Les sèche-mains hygiéniques ? Pas si sûr

Publié le 12 février 2018 à 12:29 Aujourd'hui | 439 vues

Les sèche-mains électriques sont des nids à bactéries. C’est ce qu’a démontré une scientifique américaine à travers une expérience. Elle a ensuite publié une photo de ses résultats sur son compte Facebook. 

Tout le monde est d’accord sur ce point, il faut se laver les mains après un passage aux toilettes. Cependant, la manière de se sécher les mains en divise plus d’un. Depuis plusieurs années, le débat entre le sèche-mains électrique et les serviettes en papier fait rage. Lequel est le plus hygiénique ? Nichole Ward vient de répondre à cette question. Convaincue du manque d’hygiène de ces machines, cette scientifique américaine a décidé de mener sa propre expérience. Résultat : les sèche-mains électriques sont de vrais nids à bactéries. Interpellée par sa découverte, elle a publié une photo de son expérience sur son compte Facebook (voir ci-dessous) le 31 janvier dernier.

Ok les gars, vous êtes prêts à voir un truc hallucinant?”, alerte Nichole Ward avant d’expliquer le procédé. Elle raconte avoir placé pendant trois minutes une boîte de Pétri dans un sèche-mains électrique non fermé de la marque Dyson Airblade, à savoir ceux où l’on glisse les mains de haut en bas. Elle a ensuite refermé la boîte et laissé incuber le tout pendant 48 heures. Deux jours plus tard, l’Américaine a ainsi constaté la présence de moisissures et de plusieurs bactéries. La boîte de Pétri en était pleine. “Ces différentes souches de champignons et de bactéries tourbillonnent autour de vos mains lorsque vous les séchez, et vous pensez sortir des toilettes avec les mains propres”, commente-elle sous sa photo, recommandant de ne “JAMAIS” utiliser ces “trucs” pour se sécher les mains. Malgré tout, Nichole Ward tient à préciser que “ce post est là pour sensibiliser, et non pour insuffler la peur.”

Une photo partagée plus de 570 000 fois

De son côté, Dyson se dit “très surpris de voir ces résultats”. Interrogé par Metro UK, un porte-parole de la société a indiqué que “tous les sèche-mains Dyson Airblade sont munis de filtres HEPA qui capturent les particules aussi petites que les bactéries présentes dans l’air des toilettes avant même qu’elles ne quittent la machine”. “Les sèche-mains Dyson Airblade sont hygiéniques et approuvés par la recherche universitaire, les hôpitaux, les fabricants de produits alimentaires et les entreprises du monde entier”, rappelle-t-il.

Une explication qui n’a pas rassuré les internautes puisque depuis sa publication, la photo est devenue virale. En l’espace de deux semaines, elle a été partagée plus de 570 000 fois et a suscité plus de 150 000 réactions. De nombreuses personnes ont juré qu’ils n’utiliseraient plus ces machines. “Tellement dégoûtant ! Je n’utiliserai plus jamais une de ces machines. Je vais partager ça”, commente une certaine Krystie. “Beurk, je n’utilise plus jamais ces trucs”, écrit un autre internaute. Malgré tout, certains assurent que cela reste plus hygiénique que les serviettes en papier, à l’instar d’un certain Bobby : “C’est peut-être sale, mais je parie que c’est plus propre que le papier”.

Dyson déjà mis en cause en 2016

Ce n’est pas la première fois qu’une expérience incrimine les sèche-mains électriques. En février 2016, une enquête publiée dans le Journal of Applied Microbiology et menée par des chercheurs de l’Université de Westminster en Grande-Bretagne révélait que l’utilisation de ces machines propage davantage les germes dans une pièce. Les scientifiques avaient ainsi comparé la propagation de virus engendrée par différentes techniques pour se sécher les mains. Après un test sur un panel de volontaires, l’expérience a révélé que par rapport à une serviette en papier, le virus se propageait 60 fois plus rapidement avec un sèche-mains classique et jusqu’à 1 300 fois avec un sèche-mains à réaction. D’ailleurs, suite à cette enquête, Dyson avait tenu à démentir ces résultats. Selon le groupe, l’étude a été faite “selon des conditions artificielles” et la conclusion serait “erronée”. Pourtant, une précédente étude datant de 2014 mettait déjà en cause le manque d’hygiène des sèche-mains à air pulsé. Selon une étude menée sur des volontaires par des chercheurs de l’université de Leeds (Royaume-Uni), le nombre de bactéries dans l’air était 4,5 fois plus élevé suite à l’utilisation d’un sèche-mains à propulsion d’air que pour le séchoir à air chaud ordinaire. Il était également 27 fois plus élevé par rapport à l’utilisation de serviette en papier.

 

Marie Bascoulergue

Surprise

Lutte anti-gaspi : à 11 ans, elle invente une corbeille à fruits intelligente

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème