Plats préparés à base de bœuf : les quantités de viande varient beaucoup

Publié le 29 novembre 2018 à 12:15 Aujourd'hui | 335 vues

Selon l’association de consommateurs CLCV, qui a analysé plus de 156 plats préparés à base de bœuf, la quantité de viande peut varier du simple au quintuple selon les produits.

Lasagnes, hachis parmentier, raviolis… On retrouve un grand nombre de plats préparés à base de bœuf dans les rayons. Mais que valent-ils vraiment ? Pour le savoir, l’association nationale de défense des consommateurs et usagers CLCV a décidé de mener l’enquête en analysant 156 produits commercialisés dans 10 enseignes différentes : Auchan, Biocoop, Carrefour, Franprix, Intermarché, Leader Price, Leclerc, Lidl, Monoprix et Picard. Parmi les produits passés au crible : des lasagnes, des raviolis, des hachis parmentier, des cannellonis, des moussakas et des pâtes à base de viande.  Les résultats dévoilés ce jeudi 29 novembre 2018 ne sont guère réjouissants. En effet, selon l’association, la quantité de viande dans les plats à base de bœuf varie énormément. Certains n’en contiennent presque pas. Comme l’explique la CLCV, c’est un peu « la loterie ».

Ce sont les raviolis qui ont le moins de bœuf avec 11.1% en moyenne. Les hachis font mieux. Ils contiennent en moyenne 20% de viande, soit presque deux fois plus que les raviolis. Dans une même catégorie de produits, c’est aussi le grand écart : « près de 60% des raviolis étudiés ont moins de 8% de viande et seulement un peu plus d’un tiers en ont plus de 15% », indique l’association. « Il existe donc des quantités de viande allant du simple au quintuple… pour un même produit. »

Dans plusieurs références de lasagnes, de raviolis et autres pâtes, l’association a observé des teneurs minimales de viande de bœuf à 4 ou 5%. « Certains produits méritent-ils vraiment leur appellation avec seulement 4% de viande ? », s’interroge la CLCV. À noter qu’un décret datant de 2016 oblige les industriels à préciser l’origine de la viande lorsque le plat en contient au moins 8%. Chose que font la plupart des industriels en apposant notamment un logo tricolore sur les emballages. Mais pour l’association, ce seuil devrait descendre à 5% « pour apporter plus d’informations aux consommateurs ».

Le prix ne fait pas la qualité

Plutôt frais, surgelé ou en boîte ? Tout dépend. Pour les raviolis, ceux en conserve contiennent près de deux fois moins de viande que ceux du rayon frais (9.1% contre 17%). Pour les hachis parmentier, mieux vaut se tourner vers le surgelé si l’on veut manger de la viande : 22% contre 16,6% au rayon frais en moyenne. « Le prix moyen des hachis au rayon frais est pourtant près de deux fois supérieur à celui du rayon des surgelés », souligne la CLCV. Le prix n’est donc pas le meilleur critère en termes de qualité. D’ailleurs, dans son enquête, l’association a constaté que certains produits bio, comme les raviolis en conserve, contiennent moins de viande que les produits non bio : entre 4 et 7.5% contre 9.2%. « Un plat plus cher ne vous garantira pas forcément plus de viande dans la recette. »

Par ailleurs, l’association a constaté que 70% des plats contiennent du sucre ajouté et 75% des arômes. Ces produits contiennent aussi beaucoup d’additifs dont certains controversés (glutamate, nitrites, phosphates ou mono et diglycérides) « qui pourraient avoir des effets défavorables sur la santé ».

Retrouvez l’enquête ici.

Marine VAUTRIN

Surprise

Gaspillage alimentaire : une pétition pour changer les dates de péremption

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème