Publicités éphémères : l’expérimentation est suspendue à Bordeaux et Nantes

Publié le 9 janvier 2018 à 17:15 Aujourd'hui | 361 vues

Le gouvernement a annoncé lundi 8 janvier 2018 que l’expérimentation concernant les marquages publicitaires éphémères sur les trottoirs des villes de Nantes et Bordeaux allait être suspendue. En cause : une concertation insuffisante avec les villes concernées.

Selon un décret publié dans le Journal officiel le 24 décembre 2017, les publicités éphémères étaient autorisées pendant 18 mois dans les villes de Bordeaux, Lyon et Nantes. Néanmoins, c’est déjà de l’histoire ancienne. Dans un communiqué publié le 8 janvier, le gouvernement a décidé de suspendre cette expérimentation dans les villes de Bordeaux et Nantes. Pour ce dernier, “l’adoption de ce décret n’avait pas été précédé d’une concertation suffisante avec les agglomérations concernées”. “C’est pourquoi, soucieux d’une concertation systématique avec les collectivités territoriales […], le Premier ministre a demandé aux ministres compétents de prendre un arrêté suspendant l’expérimentation dans ces deux agglomérations”, a poursuivi Matignon. Un arrêté publié ce mardi 9 janvier au Journal officiel vient acter cette décision. Cependant, la ville de Lyon est encore autorisée à expérimenter les publicités éphémères.

Bordeaux, Nantes et Lyon réagissent

Initialement, les villes concernées étaient autorisées, sous conditions, à apposer sur les trottoirs des publicités, jusque-là interdites par le code de la route et celui de l’environnement. Mais très vite, la ville de Nantes a annoncé dans un communiqué qu’elle ne participerait pas à l’expérimentation. Selon elle, cela “conduirait à une pollution visuelle” et serait contradictoire avec la politique de la ville visant à “valoriser les atouts patrimoniaux et environnementaux de son centre-ville”. Le 26 décembre, la mairie de Bordeaux a régi en rappelant que “les élus et administrations de la Ville de Bordeaux et de Bordeaux Métropole n’ont, à aucun moment, été consultés ou informés en amont de cette décision”. La “Ville de Bordeaux a, pour sa part, régulièrement opposé un refus à des demandes de ce type émanant d’annonceurs ou de commerçants considérant que cela constituait une pollution visuelle inutile”, explique la mairie dans un communiqué. Par conséquent, Alain Juppé a pris le 3 janvier dernier un arrêté municipal interdisant cette pratique. De son côté, la ville de Lyon a annoncé le 29 décembre 2017 qu’elle allait mener une concertation “impliquant l’ensemble des communes de l’agglomération”. “C’est seulement à l’issue de cette concertation que la mise en œuvre éventuelle de ce dispositif expérimental fera l’objet d’une décision des communes et de la Métropole”, a expliqué la mairie dans un communiqué.

Marie Bascoulergue

Surprise

Lutte anti-gaspi : à 11 ans, elle invente une corbeille à fruits intelligente

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème