Seuls 2% des Français vont travailler à vélo

Publié le 17 janvier 2017 à 16:55 Aujourd'hui | 292 vues

En 2015, seuls 2% des actifs ayant un emploi sont allés travailler à bicyclette, selon une étude de l’Insee dévoilée ce mardi 17 janvier. Sans surprise, la voiture reste le mode de transport le plus sollicité.

L’utilisation du vélo pour aller au travail n’a pas vraiment la cote auprès des actifs. En 2015, ils étaient en effet près de 500 000 soit 2% des travailleurs à se rendre au bureau en pédalant, révèle une étude de l’Insee publiée ce mardi. Le mode de transport le plus utilisé est bien évidemment la voiture (70,6% des actifs) et, « même pour des trajets très courts, inférieurs à un kilomètre, 58% des actifs y ont recours ». Les transports en commun sont choisis par près de 15% des actifs ayant un emploi et la marche par un peu plus de 6% d’entre eux. Quant aux deux-roues motorisées, le pourcentage est le même que celui du vélo.

La bicyclette est principalement utilisée lorsque le lieu de travail se trouve à moins de quatre kilomètres du domicile. Les cyclistes sont ainsi 5%. Mais au-delà de quatre kilomètres, le vélo est délaissé. « Entre cinq et dix kilomètres, 1 à 3% des personnes utilisent le vélo. Pour les distances de plus de quinze kilomètres, ils sont moins de 0,5% », note l’Insee. Ceci explique aussi pourquoi le vélo est surtout plébiscité par les citadins.

Le vélo, une pratique urbaine

« Dans les grands pôles, le recours au vélo est d’autant plus important que la ville-centre est peuplée, indique l’Insee. Moins de 4% des travailleurs des communes de 50 000 à moins de 100 000 habitants, 4% de celles de 100 000 à moins de 200 000 habitants et 6% de celles de 200 000 habitants ou plus ». Paris fait toutefois exception puisque seuls 4% des actifs vont travailler à vélo. Les transports en commun y jouent pour beaucoup. En revanche, la part d’actifs utilisant le vélo en dehors des grandes agglomérations tombe à 1,2%, et même à 0,5% dans les zones les plus reculées.

L’Insee indique que « ce mode transport doux a tendance à être plus utilisé dans les départements alsaciens, et ceux de la façade atlantique, du Centre-Val de Loire, de l’est de la région Auvergne-Rhône-Alpes, ainsi que dans ceux à la frontière des régions Bourgogne-Franche-Comté et Grand Est. À l’opposé, les actifs des départements de la grande couronne parisienne, du Massif central, de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et de la Corse ont moins recours au vélo.»

« Les aménagements de la voirie et la maîtrise du trafic motorisé favorisent notamment la pratique du vélo », explique également l’Institut qui cite trois villes en exemple : Strasbourg, Grenoble et Bordeaux. Des communes où le réseau de pistes cyclistes est très important. 12 à 16% des actifs se rendent au travail en pédalant.

Les adeptes du vélo plutôt diplômés

L’Insee a également dessiné le portrait-robot de ces travailleurs qui utilisent la bicyclette pour aller au boulot. Les adeptes de la “petite reine” sont plutôt des hommes. Ils sont 2,4% contre 1,5% des femmes qui préfèrent les transports en commun. La bicyclette est plébiscitée par les personnes qui vivent seules, en cohabitation sans lien familial ou en communauté. Les jeunes adultes qui vivent chez leurs parents sont peu adeptes du vélo : « mis à part la voiture, ils privilégient les deux-roues motorisées ou les transports en commun ». Les adeptes du vélo sont aussi plutôt diplômés. On retrouve notamment les cadres (3%), en particulier les cadres de la fonction publique (4%). À l’inverse, les agriculteurs, artisans et commerçants vont peu travailler à vélo (1%). Les actifs travaillant dans les arts, spectacles et activités récréatives, l’administration publique, l’enseignement, l’information et la communication sont aussi les plus concernés (3%).

Contrairement aux autres modes de transport, l’utilisation du vélo ne faiblit pas avec le nombre des années. Quel que soit l’âge des travailleurs, le taux d’utilisation reste constant. Le recours à la voiture augmente lui avec l’âge, jusqu’à atteindre son maximum chez les actifs de 40 à 44 ans avant de baisser à partir de 55 ans.

Pour rappel, la ministre de l’Environnement Ségolène Royal a mis en place l’indemnité kilométrique vélo dans le cadre de la loi sur la transition énergétique. Depuis février 2016, les Français se rendant à leur travail à bicyclette peuvent ainsi percevoir une indemnité de 25 centimes d’euro par kilomètre. Ce dispositif a pour objectif d’encourager les salariés à se rendre au bureau à vélo. Toutefois, celui-ci est facultatif et plafonné.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Justine Dupuy

Surprise

Des mégots de cigarettes transformés en cendriers et pots à crayons

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème