Celio dans la tourmente après avoir jeté et lacéré des vêtements invendus

Publié le 6 février 2018 à 16:55 Aujourd'hui | 1156 vues

L’enseigne française de prêt-à-porter Celio est accusée de se débarrasser de vêtements invendus encore en bon état, en cette période de grand froid. Cela fait suite à la publication d’une photo montrant des pantalons, des jeans et des chaussures lacérés au cutter.

Depuis quelques jours, les températures ne cessent de chuter. La neige et le verglas ont même fait leur apparition. Plusieurs départements ont donc décidé d’activer le plan « Grand Froid » puisque les températures ressenties en journée sont négatives et se situent entre -5 et -10°C la nuit. Ce plan prévoit notamment des places supplémentaires dans les centres d’hébergement d’urgence pour les sans-abri qui passent leurs journées et leurs nuits dehors, bien souvent peu vêtues pour résister températures polaires.

Cette période de froid n’a pas empêché l’enseigne de prêt-à-porter Celio de se débarrasser volontairement de plusieurs vêtements pour hommes. C’est du moins ce que dénonce une certaine Nathalie Beauval dans un post Facebook datant du dimanche 4 février 2018, avec photo à l’appui. Selon cette jeune femme, une boutique de la marque située rue du Gros Horloge à Rouen (Seine-Maritime) a jeté puis lacéré plusieurs pièces invendues, « des fois qu’un « horrible nécessiteux » voudrait profiter de la poubelle de luxe de ce magasin », réagit-elle. Sur le même post, la Rouennaise dénonce les pratiques similaires de l’enseigne Courir qui, elle aussi, aurait jeté des chaussures « après avoir bien entendu lacéré au cutter chaque pièce », précisant qu’il « y a des gens qui dormaient dans la rue à 30 mètres ».

De vives réactions

La publication a très vite suscitée de l’indignation. En l’espace de deux jours, elle a été partagée plus de 17 000 fois, a donné lieu à plus de 6 300 réactions et a été commentée plus de 1 400 fois. Les avis sont d’ailleurs tous unanimes : « honteux, je ne comprends pas ces actes », « c’est honteux de voir ça, ces gens devraient être punis par la loi, mais malheureusement l’État s’en fout », « À vomir… ».  Certains internautes appellent même au boycott de la marque. « Je ne donnerai plus un centime à ces enseignes », indique une certaine Annie.

Attaquée de toute part, Celio a tenu à s’exprimer. « Les produits détruits concernent uniquement des articles totalement importables : trous, déchirures, grosses taches indélébiles. Celio soutient ADN (Agence du Don en Nature) par des dons réguliers de produits, qui les redistribue ensuite à plus de 750 associations en France ». Interrogée par Normandie-actu, la direction de la marque a assuré que les salariés ont respecté la procédure et que les vêtements n’étaient pas portables. Selon les employés de la boutique, des risques sanitaires auraient pu être causés par ces habits. Ils évoquent même un dégât des eaux qui aurait endommagé de manière irréversible la « bonne santé » des vêtements.

Une pratique loin d’être nouvelle

La pratique de Celio ne serait pas nouvelle. Sur Facebook, un certain Tit Yannis a posté le 22 janvier dernier plusieurs photos prises à Bordeaux où l’on peut voir des pantalons et des chaussures avec une, voire plusieurs lacérations au cutter. « Qu’ils ne fassent pas les démarches pour se rapprocher des associations qui ont besoin de fringues tous les jours c’est une chose. Mais la lacération dans le but que personne ne puisse utiliser ces fringues c’est tout simplement du vandalisme. Réveillons-nous. C’est ça le vandalisme », a-t-il écrit, précisant qu’il a déjà travaillé dans le commerce et qu’il sait « que les consignes sont souvent de détruire les invendus (ou les invendables) ».

Celio n’est pas la seule marque à se débarrasser de ces vêtements invendus. Plusieurs internautes ont parlé de la marque Décathlon. À France bleu, Bob, un sans-abri a même déclaré : « Je bouge pas mal en France, il y a aussi à Lille où j’ai retrouvé des manteaux, des jeans déchirés ». Ce scandale n’est pas sans rappeler le cas de H&M. Dans un reportage diffusé en octobre dernier dans l’émission danoise « Opération X », des journalistes ont révélé que H&M aurait brûlé près de 60 tonnes de vêtements invendus depuis 2013. Selon la marque, les habits avaient été endommagés par l’humidité. Une pratique loin d’être nouvelle pour la marque suédoise car en 2010, le New York Times révélait que H&M avait découpé et jeté des habits « qui semblaient ne pas avoir été portés ou vendus » sur la 35th Street de New York.

 

Marie Bascoulergue

Surprise

Zéro déchet : comment faire ses pastilles WC maison ?

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème