Zéro déchet semaine 6 : liquide vaisselle et éponge faits maison

Publié le 20 mars 2018 à 9:30 Ma vie zéro déchet | 739 vues

Atteindre le zéro déchet, tel est l’objectif de Marine. Depuis plus d’un mois, elle fait la chasse à ses détritus. Cette semaine, elle vous explique comment faire son liquide vaisselle et sa propre éponge.

« Nétwayé, baléyé, astiké, Kaz la toujou penpan… ». Chaque samedi matin, c’est le même rituel. Après avoir fait mon sport (non je déconne), je fais mon ménage. Et c’est parti pour l’aspirateur, les vitres et… la vaisselle. Mon cauchemar ! La semaine, étant très flemmarde, je laisse mes assiettes, couverts et verres dans mon évier, au risque de voir ma chatte Ineka lécher les résidus de sauce bolognaise. Après, je vous avoue qu’elle fait un peu lave-vaisselle, ça m’arrange bien. Bref, samedi dernier, je devais donc m’attaquer à ma pile de l’horreur que je pourrais surnommer « tans pis pour toi, tu n’avais qu’à nettoyer au fur et à mesure ». Les mains gantées (oui, je tiens à ma manucure qui m’a coûté un bras), je n’avais plus qu’à commencer. Le hic : je n’avais plus de liquide vaisselle. En racheter ? Pas très zéro déchet. De plus, les liquides vaisselle vendus dans le commerce sont pour la plupart composés de substances toxiques. Certes, il y a les produits labellisés Écolabel, par exemple. Reconnaissable par son logo à la petite fleur, ce label garantit en effet que le produit contribue à la protection de l’environnement et utilise le minimum de substances pour l’environnement et notre santé. Cependant, ils ne sont pas 100% naturels. La solution était donc de le faire moi-même. Pour être honnête, cette option m’avait légèrement effrayée. 1) Je ne suis pas très douée de mes mains. 2) Cela va me prendre un temps fou. Et 3). Je vais devoir nettoyer encore plus de trucs. Mais après avoir lu quelques blogs et livres dédiés au zéro déchet, je me suis rendu compte que ce n’était finalement pas si compliqué. Plusieurs astuces sont d’ailleurs possibles.

Savon de Marseille mon amour

Pour nettoyer la vaisselle, on peut parier sur le bon vieux savon de Marseille, qui est un excellent détergent. Il suffit de frotter son éponge mouillée sur le bloc de savon, de nettoyer normalement ses assiettes, couverts et verres, et enfin de rincer à l’eau chaude. Simple, rapide et efficace. Toutefois, il faudra faire attention à choisir un vrai savon de Marseille, pas le made in China. Attention donc aux copies. L’appellation n’est pas encore protégée, au grand dam des fabricants historiques : Marius Fabre, Le Fer à Cheval, la Savonnerie du Midi et Le Sérail. Il doit contenir 72% d’huile végétale. Le savon de Marseille est une très bonne option d’autant plus qu’elle ne coûte presque rien. À noter que le bloc ne doit pas être sous emballage. On est zéro déchet, ou on ne l’est pas !

Outre le savon de Marseille, je me suis aussi laissée tenter par la recette proposée dans le guide « Famille (presque) Zéro déchet » de Jérémie Pichon et Bénédicte Moret, publié aux Éditions Thierry Souccar. Je vous le conseille grandement ! Là aussi, ce n’est pas très compliqué. Il faut 1,5 litre d’eau, 30 grammes de savon de Marseille (copeaux), 70 grammes de savon noir, 2 cuillères à soupe de cristaux de soude, 2 cuillères à café de bicarbonate de soude, 2 cuillères à soupe de sodium cocoyl isethionate et 20 gouttes d’huile essentielle. Les auteurs conseillent de faire chauffer tous les ingrédients, sauf les huiles, dans l’eau jusqu’à ébullition puis, de retirer du feu et d’ajouter les huiles. Pour ma part, je suis une adepte de celle d’eucalyptus. Ne reste plus qu’à attendre que la préparation refroidisse et à la passer au mixeur pour obtenir une mixture plus homogène et onctueuse. Le résultat est assez satisfaisant. Seul hic, ça ne mousse pas beaucoup. Conseil : si la consistance est trop solide, diminuez la quantité de savon de Marseille et augmentez celle du savon noir.

Le tawashi, l’éponge zéro déchet à faire soi-même

Après le liquide vaisselle, je ne me suis pas arrêtée en si bon chemin. J’ai décidé de faire ma propre éponge, un tawashi. Il s’agit d’une éponge japonaise, réalisée au crochet. Sur Internet, les tutos ne manquent pas, comme cette vidéo (voir ci-dessous). Et je peux vous dire que cette méthode est vraiment très simple. Nul besoin d’être un expert bricoleur. Il vous faut une planche en bois, 20 clous, un marteau et un vieux collant ou une vieille chaussette. J’ai utilisé les deux tissus pour avoir un petit aspect « gratte-gratte » à mon éponge.

Voici le procédé :

  • Sur la planche en bois, tracez un carré de 14 cm de côté et clouez 5 clous par côté en commençant à 3 cm du bord ;
  • Découpez le collant et/ou la chaussette en anneaux ;
  • Enfilez un premier anneau sur deux clous opposés, puis les suivants parallèlement ;
  • Faites la même chose dans l’autre sens, en tissant votre tissu. Passez les bandelettes sous et sur le tissu en les entrecroisant ;
  • Enfin, pour fermer le tissage, décrochez le premier anneau de son clou et passez-le dans l’anneau suivant. Passez ensuite le deuxième dans le troisième et ainsi de suite. Le dernier anneau servira d’accroche.

Cette éponge est vraiment parfaite, elle enlève bien la crasse et les traces de calcaire. Économique, écologique et efficace, le tawashi a tout pour lui ! Je vous le conseille à 100%. Pour le nettoyer, il suffit de le mettre dans le lave-linge. À noter que vous pouvez aussi facilement trouver dans le commerce des éponges végétales, à savoir des éponges de loofah. Celles-ci sont biodégradables et sont généralement utilisées en cosmétique. Mais elles sont aussi utiles pour les travaux ménagers. D’ailleurs, si vous avez la main verte, sachez que vous pouvez tout à fait en faire pousser chez vous. On vous explique tout ici.

À part ça, ma semaine s’est bien passée.  Comme évoqué ces dernières semaines, je fais tout pour limiter mes déchets côté cuisine. Cette pièce est pour rappel ma priorité. Toutefois, je souhaiterais désormais m’attaquer à la salle de bains. C’est bon, je suis prête ! Rendez-vous mardi prochain pour vous faire part de mes débuts dans cette pièce.

En images, voici mon éponge :

 

Voici la vidéo expliquant les étapes :

Marine VAUTRIN

Surprise

Guppyfriend : le sac de lavage qui protège les océans

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème