« Arnaque sur l’étiquette » : Foodwatch épingle 5 marques de soupes industrielles

Publié le 13 décembre 2018 à 16:28 Aujourd'hui | 751 vues

La soupe à la grimace.  L’ONG Foodwatch épingle cinq grandes marques de soupes toutes prêtes pour leurs étiquettes trompeuses. Parmi elles, Knorr et sa « Poule Vermicelles » de la gamme « Les économiques ». 

Pour se réchauffer, quoi de mieux que de déguster une bonne soupe ? Pour les plus pressés ou les non cuisiniers, il existe dans le commerce de nombreuses soupes toutes prêtes, aux goûts différents. Tomate, cinq légumes, potimarron… Il a de quoi trouver son bonheur. Mais voilà, l’emballage de certaines soupes affiche des mentions trompeuses. C’est ce que dénonce Foodwatch, qui lance ce jeudi 13 décembre sa campagne « Arnaque sur l’étiquette ».

L’ONG épingle cinq grandes marques de soupes industrielles. Elle cible notamment Knorr (Unilever) et sa soupe « Poule Vermicelles » de la gamme « Les économiques » qui ne contient en réalité pas un seul morceau de poule, mais des dérivés de graisse et de bouillon de poule (pour une quantité maximum de 1,2%).  En revanche, la soupe « Poule Vermicelles » de la gamme « Saveurs d’Antan » en contient bien. « Les consommateurs∙rices de la gamme « Les économiques » n’ont-ils pas droit eux aussi à la vérité sur la réelle composition des produits qu’ils achètent ? », s’interroge Mégane Ghorbani, responsable de campagnes chez Foodwatch. « En écrivant « Poule » en toutes lettres à l’avant de l’emballage, Knorr fait une promesse qu’elle ne tient pas. Pour nous, c’est d’autant plus inacceptable qu’une personne sur cinq en France rencontre des difficultés financières pour s’acheter à manger », ajoute-t-elle. Une pétition a été lancée ce lundi 13 décembre pour demander à Unilever France « d’arrêter d’induire en erreur les consommateurs∙rices ».

Un mouliné de légumes verts pas si vert

L’ONG pointe aussi du doigt La Potagère et son « Mouliné de légumes verts & quinoa » qui contient davantage d’autres légumes (24,4%) que de légumes verts (17,4%). Les légumes verts sont mis en avant sur le produit alors qu’ils ne sont pas les ingrédients principaux. Autre marque visée : Liebig et sa « Bisque de homard ». Sur la boîte, un homard est représenté. On pourrait donc penser que la soupe en contient essentiellement. Que nenni, le produit « contient autant de homard (12%) que d’autres crustacés, dont des têtes de langoustines », déplore Foodwatch. Mais pour le fabricant, mettre en avant le homard est bien sûr plus vendeur…

Léa Nature est aussi dans le collimateur de Foodwatch. Sur le « Velouté de lentilles corail au lait de coco » Jardin Bio, il est indiqué que le produit est fabriqué en France. Made in France oui, mais pas les ingrédients. Les lentilles corail proviennent de Turquie. Selon l’ONG, « le reste des légumes vient des quatre coins de l’Europe : Hollande, Belgique, France et Pologne ». Enfin, Foodwatch épingle la marque Tanoshi et ses « Nouilles japonaises saveur légumes et sauce soja » qui promet une recette sans glutamate ajouté. Le hic : le produit contient en fait par moins de neuf additifs différents, « dont quatre sont controversés pour leurs effets sur la santé. »

Justine Dupuy

  1. Le groupe LÉA NATURE tient à préciser que ses soupes sont bien fabriquées en France, dans une unité de fabrication du Nord de la France.
    Dans cette unité, les légumes sont réceptionnés et transformés en soupe, puis stérilisés et mis en contenant tétra. Les légumes bio de nos soupes proviennent principalement de France, mais aussi des pays proches de l’usine de transformation. La lentille corail est issue de Turquie où sa culture y est traditionnelle. Ainsi, la main d’œuvre et le savoir-faire sont localisés en France.

Surprise

Recycler vos mégots, c’est possible !

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème