3 marques pour en finir avec les chaussettes trouées

Publié le 9 avril 2019 à 17:38 Ma vie zéro déchet | 588 vues

Selon un sondage Blacksocks, les Français posséderaient en moyenne 17 paires de chaussettes et il y a fort à parier que la plus grande partie d’entre elles cache un trou. Toujours le même mantra : achetons moins achetons mieux. 

« Seule la chaussure sait si la chaussette a des trous » ironise un proverbe créole. Nombreuses sont pourtant les occasions de se retrouver en chaussettes : chez le médecin, dans un magasin de chaussures, ou dans des moments plus intimes où l’on aimerait exhiber un beau tissu uni plutôt qu’un gros orteil solitaire. Globalement, il demeure très désagréable d’avoir un doigt de pied en dehors de son habitat naturel même si personne n’est au courant de cette disgrâce, l’Homme n’est pas conçu pour supporter une telle frustration aussi petite soit-elle. Devant le mécontentement que les plus grosses firmes de la chaussette accumulent, il semblerait que des marques certes un peu plus chères que la moyenne, émergent ou retrouvent leur splendeur.  

Des matières de qualité

Répondant aux sollicitations des consommateurs qui voient leurs paires se désagréger bien souvent en moins d’un an et toujours au mêmes endroits, orteils et talons, certaines marques se sont données pour objectif de confectionner des chaussettes increvables à partir de matières de qualité. Bien souvent, on conseillera le fil d’Ecosse ou la laine comme matière de prédilection pour les chaussettes.

Dans cette optique, Mazarin offre une gamme « super-solides » de 26 coloris où l’on peut trouver un somptueux bleu roi ou encore un vert académie des plus originaux. Fait d’un mélange de fil d’Ecosse à 72 % pour le confort, de polyamide à 26 % et à 2 % élasthanne pour la solidité, les chaussettes au noble nom devrait durer largement plus longtemps que la moyenne pour la somme de 18 euros. 

Pour un modèle plus basique et moins luxueux, il est possible d’opter pour des modèles de chaussettes de travail ou de randonnée de la Chaussetterie, une entreprise créée en France en 1815. Renforcés du talon aux orteils, les différents modèles sont faits de coton à 40 % et de polyester, de polyamide, de viscose et d’élasthanne, des matériaux assurant une bonne résistance aux marches intensives. Premier prix 7,50 euros.

Le top du top 

Reine de ce classement, la marque Missègle promet une résistance à toute épreuve. Issu de l’atelier d’artisan Joly créé en 1983 certifié entreprise du patrimoine vivant, la marque vend des paires deux fois plus résistantes que les chaussettes précédemment reconnues comme les plus solides. En effet, pour tester la qualité d’une chaussette, le test de martindale reste une référence. Alors que la concurrence commence à voir des trous apparaître au bout de 49 000 cycles de frottements la chaussette « ultra-solide » de Missègle atteint les 100 000 cycles. Une véritable prouesse dans le secteur, obtenue grâce à l’alliance astucieuse de fibre naturelle et d’un polyamide très solide du nom de Cordura. Évidemment, pour une telle performance, le prix grimpe rapidement et il faudra compter 24,30 euros pour se procurer cette paire.

Vous voilà donc mis au courant de ce qui se produit de mieux dans le domaine de la chaussette et vous n’aurez plus d’excuse pour présenter des pieds bariolés de trous du plus mauvais effet. 

Liens utiles : 

Mazarin
La chaussetterie
Missègle

 

 

Martin Dawance

Surprise

Zéro déchet : comment faire son démêlant maison ?

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème