Vos électroménagers sont-ils réparables ?

Publié le 9 septembre 2016 à 17:18 Aujourd'hui | 893 vues

Le groupement interprofessionnel des fabricants d’appareils d’équipement ménager (GIFAM) a dévoilé, sur son site, la disponibilité des pièces détachées de différentes marques de petits et gros électroménagers. Une information bienvenue surtout après l’étude publiée par la direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF) qui stipule que les consommateurs ne sont pas assez informés en matière de garantie et de disponibilité des pièces détachées.

Lorsqu’un appareil électroménager tombe en panne, au lieu de faire jouer la garantie ou de récupérer les pièces détachées réutilisables, celui-ci est bien souvent jeté à la poubelle. Les Français ne sont en effet pas tous au courant des produits qui disposent de pièces détachées ni combien de temps elles sont disponibles. Pourtant, depuis le 1er mars 2015 et la mise en application du décret « pièces détachées » de la loi Consommation, le consommateur doit pouvoir, au moment de son achat, connaitre  la durée pendant laquelle les pièces détachées sont disponibles. Une information utile pour savoir en combien de temps l’appareil acheté est réparable. Les fabricants et les distributeurs sont donc tenus à l’obligation d’informer le consommateur sur la durée de disponibilité des pièces de rechange.

Alors, pour aider les consommateurs durant l’achat d’appareils électroménagers, GIFAM, le groupement interprofessionnel des fabricants d’appareils d’équipement ménager, a mis à disposition deux tableaux (disponibles sur son site Internet) récapitulant des données telles que la durée de disponibilité des pièces détachées par marque pour les petits et gros appareils électroménagers (réfrigérateur, machine à laver, fer à repasser, aspirateur…). « Si un consommateur ne trouvait pas l’information en magasin ou sur internet, ces documents sont à sa disposition sur notre site et nous prévoyons de nombreuses communications pour nous assurer de sa bonne connaissance », est-il précisé.

Plus de 6 établissements sur 10 n’informent pas sur la disponibilité des pièces détachées

Une initiative qui tombe à pic, d’autant plus que la direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF) a publié une étude dans laquelle elle pointe du doigt les anomalies (au niveau de l’information sur la disponibilité des pièces détachées et sur la garantie) constatées dans plus de 6 établissements sur 10. La DGCCRF a en effet mené une enquête, entre 2015 et 2016, prioritairement dans les secteurs des produits électroniques grand public et de l’électroménager, afin de vérifier la mise en œuvre des dispositions du code de la consommation. Les résultats montrent des insuffisances au niveau de l’information des consommateurs sur les garanties et sur la disponibilité des pièces détachées.

Sur les 397 établissements contrôlés (y compris les sites Internet), 248 présentaient des anomalies au niveau de l’existence de garanties légales (140 établissements soit 35% des établissements visités) et au niveau des pièces détachées (126 établissements soit près de 32% des établissements contrôlés)

Les anomalies les plus élevées concernaient les sites Internet (52%) et les commerces de détail spécialisés (31%). Les grands magasins spécialisés en électrodomestique, les autres grands magasins spécialisés et les grandes surfaces alimentaires ont un taux d’anomalie plus faible, avec respectivement 21%, 25% et 26%.

La DGCCRF poursuit donc ces établissements en justice puisque des mesures ont été prises à leur encontre. « De nouveaux contrôles seront donc menés au cours des prochains mois. En cas de manquements répétés, des procédures de sanctions seront prononcées », a indiqué la ministre dans un communiqué.

L’information précontractuelle doit être donnée dans les magasins, sur les sites et sur les bons de commande

La DGCCRF a ciblé l’information précontractuelle (obligation de donner des informations à l’acheteur pour établir un consentement libre de la part de ce dernier) donnée sur les garanties et la disponibilité des pièces détachées.

Dans le cas des garanties, cette insuffisance d’information peut conduire « le consommateur à négliger ses droits et le cas échéant à souscrire des extensions de garantie qui lui sont proposées alors même qu’il n’a pas été en mesure d’apprécier l’opportunité d’une telle souscription par rapport aux droits qui lui sont conférés par le code de la consommation et par le code civil », est-il indiqué dans le rapport. Cette information précontractuelle doit être donnée aussi bien dans les magasins physiques que sur les sites de vente en ligne, précisant les modalités d’exercice des garanties légales et commerciales.

Concernant les pièces détachées, ce manquement a été noté au niveau des points de vente physique où l’information sur la période ou la date de disponibilité des pièces détachées sur le marché est obligatoire pour les consommateurs. Le vendeur doit en effet apporter cette information avant la conclusion de la vente (sur tout support constatant la vente et sur le bon de commande s’il existe).

 

Roumaissa Benahmed

  1. A quoi cela sert il d’avoir 10 ans de pièces détachées quand la réparation coute plus chère que le neuf,il faudrait d’abord revoir les prix des réparations.

  2. Le gaspillage d’appareils domestiques et électroniques en France vient du non combat des associations de consommateurs qui ne se posent pas la question du prix des réparations.

Surprise

Perpète : quand le prêt-à-porter pour enfant pense à la planète

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème