Poiscaille : la vente en ligne de poisson frais

Publié le 23 février 2017 à 15:12 Aujourd'hui | 815 vues

Contre la surpêche, la plateforme Poiscaille propose un service de vente sur Internet de poissons “oubliés” ultra-frais pêchés maximum 48h auparavant par des petites embarcations. Une pêche zéro gaspillage sans grands intermédiaires ? On dit oui !

Sur le même principe que les paniers de fruits et légumes ou les colis de viande vendus directement par les producteurs et les éleveurs, Charles Guirriec et Guillaume ont lancé « un circuit court des produits de la mer », Poiscaille et ses “casiers de poisson”. L’objectif ? offrir des produits frais aux consommateurs à des prix justes pour ces derniers comme pour les pêcheurs.

Un circuit court des produits de la mer

Concrètement, Poiscaille collecte des fruits de mer et des poissons directement auprès des pêcheurs et des ostréiculteurs, répartit la pêche du jour dans des casiers d’un kilo et les distribue moins de 48h après aux clients via des points relais dans Paris.

Les acheteurs s’engagent sur l’achat d’un ou plusieurs casiers par mois à un prix précis, sans en connaître le contenu à l’avance. Le prix oscille entre 19.90 et 24.90 euros par panier. Il est aussi possible d’acheter sans abonnement, dans ce cas le panier revient à 27,90 euros. Si le contenu des casiers n’est pas connu du client, il peut tout savoir sur les produits qu’il achète sur la page Facebook de Poiscaille qui publie chaque jour des informations sur la provenance des poissons et sur le pêcheur.

Une pèche durable

Face au constat amer de la différence de prix sur le marché du poisson entre le pêcheur et le consommateur, frappé par l’épuisement des ressources et par des techniques de pêche parfois violentes, Charles Guirriec décide de créer ce site de vente en circuit-court de poissons de qualité issus de la pêche responsable. Les pêcheurs fournisseurs sont alors sélectionnés soigneusement : « Nous travaillons uniquement avec de petites embarcations, de moins de 12 mètres avec trois marins maximum à bord, qui sortent à la journée. Les pêcheurs doivent aussi utiliser des techniques de pêche douces, soit pas de long filet, ni d’engins qui raclent les fonds marins » souligne-t-il sur le site. En contrepartie, le duo garantit aux pêcheurs un prix « 20% plus élevé que dans les circuits traditionnels ».

Des poissons oubliés

Afin de limiter au maximum le gaspillage, lutter contre la surpêche et préserver les stocks des espèces les plus demandées, Poiscaille propose dans ses casiers des poissons “oubliés”. « On a zéro rejet, tous les produits sont valorisés », vante même Charle Guierrec qui tente de réhabiliter leur image auprès des consommateurs. En effet, si les classiques daurades, bars, huîtres, crabes et poulpes sont bien sûr proposés, le site vend également des poissons que l’on trouve rarement chez le poissonnier comme du mulet ou du tacaud, des poissons très présents au large des côtes françaises. « Ces poissons sont souvent délaissés car mal connus et mal payés aux pêcheurs. Ils sont en effet fragiles, or les chalutiers et leurs grands filets les esquintent et ils deviennent alors invendables. De plus, leur chair s’abîme rapidement et doit donc être vite consommée. En circuit traditionnel, lorsque les bateaux partent plusieurs jours en mer, ce n’est pas possible », explique-t-il.

À savoir que si Poiscaille n’est pour l’instant disponible qu’à Paris, la livraison à domicile partout en France devrait être proposée à partir du mois d’avril. La jeune plateforme compte aujourd’hui plus de 400 abonnés.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Maguelonne Rigal

Surprise

Etnisi, l’entreprise qui transforme les déchets en carrelage

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème