TOP des festivals écolos à ne pas manquer !

Publié le 8 mai 2018 à 10:28 Pop culture | 1119 vues

Les beaux jours sont de retour et les vacances estivales approchent à grands pas. Pour en profiter au mieux, Réponse Conso a sélectionné sept festivals écolos à tester !

S’amuser dans les hautes herbes en musique est un programme partagé par tous les festivaliers estivaux. Mais une fois la fête terminée, de nombreux déchets sont laissés derrière les “teufeurs” d’un instant. Le 30 avril 2018 se tenait à Marigny une rave party illégale dans la foulée du festival Teknival, un événement qui a lourdement fragilisé le site naturel classé “Natura 2000” où elle se tenait. Comme le rapporte l’AFP, le site de 280 hectares “qui abrite notamment une soixantaine d’oiseaux nicheurs et 250 espèces végétales dont certaines sont protégées” a été transformé en “royaume des plastiques” par les 20 000 “raveurs”. En 2018, danser en musique dans la nature tout en ayant un comportement respectueux de l’environnement est possible. Voici une liste non exhaustive des festivals écolos à tester cet été !

L’esprit We Love Green

Fondée en 2011 par Marie Sabot, le festival français de musique electro-pop We Love Green revient cette année les 2 et 3 juin 2018 avec une programmation haute en couleur pour ses 60 000 festivaliers. Les artistes conviés viennent du haut du panier, comme notamment Orelsan, Björk, Tyler, King Krule, Nina Kraviz, Ibeyi, Lomepal, ou encore Angèle. Ce casting de premier choix s’allie à la grande particularité de la We Love Green : une formule écologique. Aux Bois de Vincennes se déploient des installations respectueuses de l’environnement que l’on “test” souvent pour la première fois. Comme il est précisé sur le site du festival, ce dernier devient un “laboratoire dont l’objectif est de tester les innovations de demain en matière d’énergies de sources durables”. Ainsi depuis sa création, le festival créé “sa propre énergie sur place grâce à des générateurs à huiles végétales”, utilise à 95% des ampoules basses consommations et des panneaux solaires pour alimenter la scène du “Think Thank”. Depuis 2013, cette quatrième scène soutenue par l’ADEME constitue un véritable “laboratoire d’idées” au centre du dispositif du festival. On y échange et promeut les innovations environnementales pour sensibiliser au plus grand nombre sur les enjeux écologiques. On trouve également des conférences avec des personnalités environnementales phares et des projections de films qui pensent l’avenir écolo de demain.

Pour l’alimentation, le festival engage une “restauration responsable” avec des fournisseurs et un menu sain et équitable, passé au crible par un jury pour que les normes soient les plus respectueuses de l’environnement (bio, traçabilité…). Le festival offre également des repas cuisinés à partir d’invendus et propose les leurs à des associations caritatives. En 2017, “près de 500 équivalent repas ont été redistribués par Linkee aux associations telles que:  La chorba, Aurore, Restos du coeur”. 100% de la vaisselle est compostable et compostée, les gobelets sont consignés, et un centre de tri des déchets avec cinq flux (compost, multi matériaux, verre, ordures ménagères, cellophane et PET) est accessible aux festivaliers. Le festival recycle le film plastique, les huiles, le bois, les cartons, les bouteilles plastiques et les piles. Des points d’eau gratuits et des robinets permettent de s’hydrater, les toilettes sont à 100% sèche, avec notamment une gamme “écologiste très futuriste fonctionnant à l’énergie solaire” qui permet une “récupération des urines afin de créer un engrais minéral issu du phosphate des urines”. Vous pouvez réserver un billet dès maintenant, ce dernier étant dématérialisé pour économiser du papier. Durant cet achat, vous avez également la possibilité de faire un don à l’ONG de votre choix, telles que Surfrider, Foundation Europe, Greenpeace France, Emmaüs Solidarité, Utopia 56 ou Singa France. Des associations qui viendront sensibiliser les participants sur toute la durée du festival.

L’éco-festival Terres du Son

Le festival éco-responsable Terres du Son est un festival de musique fondé en 2005 qui se déroule à Tours, dans le domaine de Candé à Monts, du 6 au 8 juillet 2018. Celui-ci a la particularité de nous rendre plus écolo avant même d’avoir franchi l’entrée. En effet, Terre du Son propose plusieurs moyens de se rendre au festival (covoiturage, bus, carrosse) (oui, en carrosse), dont le vélo. Il est proposé de pédaler avec les accompagnateurs bénévoles du festival depuis le centre-ville de Tours ou du parc de la Gloriette pour voyager à travers les routes de la Touraine. Un verre et un t-shirt vous seront offerts à votre arrivée mais il faut penser à vous faire votre propre pique-nique pour la route. Aussi, bien que le dispositif prenne en charge les bagages directement au festival, il ne fournit pas les vélos.

Une fois au festival, l’ambiance musicale est qualitative avec des artistes tels que Fakear, Lomepal, Amadoum et Mariam, Juliette Armanet, Feu! Chatterton, Her, Roméo Elvis, Gaël Faye, Yuksek, Baxter Dury, Delacroix, Vox Low, Thé Vanille, Dissident, le Carré ou encore Revivor. Respectueuses de l’environnement, les activités à découvrir sont variées : un “village gastronomique” où on peut manger bio et local, un espace créateurs pour découvrir l’artisanat local, un village associatif axé sur des thématiques de demain comme : l’accessibilité et l’insertion pour les personnes handicapées avec l’Association des Paralysées de France, l’alimentation et l’agriculture avec Greenpeace, les déchets et le recyclage avec Zéro déchet Touraine, l’énergie renouvelable, la nature, la biodiversité et la solidarité avec les Restos du cœur. Pour sensibiliser ses 40 000 festivaliers, Terres du Son permet : “la réduction et la valorisation des déchets” avec notamment la récupération de bouchons de bouteilles plastiques pour l’association “les Bouchons d’amour”, la fabrication de bijoux, instruments de musique et robots à partir de matériaux de récupération en partenariat avec la Ressourcerie, la revalorisation des affiches du festival en package pour les bénévoles, la mise en place d’une chaîne de tri sur le festival en collaboration avec Tri 37, la distribution de sacs poubelles de tri aux campeurs, une vaisselle compostable, des gobelets réutilisables en partenariat avec Ecocup, et des toilettes sèches. Le festival récompense même les éco-festivaliers les plus fervents. Si vous effectuez des eco-gestes durant le festival en faisant tamponner votre “carte d’éco-festivalier”, vous gagnerez des points permettant de débloquer l’accès à l’une des trois loteries mises en jeu, comprenant un golden pass, des pass 3 jours, des pass VIP, des t-shirts et des “cartes K7” (les cartes de paiement que l’on utilise durant le festival). Pour réserver vos places, vous pouvez cliquer ici.

Le festival durable Woodstower

Le festival associatif “Woodstower” (“Tours en bois” en français) créé en 1998 vous convie à Lyon pour un festival de musique et de théâtre de rue en plein air au Grand parc de Miribel-Jonage. Ce dernier est un site de 2 200 hectares de nature, protégé et labellisé Natura 2000. La vingtième édition du festival se déroule du 30 août au 2 septembre et adopte un menu artistique fort, avec notamment NTM, Petit Biscuit, Boys Noize, Disiz la peste, Delacroix, Némir, Bagarre, Chaton, Lefa, Vendredi sur mer, Cut killer, Miley serious, Supa Dupa ou encore DJ P. L’esprit du festival s’ancre toujours dans la lignée du développement durable. L’association organisatrice a même obtenu le label “Lyon Ville équitable et durable” et intégré le réseau des musiques régionales “Grand Bureau”, en plus de ses partenariats avec la fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’homme, les éleveurs du grand parc et la région Rhône-Alpes. Pour son bilan environnemental sur les dernières années : 59% des déchets ont été valorisés, 25.000 gobelets consignés, et 600.000 litres d’eau économisés grâce aux toilettes sèches. Sur le plan social, 3 stands ont pu sensibiliser les festivaliers aux risques d’addiction, aux produits testés sur les animaux, et accueillir des personnes à mobilité réduite. En 2017,  des bacs de compost ont été utilisés afin que les équipes et les festivaliers broient leurs restes alimentaires et leurs vaisselles compostables grâce à l’association Aremacs. La décoration du festival est faite avec des matériaux de récupération et le mobilier des loges, de l’espace VIP et des lieux de vie des bénévoles est issu d’un partenariat avec Emmaüs Bourgoin-Jallieu. Enfin, “la politique agricole du Grand Parc a deux objectifs phares : mettre en place des circuits courts de proximité et développer l’agriculture biologique”. En effet, 25% du territoire du grand parc est occupé par l’agriculture, dont 50% est bio.

Au cours du festival, on peut découvrir des lieux atypiques comme “L’îloz”, espace d’exposition et d’animations sur l’eau et le fleuve agrémenté de buvette et d’aires de pique-nique et “L’atol” pour un espace sport et détente avec un stand up paddle, un golf, des stages pour les enfants et des sessions team building pour les entreprises. Le but des activités est notamment de sensibiliser les publics aux enjeux écologiques ou encore mettre en place des actions de solidarité et des projets artistiques. Par exemple “en 2014, avec le soutien de la Région Rhône-Alpes”, Woodstower a lancé une communauté d’éco-festivaliers : “L’équipée verte”. “Pendant 4 mois, 60 éco-festivaliers ont participé à une expérience collective et échangent sur le sens des initiatives citoyennes autour du développement durable”. Pour devenir bénévole, un formulaire sera disponible dès le 23 mai, et les différents types de missions sont listés ici. Vous pouvez d’ores et déjà réserver vos billets, avec un petit plus : la place de camping et celle pour un enfant de moins de dix ans sont gratuites.

Le Cabaret vert

Situé entre la Belgique et le Luxembourg, le Cabaret Vert est “l’événement culturel du nord-est de la France avant la rentrée des classes” ! Du 23 au 26 août à Charleville-Mézières, les jeunes et plus vieux pourront se déhancher sur une programmation originale avec Dj Snake, Travis Scott, NTM, Damso, Booba, Cabbage, Groundation, Hamza, Amelie Lens ou encore Josh Wink. Le développement durable se trouve au cœur du festival, une initiative de l’association FLaP créée en 2003 “par un groupe d’ardennais qui souhaite contribuer à la valorisation et au développement du département des Ardennes via l’organisation de manifestations culturelles”. Davantage, “l’ensemble des actions et projets menés par l’association s’appuient sur les principes liés à ceux de l’économie sociale et solidaire tels que : principe de gouvernance, non-lucrativité, gestion démocratique et utilité collective et sociale au service du développement durable”. Le Cabaret vert a également soumis un projet d’un décor modulable en bois local permettant l’aménagement de la zone de restauration d’un festival Rock qui rassemble annuellement plus de 90 000 spectateurs. Un projet sélectionné dans les lauréats du prix “I Wood Build” dans la catégorie “Aménagements extérieurs” ! Pour assister au festival, vous pouvez prendre vos billets ici.

Les Vers solidaires

Le festival des Vers solidaires annonce un événement “en harmonie avec la Terre et les Humains” qui se déroulera cette année du 17 au 19 août dans leur “belle petite bourgade de Saint-Gobain”. Eco-responsable, le festival insiste sur la réflexion et la solidarité, avec des “moments de fête, de communion et de réflexion”. On peut y manger local et bio, trier ses déchets, y trouver des spectacles acoustiques, des associations, un village pour enfants, un marché biologique, des producteurs locaux et des spectacles. Cette année le festival compte mettre l’accent sur “l’économie sociale et solidaire” avec des thématiques comme la protection de la nature, l’éveil musical, l’échange de savoir-faire et le développement personnel. La programmation musicale sera en majorité locale répartie entre la grande et petite scène et sur le camping. On pourra notamment retrouver Les Hurlements d’Leo, Jahneration, Motolo, Punish Yourself, Natalia Doco, Asian Dub Foundation et Lavach. On peut déjà acheter ses places mais attention, en passant par un réseau “solidaire”. En effet, les Vers solidaires ne mettent “pas en vente les billets du festival dans le réseau Fnac, Carrefour, Géant” car cela ne correspond pas à leur vision de l’économie, puisque “ces enseignes appliquent une commission, ce qui augmente le prix des préventes”. Ainsi le collectif préfère distribuer ses billets dans leurs points de vente partenaires, dont la liste est visible ici, et pour les personnes éloignées en passant directement par eux par leur rubrique contact ou au “03.23.39.83.94” jusqu’au 5 août.

Le Climax festival

Après avoir festoyé tout l’été, on peut remettre ça juste avant la rentrée ! Du 6 au 9 septembre, le festival Climax propose un rassemblement artistique et citoyen engagé dans “l’espace Darwin” de la ville de Bordeaux pour sa quatrième édition. L’an dernier des artistes tels que Fakear, the Kooks, Omar Souleyman, Agar Agar, et Charles X étaient au rendez-vous. Le festival musical veut sensibiliser les personnes sur les enjeux environnementaux, la transition écologique et notamment le réchauffement climatique. En 2017, des conférences avec des associations et ONG telles que L214, Greenpeace, Max Havelaar permettaient d’informer les festivaliers sur les liens entre les changements climatiques, notre alimentation et la condition animale. Pour Jean-Marc Gancille, cofondateur du festival mais aussi créateur du “Darwin éco-système”(projet qui cultive la coopération économique et les alternatives citoyennes), le festival permet de mettre au cœur d’un événement collectif et musical une “réflexion” nécessaire à l’adaptation d’un mode de vie plus respectueux de l’environnement. Comme il le souligne dans une vidéo de France Energie Eolienne, “sortir des énergies fossiles est une nécessité”.

Une transition qui passe notamment par l’alimentation. Dans un post Facebook daté d’août 2017, le festival faisait la promotion d’un régime alimentaire végétarien en déclarant : “vous voulez alléger votre empreinte carbone, ne plus cautionner la souffrance animale, encourager une agriculture plus responsable ? C’est possible du jour au lendemain avec un régime alimentaire végétarien et bio. Avec des effets immédiats sur votre santé et l’environnement, toutes les études scientifiques le prouvent. Par souci de cohérence Climax s’appliquera ces conseils à lui-même et proposera une alimentation 100% veggie, 100% bio et principalement locale sur tout le festival. Merci à l’ensemble des restaurateurs/foodtrucks qui seront présents sur le festival, ils ont tous compris et accepté ce défi veggie”. La programmation du festival n’a pas encore été dévoilée pour cette année, les organisateurs promettent “des concerts, du skate, de l’art, de l’expérience et bien sûr des conférences d’exception. Les premiers noms seront révélés le 16 mai ainsi que la thématique et la nouvelle affiche”. Le pass 3 jours est déjà disponible en avant-première ici.

Le festival de Thau

Du 16 au 24 juillet prochain vous pourrez retrouver le festival de Thau, certifié ISO20121 (norme de développement durable) depuis 2015, et qui se déroule dans le département de l’Hérault de la région d’Occitanie. Des artistes tels que 4Lands, Puerto Candelaria, Rabie Houti Band, Grand Corps malade, Piers Faccini, Calyp’thau, Fatoumata Diawara et les chanteurs d’oiseaux enchanteront vos oreilles dans une ambiance écolofriendly. Entre les concerts vous pourrez vous balader dans “le village des rencontres” et participer à des animations pour petits et grands en lien avec l’environnement. En 2017 elles étaient labellisées “Hérault Nature” et proposées dans le cadre du Programme environnement. Il est aussi possible d’échanger avec des associations telles que Comwatt, Zero waste, les Jardins partagés, les Paniers de Thau, Greenpeace ou encore Thau Energie. Des projections de film, des expositions photos et des tables rondes sur l’actualité sont aussi à attendre. L’an dernier ces dernières avaient portées sur l’énergie citoyenne, les migrants sauvés en Méditerranée et l’Arctique et ses récentes exploitations gazières et pétrolières. Le “plus” du festival de Thau réside dans ses “éco-dialogues” avec lesquels ils sont en partenariat.

Comme il est précisé sur son site, les éco-dialogues sont des “rencontres et manifestations sur l’écologie, l’homme et la solidarité” qui pensent “l’homme dans son environnement”. L’an dernier les débats avaient portés sur “des océans sans poissons” avec Frédéric Le Manach, “l’énergie le vent et la mer” avec Olivier Guiraud et Paul Neau, “sous la lagune de Thau une oasis de vie”, et même une rencontre avec Gaël Faye, “citoyen du monde”. En 2018, les thématiques s’axent sur les inégalités d’accès aux ressources, la banalisation de la violence, la crise de la biodiversité et les conflits de demain. Le festival souligne que “l’une des origines du drame syrien est liée à des migrations dues aux sécheresses”. Ainsi des rencontres sont prévues autour des guerres du climat avec Agnès Sinaï, la justice internationale avec François Roux, le retour d’une relation pacifiée avec la nature avec Valérie Cabanes ou encore la paix par la non-violence avec Jean-François Bernardini. Vous pouvez d’ores et déjà commander vos places ici.

Claire Lebrun

  1. Merci Claire Lebrun pour ce bel article 🙂

    L’équipe du Festival de Thau

Surprise

“Blue Heart” : le documentaire contre les barrages hydroélectriques dans les Balkans

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème