Le Chili veut en finir avec les sacs en plastique

Publié le 30 octobre 2017 à 15:09 Demain | 1195 vues

Au Chili, les sacs en plastique pourraient bientôt être prohibés dans une centaine de villes côtières. Le gouvernement a présenté mercredi 25 octobre un projet de loi pour interdire leur usage.

Est-ce bientôt la fin des sacs en plastique ? Conscients de l’impact environnemental qu’ont ces objets, de nombreux pays ont décidé de les bannir. On pense bien évidemment à la France qui les a interdit aux caisses des magasins, au Costa Rica ou encore au Kenya où la loi est d’ailleurs la plus stricte au monde. Depuis le 28 août 2017, leur utilisation, fabrication et importation sont strictement interdites et passibles d’amendes, voire de peines de prison. Bientôt, le club des anti-sacs plastique devrait accueillir un nouveau membre, le Chili.

« Nos poissons meurent par ingestion de plastique »

Le gouvernement chilien a présenté mercredi 25 octobre un projet de loi pour interdire l’usage de ces sacs dans 102 villes côtières. Le pays entier n’est pas concerné, mais d’autres communes pourront se joindre à cette initiative. « Nos poissons meurent par ingestion de plastique ou en s’étranglant avec, c’est donc une tâche à laquelle nous devons tous collaborer », a déclaré la présidente socialiste Michelle Bachelet, citée par l’AFP, lors de la présentation du projet dans la commune de Pichilemu, située à 200 kilomètres de Santiago. La situation est actuellement préoccupante. Pour rappel, entre 8 et 10 millions de tonnes de plastique seraient déversées dans les océans chaque année. D’ici à 2025, la quantité de déchets en plastique entrant dans le milieu marin pourrait être multipliée par 10. Et à ce rythme, on estime qu’en 2050, les océans contiendront davantage de morceaux de plastique que de poissons.

Le projet de loi a été salué par l’organisme de défense de l’environnement WWF. Selon elle, celui-ci est « une étape très significative pour le Chili, qui ouvre la porte à ce que tout le territoire puisse dire adieu aux sacs plastique ». « Nous espérons que les parlementaires de tous bords appuieront cette initiative qui est bénéfique pour la santé de notre pays », a ajouté Ricardo Bosshard, directeur de WWF Chili, aussi cité par l’AFP.

Le Chili a lancé un vaste plan de protection de ses eaux pour 2018, avec 1,6 million de kilomètres carrés de zones marines protégées, une surface dix fois plus étendue qu’en 2014.

Marine VAUTRIN

  1. • « Nos poissons meurent par ingestion de plastique » (à la place de « Nous poissons meurent par ingestion de plastique »)
    • PICHILEMU (et non pas Pichimelu qui n’existe pas ici)
    Merci

  2. Bonjour,
    Nous vous remercions, nous avons effectué les corrections.

Surprise

Handiplanet : la première plateforme collaborative pour voyager sereinement

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème