Bicimáquina : des bicyclettes transformées en appareils électroménagers

Publié le 22 juin 2016 à 17:07 Demain | 824 vues

Avez-vous déjà rêvé de pédaler tout en vous préparant un bon smoothie ? Carlos Enrique Maroquin l’a fait ! Ce Guatémaltèque a recyclé des bicyclettes pour en faire des appareils 2 en 1. Mixeur, blender, hachoir…Il suffit de choisir.

« Quand on partait de bon matin, quand on partait sur les chemins, à bicycleeeette ». La bicyclette, ce vélo d’hier a fait son grand retour…au Guatemala ! Pas comme moyen de transport, mais comme appareil électroménager. Si vous ne comprenez pas le lien entre la petite reine et l’électroménager, on vous explique tout.

Tout d’abord, petit voyage en Amérique latine, plus précisément au Guatemala. Là-bas, un Guatémaltèque du nom de Carlos Enrique Maroquin s’est pris d’une passion étonnante. Depuis 2001, il recycle de vieilles bicyclettes reçues en dons venant des Etats-Unis et du Canada. Pour en faire quoi ? Pour pédaler, me direz-vous. Oui, mais pas seulement. Il transforme les vélocipèdes en machines utiles du quotidien. Il a ainsi réussi à transformer ces « bicimáquina » comme elles sont appelées, en mixeur, en machine à moudre le café, en hachoir à légumes ou encore en broyeur. Des transformations toutes aussi ingénieuses les unes que les autres ! Voilà un bel exemple de développement durable : les vélos ne sont pas jetés mais recyclés pour être réutilisés.

Carlos Enrique Maroquin a conçu ces bicyclettes pour faciliter et améliorer le travail des paysans en milieux ruraux. Chacune d’entre elles est faite main dans son laboratoire. Il utilise du métal, du bois et du ciment pour créer ces produits originaux. Très pratiques, ces bicimáquina sont surtout vraiment économiques et non polluantes. En effet, pas besoin d’électricité, il suffit simplement de pédaler pour produire l’énergie nécessaire à l’action voulue : pomper, moudre, etc. Une idée astucieuse ! Car en plus de muscler vos jambes, vous pouvez vous atteler à vos tâches quotidiennes.

Voici la bicyclette-mixeur :

Un concept astucieux

Pendant 15 ans, Carlos Enrique Maroquin a travaillé pour Maya Pedal, une ONG implantée à San Andrés Itzapa, dans le sud du pays. Il a ainsi côtoyé des locaux et des volontaires internationaux pour fabriquer et vendre les bicyclettes mécaniques à des prix très abordables à la population locale, aux villes alentours. Ils offrent même un service de réparation en cas de panne. La protection de l’environnement est aussi au cœur de leur activité : une partie des fonds récoltés seront investis dans des projets de reforestation locale.

Dans cet atelier, il y a aussi des femmes qui pédalent pour fabriquer des savons et shampoings à l’aloe vera. Ce qui leur permettra d’engranger des revenus pour vivre.

Mais en janvier 2012, Carlos Enrique Maroquin a décidé de créer sa propre entreprise Bici-Tec. Son but est d’encourager le développement des bicimáquina au Guatemala et partout dans le monde. Bici-Tec englobe un magasin, un atelier de fabrication ainsi qu’une école pour initier ceux qui le souhaitent à la conception de ces bijoux.

On peut dire que c’est une affaire qui roule…

Roumaissa Benahmed

Surprise

Zéro déchet : comment faire ses pastilles WC maison ?

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème