Salle de sport : les précautions à prendre avant de s’inscrire

Publié le 11 janvier 2019 à 10:00 Aujourd'hui | 271 vues

C’est décidé : cette année, vous avez pris la bonne résolution de faire du sport et de vous inscrire à une salle. Des précautions sont toutefois à prendre avant de vous engager.

Chaque nouvelle année apporte son lot de bonnes résolutions. Parmi les plus populaires : arrêter de fumer, manger plus sainement et bien sûr se mettre au sport. Piscine, footing, tennis… Les activités ne manquent pas pour retrouver la ligne. Le top ? La salle de sport dans laquelle il est possible de pratiquer différentes disciplines, coach en prime. Ces centres, équipés de machines de toutes sortes, sont très prisés des sportifs en herbe. Si vous avez pris la décision de vous inscrire à une salle, soyez toutefois vigilant avant de signer quoi que ce soit. Voici quelques conseils avant de vous engager.

S’informer sur la salle de sport

La première chose à faire est de voir si la salle de sport vous correspond. Regardez les horaires d’ouverture et de fermeture ainsi que les activités proposées. Ce serait dommage de vous inscrire à un centre qui ne propose pas la discipline désirée et qui ferme pendant vos temps libres. Vérifiez également que le personnel soit titulaire d’un diplôme homologué ou d’une autorisation d’exercer par l’administration. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), dans son enquête de 2018, avait relevé de fausses allégations concernant les diplômes obtenus par les moniteurs, ce qui constitue une pratique commerciale trompeuse. Demandez également à visiter les locaux, les salles, les vestiaires et les douches. Les mauvaises surprises sont nombreuses. N’hésitez pas d’ailleurs à prendre un cours d’essai afin de vous rendre compte de l’état du matériel.

Prendre le temps de vérifier les tarifs

Une salle de sport propose un tarif alléchant ? Vigilance. Il peut y avoir des pièges : omission des frais d’inscription/dossier, indication d’un prix correspondant uniquement au premier mois, alors que le tarif augmente les mois suivants, etc. Le prix affiché peut aussi vous empêcher d’accéder à telle ou telle activité. S’il s’agit d’une salle dite « low cost », soyez vigilant sur les frais supplémentaires et options payantes qui peuvent faire grimper le prix de l’abonnement. Avant de signer un contrat, faites donc attention au prix.

Éplucher le contrat avant de signer

Avant de signer un contrat, lisez aussi bien toutes les lignes (petites et grandes), surtout les clauses de résiliation. Il se peut que vous déménagiez, soyez enceinte ou que vous tombiez malade. Les conditions sont différentes d’une salle à une autre. Attention aux clauses abusives. Toujours dans son enquête de 2018, la DGCCRF avait observé de nombreuses clauses « noires » : possibilité de modification unilatérale de la part du professionnel des horaires, tarifs ou prestations proposés, désengagement de la responsabilité du professionnel en cas d’accident ou de vol, restriction d’accès aux salles. D’autres clauses dites « grises » ont été relevées comme celles qui ont trait à l’obligation de paiement d’une grosse indemnité en cas de manquement au règlement intérieur. Si tel est le cas, passez votre chemin. N’hésitez pas à demander un exemplaire du contrat pour le lire en détail, à tête reposée. Le code de la consommation précise que « les professionnels vendeurs ou prestataires de services doivent remettre à toute personne intéressée qui en fait la demande un exemplaire des conventions qu’ils proposent habituellement » (article L. 114-1 du code de la consommation) », rappelle l’Institut national de la consommation (INC). « Le refus est passible de sanctions pénales (contravention de 5ème classe, article R. 131-1 du code de la consommation). Concrètement, l’argument selon lequel il est interdit de remettre un exemplaire de contrat sans qu’il soit signé n’est pas juridiquement fondé », précise-t-elle.

Paiement pas mensualités : gare au crédit

Si vous prenez un abonnement de longue durée (plus de 6 mois), la salle de sport vous proposera sûrement de payer par prélèvements mensuels sur votre compte bancaire. Faites attention car il se peut que vous souscriviez, sans le savoir, à un crédit. Quelques semaines plus tard vous recevrez un courrier d’un organisme de crédit vous informant du montant du crédit souscrit et des modalités de remboursement. « Une telle pratique est illégale car contraire aux dispositions du code de la consommation sur le crédit à la consommation », indique l’Institut national de la consommation.  « Une offre de crédit aurait dû vous être remise par la salle, le jour de la souscription de l’abonnement, vous indiquant les conditions de remboursement », ajoute l’organisme.  Si vous décidez de payer par chèques, sachez que rien n’empêche la salle de sport de les encaisser en même temps.

 

Marine VAUTRIN

Surprise

Gaspillage alimentaire : une pétition pour changer les dates de péremption

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème