Œufs contaminés : la France touchée par la crise

Publié le 8 août 2017 à 13:29 Aujourd'hui | 1552 vues

Attention ! Treize lots d’œufs contaminés au fipronil ont été livrés en France dans deux établissements de la Vienne et du Maine-et-Loire courant juillet. Une enquête est en cours, mais à ce jour, le ministère de l’Agriculture est en incapacité de dire si les produits se sont retrouvés dans le commerce. 

C’est une crise qui touche l’Europe. Après les Pays-Bas, l’Allemagne et le Royaume-Uni, la France est elle aussi touchée par la crise des œufs contaminés au fipronil. En effet, treize lots d’œufs en provenance des Pays-Bas ont été livrés dans deux établissements français en juillet, comme l’indique le communiqué du ministère de l’Agriculture. Celui-ci n’est toujours pas en mesure d’indiquer si les produits incriminés se sont retrouvés dans le commerce et en quelle quantité. Tous étaient destinés à être consommés transformés dans des quiches, des pâtes ou des plats préparés.  “Des investigations sont menées dans ces établissements par les services de contrôle du ministère de l’Agriculture pour évaluer la situation et bloquer les produits incriminés à des fins d’analyses”, indique le ministère.

Retour sur les débuts de la crise

Cet incroyable feuilleton européen commence le 31 juillet dernier. L’organisme néerlandais chargé de la sécurité alimentaire et sanitaire (NVWA) avait détecté une substance toxique dans les œufs vendus à la consommation. Très vite, il conclut que les taux de fipronil dépassaient largement les seuils autorisés par la réglementation européenne. À savoir que ce pesticide est utilisé pour éradiquer le pou rouge sur les poules et qu’il est classé comme “modérément toxique” pour l’homme par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). C’est pour cela qu’il est strictement interdit d’utilisation chez les animaux destinés à la consommation. Jeudi 3 août, ce sont plus de 180 élevages qui ont été bloqués et le gouvernement néerlandais a procédé à des rappels massifs.

Malheureusement, la crise n’a pas réussi à être contenue et celle-ci s’est propagée à l’Allemagne, la Suisse, la Suède, le Royaume-Uni et depuis hier, à la France. Le ministre de l’Agriculture allemand Christian Schmidt a appelé, vendredi 4 août, Belges et Néerlandais à faire la lumière sur le “freletage criminel” des œufs. “J’attends des autorités compétentes qu’elles élucident rapidement et minutieusement ce dossier. En particulier la Belgique et les Pays-Bas en ont ici l’obligation”, a-t-il indiqué au quotidien allemand Bild. Le produit contenant du fipronil utilisé pour le traitement des animaux provient de Poultry-Vision, un distributeur belge. En temps normal, le produit est composé d’huile d’eucalyptus et de menthol.

Le fipronil vrai danger pour la santé ?

Le fipronil est considéré comme “modérément toxique” pour l’homme. Mais qu’on se rassure, il faudrait une très grande quantité d’œufs pour en constater des effets néfastes. Pour qu’un adulte commence à subir les effets négatifs de cette molécule comme des vertiges, des nausées ou des vomissements, il faudrait qu’il mange entre 7 et 15 œufs par jour. L’Afscan, l’agence belge chargée de surveiller la qualité de l’alimentation rappelle que le fipronil “peut causer des dommages hépatiques, au niveau de la thyroïde ou des reins, lorsqu’il est consommé en grande quantité”. “Les cas mortels sont rarissimes. Peut-être un cas en 30 ans. Il faut vraiment des doses massives, de l’ordre pratiquement d’un demi-gramme. Dans un œuf, vous avez 10 000 à 100 000 fois moins”, explique Alfred Bernard à l’AFP, professeur de toxicologie à l’Université catholique de Louvain, en Belgique.

Mais voilà, selon le toxicologue André Cicolella, les effets de l’ingestion du fipronil peuvent survenir des années après. “C’est une substance qui est classée comme perturbateur endocrinien et qui est un cancérogène possible chez l’homme. Le cancer de la thyroïde progresse un peu partout dans le monde et notamment en France. On a là une cause vraisemblable tout en sachant qu’on ne tombe pas raide mort si on mange un œuf contaminé par le fipronil. On est dans des effets beaucoup plus subtils qui vont survenir 10 ans, 20 ans, 30 ans après. Retirer de la consommation ces œufs me semble être une bonne chose”, explique-t-il à RMC.

Abattages massifs dans les élevages

Face à ce scandale, le gouvernement néerlandais a décidé de prendre les choses en main. À ce jour, plus de 300 000 poules contaminées ont été abattues. Cependant, plusieurs millions d’autres poules pondeuses devraient connaître le même sort dans les semaines à venir. Acte que dénoncent les organisations de défense des droits des animaux qui ont d’ailleurs manifesté lundi 7 août contre cet abattage massif. Le gouvernement de La Haye promet aussi un plan d’aide d’urgence. Le secteur estime les pertes à plusieurs millions d’euros déjà. Quant aux représentants des exploitations touchées aux Pays-Bas, en Belgique ou en Basse-Saxe (ouest de l’Allemagne), ils ont annoncé qu’ils réclameraient des indemnités une fois que les responsabilités auront été clairement établies.

En France, un élevage du Pas-de-Calais a été placé sous surveillance le 28 juillet après le signalement par l’éleveur de l’utilisation du fipronil belge. Aucun œuf issu de cet élevage n’a été mis sur le marché depuis cette date. Le gouvernement attend les résultats des analyses qui devraient arriver en fin de semaine. Le ministère de l’Agriculture a décidé de saisir l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) afin d’obtenir “un avis sur les risques pour la santé humaine liés à l’ingestion d’œufs ou de produits contaminés par le fipronil”. “Seules les analyses engagées permettront de déterminer si le niveau de contamination de ces produits est susceptible de présenter un risque pour la consommation”, indique le ministère de l’Agriculture. Affaire à suivre donc.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Alice Glaz

Surprise

Des mégots de cigarettes transformés en cendriers et pots à crayons

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème