Urine, eau de pluie : découvrez des bières à la fabrication insolite !

Publié le 7 juin 2018 à 10:21 Pop culture | 527 vues

Pour les amateurs de bonnes mousses curieux de recette atypiques, Réponse Conso vous dévoile 5 bières à la fabrication insolite ! 

La bière faite avec de l’eau usée

L’an dernier, la brasserie californienne Stone Brewing présentait la “Full Circle”, sa bière fabriquée à partir d’eaux usées recyclées. Ce sont de fortes périodes de sécheresse qui avaient mené Steve Gonzalez, patron de Stone Brewing, a réfléchir à une alternative à l’eau potable. Écologique et qualitative, l’eau recyclée serait même meilleure que la plupart des eaux utilisées dans les brasseries californiennes. En collaboration avec l’usine de purification Pure Water, Stone Brewing cherchait également à sensibiliser ses consommateurs aux enjeux écologiques majeurs de notre siècle. La Full Circle est agréable à boire : un goût à la fois floral, fruité et caramélisé accompagne la dégustation pour un total de 5,4% d’alcool. La marque Carlsberg et l’Institut suédois de recherche sur l’environnement ont même lancé leur propre bière fabriquée à partir d’eaux usées recyclées nommée “Pu:rest” le 25 mai dernier. Une nouveauté allant dans le sens de son plan visant à réduire de 50% sa consommation d’eau d’ici à 2030.

IVL

La bière faite avec du pain

Que diriez-vous si le pain que vous achetez en tranche pouvait également servir à fabriquer une boisson alcoolisée ? Nommée “Toast ale” (“Pain bière” en français), celle-ci existe bel et bien et a été imaginée par Tristram Stuart, fondateur d’une association contre le gaspillage alimentaire nommée Feedback. Fabriquée par la brasserie Wold Top au nord de l’Angleterre, celle-ci s’approvisionne de son ingrédient phare par le biais d’une usine de sandwichs qui met de côté les extrémités du pain. Ainsi, lors de la fabrication de la bière, une partie du malt est remplacée par le pain. Depuis 2016, 9,75 tonnes de pain ont déjà été utilisées pour produire plus de 300 000 bières. La « Toast ale » connaît un franc succès et se brasse désormais à New York, Rio et au Cap en Afrique du Sud.

La bière faite avec de l’eau de pluie

En 2016, un brasseur néerlandais amateur remarquait qu’il fallait beaucoup d’eau pour fabriquer de la bière. Alors étudiant à l’université des Sciences d’Amsterdam, il décide avec ses camarades d’installer deux grandes citernes sur le toit de son école. Après deux semaines de fortes pluies, l’équipe a pu récolter près de 1 000 litres d’eau, qui ont été ensuite acheminés à la Brouwerij de Prael, une petite brasserie artisanale. Une fois filtrée et bouillie, l’eau a été ajoutée à de l’orge maltée. Résultat : une bière blonde au goût “assez amer, fruité et doux” selon son créateur. Un succès qui a permis aux brasseurs de lancer leur microbrasserie “Hemelswater” (l’eau du ciel en néerlandais). Baptisée la Code Blond, leur bière atypique est commercialisée depuis l’été 2016 au prix de 2,50 euros la bouteille. Elle est aussi vendue à la pression dans plusieurs bars et restaurants d’Amsterdam.

hemelswater-biere-eau-pluie

La bière brassée à partir d’urine

En 2015, le festival danois Rockskilde avait récolté l’urine de ses festivaliers pour brasser de la bière. Au total, 54 litres avaient été réutilisés pour fertiliser les champs d’orge. Deux ans plus tard, la bière “Pisner” était née. Uutiliser l’urine comme fertilisant est bien insolite mais surtout écologique. Bien évidemment, la bière Pisner ne comporte aucune trace d’urine et n’en a ni le goût ni l’odeur. Parmi les 60.000 bouteilles qui ont été produites en 2017, vous avez le choix pour vous faire votre propre idée !

M105.CA

La bière du IVème siècle

C’est un professeur spécialiste de l’histoire hellénistique et romaine à l’université de Winnipeg qui en a eu l’idée. Matt Gibbs a souhaité reproduire une recette de bière datant de l’Egypte ancienne du IVème siècle qu’il a trouvé dans le cadre de ses recherches. En partenariat avec la brasserie Barn Hammer, il a lui-même accompli la réalisation de la bière antique. Ainsi, le professeur a moulé de la farine d’orge à la main et y a ajouté de l’eau, un traitement qui a demandé 18 heures de cuisson à feu très doux pour conserver les enzymes du levain vivantes. Résultat : une mixture à la couleur pastel et au goût plus aigre qu’une bière traditionnelle. Comme il l’expliquait à l’AFP en mars dernier, l’expérience consistait aussi à voir “à quel point nos palais ont changé avec le temps car, par exemple, il y a du sucre dans presque tout maintenant”. Le chercheur a toutefois constaté que la manière de faire de la bière avait peu changée au fil des siècles.

Matt Gibbs

Claire Lebrun

Surprise

TOP des BD écolos à découvrir !

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème