Pesticides : un apiculteur perd deux millions d’abeilles

Publié le 15 mai 2018 à 13:02 Aujourd'hui | 2462 vues

Suite à l’utilisation d’un pesticide, un apiculteur bio de la structure “Natur Miel” a perdu 24 ruches (environ deux millions d’abeilles) le 21 avril dernier. Son histoire a soulevé l’émotion des internautes qui l’ont massivement relayée.

Il y a une semaine, l’apiculteur Nicolas Puech, membre du collectif Natur Miel, a découvert la mort tragique de 1 920 000 abeilles de 24 de ses 75 ruches. Suite à ce constat, le travailleur du miel décide avec ses comparses de partager son histoire sur Facebook et dénonce un combat perdu d’avance contre “l’agriculture moderne”. Comme l’auteur du post l’explique, “au-delà de la mort de nos abeilles et des conséquences financières importantes (une perte de 27.912 euros), c’est le schéma de l’agriculture qui nous interroge puisque le rapport d’expertise est simple : empoisonnement”. C’est effectivement suite au traitement d’un champ voisin au pesticide “voxan” que les abeilles ont rendu l’âme. Un scénario affligeant qui a soulevé l’indignation des internautes. En quelques jours, le message a été relayé des milliers de fois sur les réseaux sociaux, et comptabilise actuellement 70.000 partages. En effet, les traitements pesticides sont appliqués à “outrance au détriment des risques qu’ils représentent pour la santé des consommateurs et des riverains en bordure de zones cultivées”. Par exemple, le lien entre l’exposition aux pesticides et la maladie de Parkinson ou le cancer a été établi scientifiquement. Le voxan est un fongicide connu pour éliminer les champignons parasites des végétaux. Selon le groupe chimique BASF, c’est un produit phytosanitaire au classement toxicologique “dangereux” qui comporte notamment le “risque de provoquer le cancer”.

“Il y a des pertes massives d’abeilles cette année”

Suite à la réaction médiatique provoquée par son histoire, Nicolas Puech a décidé de lancer une cagnotte pour “repeupler le Rucher Bio”. L’apiculteur a déjà récolté 1.407 euros grâce à 74 généreux participants. Par souci de transparence, Natur Miel annonce “donner un suivi de l’utilisation de la cagnotte” sur son site internet. Puis, “dans un deuxième temps”, les six apiculteurs souhaitent “faire envoyer du miel récolté par les ruches achetées grâce aux dons à toutes les personnes qui auront fait un don de 10€ minimum”. Reconnaissant, le collectif a soulevé une émotion révélatrice d’un problème global. Les pesticides tueurs d’abeilles sont encore largement admis dans les pratiques de l’agriculture. Il y a un mois, un apiculteur du Finistère avait également “poussé un coup de gueule contre les pesticides” largement relayé, qu’il jugeait responsables de la mort de ses abeilles. Comme il le précisait dans sa vidéo : “il y a des pertes massives d’abeilles cette année, et je ne suis pas le seul !”. Selon lui, “ses abeilles ont butiné des fleurs contaminées par des pesticides. Elles ont perdu le sens de l’orientation et n’ont pas pu retrouver la ruche”. Natur Miel a également créé un groupe Facebook intitulé “Abeilles victimes des pesticides et fongicides” pour permettre aux apiculteurs de discuter sur le sujet et témoigner des ruches intoxiquées. Le 13 mai “Victor George” a posté la photo d’une ruche intoxiquée à l’îlot des combes précisant qu’elle est à l’image des ruches meurtries de cette année : “les abeilles sont regroupées dans un coin, toutes noires, comme si elles étaient brûlées” Une légère avancée a toutefois été observée le 27 avril dernier, date à laquelle l’Europe a banni trois néonicotinoïdes, pesticides les plus destructeurs d’abeilles.

 

Claire Lebrun

Surprise

Hexa : un crabe-jardinier 2.0

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème