“SeaWing” : une aile géante pour tracter les bateaux en mer

Publié le 11 octobre 2017 à 14:29 Demain | 580 vues

Une aile géante pour tracter des navires. C’est bientôt possible avec la start-up toulousaine AirSeas. Appelée SeaWing, cette aile de 1 000 m² pourrait faire économiser 20% de carburant et réduire significativement les émissions de CO2.

“Une aile volante pour tracter les navires de commerce ? Ce n’est pas de la science-fiction…”, ironise la jeune entreprise d’à peine 1 an. Alors que le secteur du transport maritime est indispensable pour le transport de marchandises, il n’en reste pas moins très polluant à cause de l’utilisation de fioul. Des initiatives tentent de voir le jour afin de réduire l’impact des navires de commerce sur l’environnement. C’est notamment le cas du Yara Birkeland, ce cargo norvégien 100% électrique, autonome et écologique. Les ingénieurs d’AirSeas, issus de l’engineering d’Airbus, ont également décidé de s’engouffrer dans cette brèche du respect de l’environnement. Ils sont en train de mettre au point une aile XXL afin de tracter les navires de commerce. Actuellement en phase de test, la toute première “SeaWing”, inspirée des voiles de kitesurf, devrait être opérationnelle fin 2019. L’objectif est que 15% des 28 000 navires de plus 5 000 tonnes dans le monde soient équipés d’une aile “SeaWing”.

Économiser 20% de carburant

Le principe de cette aile XXL est simple. L’entreprise propose aux armateurs d’équiper leurs navires d’une “SeaWing”. Cette dernière est totalement automatisée grâce à une “interface à l’ergonomie optimisée”. L’aile se déploie et se replie automatiquement. L’officier de pont “se limite à activer ou désactiver le système et tout le reste de manière automatique”. “Un logiciel de routage et de gestion propose au capitaine la route la plus économique, et lui indique les périodes d’utilisation possible afin de la guide dans ses décisions”, explique la start-up. Grâce à de nombreux capteurs et son logiciel, l’aile s’adapte aux conditions climatiques. La “SeaWing” est reliée au bateau par un câble de traction de 400 m.

Les bénéfices de cette innovation sont triples. Cette aile XXL va permettre d’économiser 20% de carburant et donc réduire les émissions de CO2. Cette consommation de fioul en baisse permettra d’économiser entre 1 et 2 millions d’euros par an et par navire. Quant au retour sur investissement, il sera inférieur à 2 ans. L’aile sera également adaptable à tous les navires, qu’ils soient neufs, anciens, motorisés ou non.

Des soutiens et partenaires de renom

L’entreprise est soutenue par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), Airbus et les Investissements d’avenir du Commissariat général de l’investissement. L’Ademe a d’ailleurs alloué une aide de 7,2 millions sur un budget total de 13,2 millions d’euros. Airbus, quant à lui, apporte un financement à hauteur de 10% du capital. Le géant de l’aviation française met également à disposition un navire de sa flotte Airbus Transport. Afin de rencontrer de nouveaux investisseurs, AirSeas est présente, ce 11 octobre 2017, à la conférence internationale sur les technologies émergentes, EmTech, qui se tient à Toulouse. Afin d’enrichir ses compétences, AirSeas a également établi des partenariats avec l’architecte naval LMG Marin, l’école formant les navigants français de la marine marchande ENSM ainsi que le leader mondial des logiciels de cartographie et routage maritime Maxsea.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Marie Bascoulergue

  1. Ne serait-ce pas plutôt le bureau d’architecture navale LMG Marin France et non pas LMG Martin?

  2. Bonjour, merci beaucoup nous avons corrigé la petite faute de frappe. Belle journée à vous.

Surprise

Des mégots de cigarettes transformés en cendriers et pots à crayons

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème