:48 Aujourd'hui | 394 vues

Le Suédois Mehrdad Mahdjoubi a créé une douche autosuffisante qui recycle l’eau. Il est actuellement en lice pour le prix de l’inventeur européen 2018.

Alors que l’eau n’est pas la denrée la mieux partagée, se laver en gaspille malheureusement des litres entiers. En effet, “une douche d’une durée de quatre à cinq minutes consomme de 30 à 80 litres et un bain de 150 à 200 litres”. Pour pallier cette perte écologique, le Suédois Mehrdad Mahdjoubi, fondateur de la startup “Orbital system”, à mis en place une douche futuriste et autosuffisante. C’est en rejoignant la Nasa et son programme “Journey to Mars” que le designer fraîchement diplômé de l’université de Lund a eu un éclair de génie. En réfléchissant à reproduire un niveau de vie équivalent à celui des terriens sur la planète rouge, l’inventeur voulait coupler la gestion des ressources naturelles à des conditions météorologiques extrêmes. C’est alors qu’il a pensé à une innovation exportable sur sa planète d’origine : une douche capable de faire d’importantes économies d’eau. La douche “Oas”, – au nom suédois signifiant “oasis” -, est née.

La douche Oas économise 90% d’eau

La douche utilise un système ingénieux pour recycler son eau et ainsi l’économiser. Son système comporte deux capsules : la première filtre l’eau les cheveux, les poussières, les poils et les peaux mortes. La seconde traite les microbes, l’urine, les germes… Par la suite, l’eau est stockée dans un réservoir qui contient cinq litres d’eau réutilisables de manière illimitée ! Toute l’astuce réside dans la conception de son système : au lieu d’être ouvert, le circuit de la douche est fermé, permettant une réutilisation de la même eau à l’infini (un dispositif visible sur l’image ci-dessous). Le réservoir comporte également des capteurs qui analysent l’eau pour s’assurer de sa qualité avec des données consultables via une application. La douche Oas permet d’économiser 90% d’eau et 80% d’énergie, mais son prix n’est pas encore accessible à tous : le système coûte actuellement 4.000 euros. Les capsules sont à 90 euros et doivent être renouvelées tous les 30.000 litres. L’organisme suédois Orbital system souligne sur son site avoir déjà sauvé plus de 13.000 litres d’eau avec un tel dispositif. La société compte aller plus loin en démocratisant l’accès à ses installations. En lice pour le prix de l’inventeur européen 2018 dans la catégorie Petites et Moyennes entreprises, le concepteur suédois a toutes ses chances. Déjà titulaire du “SKAPA Priset” et nommé technicien de l’année 2014 par la chambre de commerce suédoise, il apparaissait en 2016 dans la liste de Forbes “30 under 30” qui réunit les trente jeunes hommes et femmes les plus prometteurs du monde de l’industrie et des affaires. L’Office Européen des Brevets (OEB) récompense depuis 2006 les hommes et les femmes qui contribuent concrètement au progrès technologique et à l’amélioration de la vie quotidienne. La cérémonie de remise des trophées – en forme de voile – aura lieu le 7 juin prochain, à Paris.

Dans le monde, d’autres initiatives de recyclage ont été émises. En France, un plombier a conçu un système pour recycler l’eau de la douche en la réutilisant… pour les toilettes ! Cette initiative écologique est également bienfaitrice sur le plan économique : elle permettrait de diminuer par trois sa facture d’eau annuelle. En janvier 2017, deux ingénieurs japonais nommés Riki Kitawaga et Ryo Yamada ont également mis au point un appareil permettant de prendre 50 douches avec 20 litres d’eau seulement. Cette année, le Finlandais Jason Selvarajan présente son prototype “Showerloop” (qui recycle également l’eau de la douche grâce à un circuit fermé) au “GreenTecAwards” après avoir été lauréat de la catégorie “Galileo Wissenspreis” l’an dernier.

Orbital System

 

Claire Lebrun

Surprise

“Blue Heart” : le documentaire contre les barrages hydroélectriques dans les Balkans

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème