Les plages de Bali envahies par les déchets marins

Publié le 4 janvier 2018 à 9:45 Aujourd'hui | 1377 vues

Face à un amas de déchets, les autorités indonésiennes ont décidé de déclarer plusieurs plages de Bali en état “d’urgence déchet”. Un phénomène qui risque de mettre à mal le tourisme de l’île. 

Le monde croule sous les déchets. Selon les estimations de la Banque Mondiale, le nombre de déchets dans le monde entier oscille entre 3,4 et 4 milliards de tonnes par an. Et si le recyclage commence à devenir heureusement un réflexe dans de nombreux pays, trop d’ordures finissent encore dans la nature et les océans. C’est notamment le cas en Indonésie, particulièrement à Bali, symbole pourtant de mer turquoise, et plages de sable fin. Depuis quelque temps, riverains et touristes sont confrontés à un envahissement de déchets sur les plages de l’île. “Quand je veux me baigner, ce n’est pas très agréable…”, raconte à l’AFP Vanessa Moonshine, une touriste autrichienne près d’une plage du district de Kuta Beach. “Je vois beaucoup de détritus ici, tous les jours, tout le temps. Ça vient toujours de l’océan, c’est vraiment horrible”, poursuit-elle.

Cet amas d’immondices est tellement conséquent que les autorités indonésiennes “ont déclaré en novembre dernier un état “d’urgence déchets” le long d’une rive de six kilomètres”, rapporte l’agence. Cela comprend les plages de Kuta, Jimbaran et Seminyak, soit les districts les plus fréquentés de l’île. Pire encore, ce phénomène s’accentue de novembre à mars, durant la saison des pluies. À cette période, les vents forts et les courants marins entraînent encore plus les déchets sur les plages. Les rivières en crues en ramènent également vers les côtes, explique Putu Eka Merthawan de l’agence locale pour la protection de l’environnement. 

Réduire les déchets en plastique de 70% d’ici à 2025

Cette situation n’est pas sans danger et l’écosystème est mis à mal. “Des microplastiques peuvent contaminer les poissons qui, s’ils sont mangés par des humains, peuvent provoquer des problèmes de santé comme le cancer”, explique Gede Hendrawa, chercheur en océanographie à l’université d’Udayana de Bali. Ce dernier estime que cette menace est tout aussi grave que l’éruption volcanique du mont Agung que connaît Bali depuis deux mois.

Afin de lutter contre ce fléau, 700 employés de nettoyage et 35 camions ramassent tous les jours environ 100 tonnes d’ordures sur les plages. Le tout est ensuite déversé dans la décharge la plus proche. “Des personnes en combinaisons vertes collectent des déchets, mais le lendemain la situation est la même”, explique un touriste allemand. Le gouvernement a lui aussi décidé de s’engager dans cette lutte contre les ordures. Il a pour ambition de réduire les déchets marins en plastique de 70% d’ici à 2025. Il entend également augmenter la filière du recyclage qui est presque inexistante dans l’archipel, “lancer des campagnes de nettoyage” et “réduire l’utilisation des sacs en plastique dans le commerce de détail”. L’Indonésie fait aussi partie de la campagne de l’ONU “Océans propres” lancée début 2017 afin de lutter contre les déchets marins.

Les problèmes de contamination des mers ne sont pas nouveaux, comme nous vous en parlions en Méditerranée où il y aurait pas moins de 250 milliards de micro-déchets, dont 80% proviennent de la terre. Plus récemment, la photographe Caroline Power a alerté l’opinion publique grâce à ses photos sur une mer de déchets près des côtes du Honduras. D’ailleurs, certains de ces détritus finissent par échouer sur les plages.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Marie Bascoulergue

Surprise

Tetra, le lave-vaisselle pour ceux qui vivent dans un petit studio

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème