Visons : L214 dévoile leurs conditions de vie déplorables

Publié le 22 février 2018 à 12:57 Aujourd'hui | 434 vues

L’association L214 a filmé les conditions terribles dans lesquelles les visons, utilisés exclusivement pour leur fourrure, sont élevés. Elle épingle un élevage situé en Vendée.

La vidéo dévoilée par l’association L214 ce jeudi 22 février est insoutenable. On y voit des visons enfermés dans des minuscules cages, sur lesquelles de la nourriture pourrit. Sans paille ni mangeoire, leurs petits enclos de fer sont jonchés d’excréments. De nature solitaires, certains animaux ne supportent pas cet enfermement et s’automutilent au niveau de la queue. Tout ça pour leur fourrure qui finira sur des capuches, des manteaux ou encore des pompons de bonnet ou de porte-clés. Ces images, présentées par la star de téléréalité Kim Glow, ont été tournées en novembre 2017 dans un élevage vendéen de 5 000 visons, selon l’association qui indique avoir saisi « immédiatement le Procureur de la République des Sables d’Olonne d’une plainte caractérisant les mauvais traitements et sévices graves subis par les animaux, mais également les atteintes portées à l’environnement afin qu’une réponse pénale soit apportée à ces agissements ». L214 demande également « la suspension immédiate de l’activité de l’élevage et l’engagement du gouvernement de présenter un projet de loi d’interdiction des élevages d’animaux à fourrure en France ».

Un cas non isolé

D’après l’association, il existe dix élevages de visons en activité sur le territoire français. Chaque année, environ 150 000 visons seraient ainsi élevés et tués uniquement pour leur fourrure, qui se vend très cher. Et malheureusement, les conditions de vie déplorables des visons seraient les mêmes dans la plupart des établissements. En janvier 2017, l’association de défense des animaux One Voice avait également révélé des images insoutenables, tournées dans six élevages français, sur lesquelles on pouvait voir aussi des visons entassés dans des cages, vivant au milieu de leurs excréments. Leur nourriture pourrissait aussi sur place et certains animaux devenaient fous et faisaient des va-et-vient dans leurs enclos. Les images montraient également le traitement réservé aux visons avant leur mise à mort.

En Europe, 10 pays ont interdit sur leur territoire les élevages destinés uniquement à la production de fourrure, à savoir le Royaume-Uni, l’Autriche, la Croatie, les Pays-Bas, la Slovénie, la Serbie, la Bosnie-Herzégovine, la République tchèque, la Norvège et la Macédoine. Cinq autres sont « sur la voie de l’interdiction ou ont déjà adopté une interdiction pour certaines : le Luxembourg, la Hongrie, la Belgique, le Danemark et la Suisse », précise L214, ajoutant que quatre pays ont quant à eux « mis en place des réglementations de protection animale contraignantes pour les élevages de production fourrure ». « La France fait ainsi partie de la petite minorité de pays européens où aucune avancée n’a été votée en faveur des animaux élevés pour leur fourrure », déplore L214. Adopter une telle mesure en France irait en tout cas dans le sens de l’opinion publique. Selon un sondage YouGov commandé par L214 en février 2018, 84% des Français se disent favorables à l’interdiction de l’élevage des animaux à fourrure.

L214 a lancé une pétition, disponible ici, pour demander l’interdiction de l’élevage des animaux pour la fourrure.

Marine VAUTRIN

Surprise

Hexa : un crabe-jardinier 2.0

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème